Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Forte opposition à la libéralisation de l’avortement en Belgique

Forte opposition à la libéralisation de l’avortement en Belgique

90% des députés francophones belges soutiennent le projet étendant l’avortement alors que probablement que moins de 50% de la population y serait favorable. Néanmoins, les médias ont choisi leur camp et une chape de plomb pro-avortement s’est abattue sur la Belgique.

Il existe pourtant une forte mobilisation en Belgique contre le x-ième projet de loi bioéthique de libéralisation totale de l’IVG porté par une majorité « progressiste » de 60% du parlement. Une lettre de 750 médecins et soignants opposés au projet de loi vient d’être publiée. Après 2 premiers votes reportés en commission parlementaire depuis 2 semaines, les partis opposés viennent de réussir à le reporter une nouvelle fois d’une semaine, voire de 2.

Derrière cette x-ième projet de loi pro IVG, le très puissant lobby du Centre d’Action Laïque (CAL) qui en fait une bataille depuis des années. Tout le monde se souvient ici que le Roi Baudouin avait mis sa couronne en jeu en 1990 sur cette question. Cette fois, le CAL a rassemblé une majorité dite « progressiste » de 60% des voix (90 députés sur 150), familles communistes-socialistes-vertes-libérales du nord et du sud du pays, composée de :

  • D’une part, 90% des 59 députés francophones, oui 90%…, hormis le petit CdH (ancien Parti Social Chrétien en refondation mais dont 80% des électeurs sont catholiques ) avec ses 4 à 5 députés francophones. Au CdH, la figure de proue sur ce dossier est le médecin Catherine Fonck. Il y aura aussi probablement 2 députés libéraux contre.
  • D’autre part, une minorité de 40% des 91 députés néerlandophones. En effet, la majorité flamande est de droite nationaliste (NVA 26% des voix en Flandres et Vlaams Belang 20%) et s’oppose au projet de loi. Le parti clé dans cette affaire est le CD&V (chrétiens, du Nord, 13%). Il s’y oppose également alors que ses voix sont nécessaires pour former un gouvernement « progressiste élargi » sans les communistes. Les 2 candidats à la présidence du CD&V se sont clairement exprimés contre ce projet de loi et en font une condition précédente à leur entrée dans un gouvernement.

Bref, une affaire typiquement belge

Le CAL attaque frontalement CathoBel (la plateforme des médias catholiques francophones) sur cette thématique.

Comme l’Eglise catholique et les autres cultes, le CAL est financé par le gouvernement belge depuis 1992 et reçoit plus de 23M€ de dotations annuelles pour ses missions dont certaines, sociales ou culturelles, sont très bien d’ailleurs. Ils sont très organisés et ont une redoutable présence médiatique. Ainsi, la loi n’est même pas encore votée et la RTBF diffuse déjà des sujets pour préparer les femmes à cette nouvelle loi.  Hier soir, encore un débat « cqfd » ce soir sur la RTBF avec 2 invités pro-avortement avec un débat non pas sur la loi mais sur l’amélioration des techniques et de la prise de décision des avortements. Par contre, en Flandres, les médias se montrent plus sceptiques, miroir de leur majorité hostile à ce projet de loi.

Réaction d’experts en humanité et la lettre des 750 médecins et soignants

Vu cette pensée unique bien perceptible du côté francophone, CathoBel a commencé à écrire des articles sur le sujet mi-octobre. Exemple d’un article de CathoBel attaqué. Lire aussi cet article de CathoBel sur le manque de débat démocratique. Les évêques belges ont publié une lettre ouverte le 12 novembre.

Le 13 novembre, Calixte et Hugues Bocquet-des Lauriers, 28 ans, qui attendent leur premier bébé pour Noël ont publié une carte blanche qui a fait eu un bon écho dans les milieux sensibles à la culture de vie. Ils ont été invité à participer à un débat TV sur RTL mais au dernier moment, leur participation a été annulée et le débat fut déséquilibré, avec 2 femmes témoins, pro-avortement. RTL avait lancé un sondage en ligne qui a finalement donné 75% contre le projet de loi ! Ce résultat n’a même pas été évoqué durant l’émission. Hugues et Calixte ont alors monté une task force pour mobiliser l’opinion et les réseaux se sont activés.

Fait historique en Belgique mardi 26 novembre, une lettre ouverte a rassemblé 750 signatures de professionnels de la santé en 4 jours et a été publiée : 27 gynécologues, 45 professeurs d’université, médecins et personnel soignant. Lettre publiée simultanément mardi dans 2 grands quotidiens belges : Francophone, LaLibre et néerlandophone, DeMorgen.

Les « 750 » demandent une pause sur ce sujet, a fortiori en l’absence d’un gouvernement avec une majorité assise. D’ailleurs, le CAL profite explicitement de l’absence de gouvernement pour « enfin faire passer cette loi qui pourrait être bloquée par un des partenaires de la future majorité ».

Par ailleurs, des signes contredisent que 90% des francophones ou de leurs députés sont favorables :

  • 75% des 1.600 votants d’un sondage RTL s’opposent à l’avortement à 18 semaines, 4,5 mois
  • 65% des 7.783 votants sur la question du jour, le sondage de La Libre s’opposent à la nouvelle loi
  • Le député MR (Mouvement Réformateur, principal parti de droit) Michel De Maegd a prudemment retiré sa signature de la proposition de loi vendredi dernier pour temporiser

Il revient que ces positionnements bioéthiques ne font pas l’unanimité au sein des différents partis ayant déposé la proposition de loi. En effet, il y a des chrétiens dans tous les partis mais souvent minorisés.

La suite, une loi pour Noël ?

Le projet de loi est toujours en discussion à la commission de la chambre des députés. Une majorité le soutient mais les opposants utilisent les procédures pour retarder. Vers le 16 décembre, le projet de loi arrivera à la chambre. A ce moment, il suffira de l’accord de 50 députés sur 150 pour envoyer le projet à l’analyse du conseil d’état, ce qui prendra encore un peu de temps. D’ici là, peut-être y aura-t-il un gouvernement belge ? Il se sera mis d’accord sur un programme et espérons que ce projet de loi aura été « avorté » dans ces négociations.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services