Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Euthanasie / France : Politique en France / France : Société

Fin de vie : un débat verrouillé par la commission des affaires sociales

Xavier-breton_articleDéputé de l’Ain et président de l’Entente parlementaire pour la famille, Xavier Breton, interrogé par Famille chrétienne, regrette que le débat sur la fin de vie soit verrouillé par la commission des affaires sociales, qui refuse toute amélioration du texte.

"L’Assemblée nationale examine en seconde lecture, les 5 et 6 octobre, la proposition de loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie. La commission des affaires sociales a refusé toute amélioration du texte.[…]

Réunie jeudi 1er octobre, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a rejeté tous les amendements visant à modifier la proposition de loi sur la fin de vie. Cela signifie-t-il que le débat est clos d’avance ?

Je trouve regrettable de ne pas profiter de la navette parlementaire, et des deux lectures, pour améliorer le texte. Car, au-delà des questions de principe, de nombreuses maladresses sont encore présentes dans sa rédaction, comme le fait de parler « de ne pas prolonger inutilement sa vie ». L’Assemblée doit travailler sur ces points et ne pas attendre la commission mixte paritaire pour faire le travail.

Malheureusement, la commission des affaires sociales a verrouillé tout débat. Nous sommes pourtant bien loin de l’unanimité de la loi Leonetti et du consensus voulu par François Hollande sur cette question. J’estime que le sujet est assez délicat pour que l’on profite de toutes les occasions pour choisir les bons termes et supprimer les dérives potentielles.[…]

Quels sont les risques si ce texte n’est pas modifié ?

Nos amendements portent sur deux points principalement : la sédation profonde et continue qui est – à mon sens – une dérive euthanasique, et sur le dialogue qui doit exister entre les malades, leurs familles et les professionnels de santé.

Avec cette proposition de loi, nous nous situons dans une logique d’affirmation de droits, or je crains que celle-ci n’altère la qualité du dialogue et de l’écoute entre les parties. Je ne suis pas sûr que le titre même du texte (« Proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie », Ndlr), qui est fondé sur une logique de droit, soit une bonne approche pour aborder des sujets comme cela. La logique du droit ne va-t-elle pas supplanter celle du dialogue ?"[…]

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services