Fidélité et responsabilité : les jeunes sont capables d’entendre un discours de vérité

Suite au rapport Nisand, faisant la promotion de la contraception (laïque, gratuite et obligatoire !), Inès de Franclieu, mère de famille nombreuse investie depuis une dizaine d'années auprès des jeunes et des parents dans l’éducation affective et sexuelle, répond à Famille chrétienne :

"Le paradoxe de notre société, c’est qu’elle dénonce la démission des parents – on envisage de supprimer les allocations familiales aux parents dont les enfants sont absents à l’école. Et dans le même temps, on parle de contraception anonyme, ce qui signifie que les parents n’ont plus de droit de regard sur la vie de leurs enfants. C’est de la déresponsabilisation ! La sexualité touche à ce qu’il y a de plus important chez la personne humaine, c'est-à-dire à l’amour. En exclure les parents me paraît pour le moins dangereux. Le jeune a besoin de ses parents pour lui révéler qu’il n’a pas qu’un corps, qu’il est une personne faite de ce corps mais aussi d’un esprit – capacité à raisonner – et d’un cœur – capacité à aimer : trois dimensions indissociables et ordonnées, sinon, c’est le désordre !

Est-ce une bonne idée de charger l’école, l’Éducation nationale, de l’éducation sexuelle ?

À l’école, a-t-on affaire à des instructeurs ou à des éducateurs ? On peut se poser la question. Parler du fonctionnement du corps en SVT, pourquoi pas ? Mais quand on conçoit la sexualité humaine exclusivement sous l’angle du corps, on arrive à une impasse, car la dimension affective est le propre de la sexualité humaine. L’information sexuelle donnée dans les écoles ne traite généralement qu’un seul plan, celui du corps, dissocié des autres dimensions, notamment celle du cœur. Laisser croire que le corps n’aurait pas d’influence sur le cœur est un mensonge. Nous ne sommes pas dans l’éducation, mais dans la prévention sanitaire.

Même bien faite, l’éducation affective et sexuelle a-t-elle vraiment sa place dans les écoles ?

Il est important que l’école se mobilise, car il y a une démission des parents. Mais cette démission est peut-être aussi due à cette idée que cela ne regarde pas les parents. Ils se sentent désinvestis, n’osent plus prendre la parole. Une information aux parents pour les aider à reprendre cette parole est indispensable et leur permettra de renforcer le lien de confiance avec leur jeune.

Pour prévenir l’avortement, il faut encourager la contraception, dit le rapport Nisand.

Un point positif de ce rapport, c’est qu’il reconnaît que l’avortement n’est pas neutre, qu’il est source de souffrance, ce que l’on a nié pendant des années. Le problème, c’est qu’il en tire la conclusion qu’il faut renforcer la contraception. Regardons les faits : un rapport de l’Igas de février 2010 montrait que 72 % des femmes qui avortent disent avoir un contraceptif. Ce n’est donc pas la solution ! Le rapport Nisand n’en tient aucun compte et promeut une double contraception : pilule (ou stérilet…) pour la femme et préservatif pour l’homme. On ne s’en sort plus ! On refuse de voir que le problème est plus profond et plus délicat. On refuse de voir que l’essence même de l’amour est dans le don. Et que l’on ne peut se donner qu’à une personne que l’on a choisie parce qu’on la connaît vraiment.

Comment réagissent les jeunes par rapport à ces discours ambiants sur la sexualité ?

Les jeunes ont besoin d’une parole qui donne du sens à leur corps, qui donne du sens à la relation. J’en fais l’expérience tous les jours. Les jeunes m’émerveillent, qui me donnent toujours les bonnes réponses quand je leur pose des questions. Ils me disent eux-mêmes que les gestes sexuels ne leur apprennent rien sur l’autre. Ils réalisent que ce n’est pas un moyen de connaissance de l’autre. Ce qu’ils ne perçoivent pas en revanche, et c’est là que l’adulte peut intervenir, c’est la différence entre le sentiment amoureux et aimer. Confusion très compréhensible, qui les amène à des attitudes qui faussent la relation.

Demandez aux jeunes : qu’est-ce qui est important pour le couple ? Tous répondent : la fidélité. Il faut peut-être s’y entraîner ! En ayant de multiples aventures amoureuses je vis la vie du kleenex, je ne me serai entraîné à vivre que selon le sentiment amoureux, fluctuant et passager. Alors qu’aimer, c’est un mouvement vers l’autre, c’est : je te choisis pour ce que tu ES, et non pas seulement pour ce que tu m’apportes, et je veux ton bonheur. Les jeunes sont capables d’entendre ce discours de vérité. Ceux qui prétendent le contraire nous mentent, et en fait n’ont pas confiance dans les jeunes."

Une réflexion au sujet de « Fidélité et responsabilité : les jeunes sont capables d’entendre un discours de vérité »

Laisser un commentaire