Bannière Salon Beige

Partager cet article

Démographie / France : Politique en France / Pays : International

Femmes instruites pour donner la vie : Clara Gaymard défend Macron

Femmes instruites pour donner la vie : Clara Gaymard défend Macron

Suite à la polémique contre Emmanuel Macron, qui estimait qu’il fallait qu’une femme soit instruite pour décider d’avoir une famille nombreuse, Clara Gaymard, fille du professeur Lejeune et mère de 9 enfants, présente lors de la conférence, tient à défendre le chef de l’Etat :

[…] D’habitude, ce genre de polémique qui dure quelques jours ne m’intéresse guère. Mais il se trouve que j’étais présente dans la salle quand le président s’est exprimé. La Fondation Bill et Melinda Gates organisait à New York une journée consacrée aux Goalkeepers. Comprenez : ceux qui œuvrent pour répondre concrètement sur le terrain aux 17 objectifs de l’ONU, dont les plus souvent cités sont la lutte contre la pauvreté, le changement climatique, l’égalité entre les sexes et l’éducation de qualité.

L’un des objectifs de la Fondation Bill et Melinda Gates est de lutter contre l’extrême pauvreté principalement concentrée en Afrique et qui touche particulièrement les très jeunes femmes et les enfants. Plusieurs intervenants l’avaient précédé pour expliquer leur combat pour lutter contre l’excision, contre l’interdiction de fréquenter l’école pour les jeunes filles qui ont leurs règles, contre les mariages très précoces et évidemment non choisis, et contre les grossesses de gamines qui n’ont pas fêté leur douzième ou treizième année. La salle était pleine d’acteurs intervenant dans les pays du tiers-monde, où les pratiques ramènent, hélas, encore la femme à un statut qui est parfois inférieur à celui d’un animal.

Emmanuel Macron est le seul président en exercice qui a fait le déplacement et prononcé un discours d’une trentaine de minutes. Il dénonçait les mariages forcés et les jeunes femmes qui, à moins de 20 ans, sont déjà mères de plusieurs enfants sans l’avoir choisi. Il a ajouté ensuite, et je cite de mémoire qu’il «  n’avait évidemment rien contre les femmes éduquées qui ont beaucoup d’enfants, si c’est leur choix après avoir reçu une éducation, mais cela n’est pas le cas  ». Le «  cela n’est pas le cas  » ne se rapportait évidemment pas au fait que les femmes éduquées ne veulent pas avoir plusieurs enfants, mais au fait que pour les femmes qu’il évoquait, l’éducation leur était désormais interdite à cause de leur mariage et de leur maternité. Je peux concevoir que sur le plan de la grammaire, la phrase n’était pas parfaite, mais de là à interpréter les propos du président comme une attaque aux mères de famille nombreuses, il y a une mauvaise foi que je ne peux que dénoncer, d’autant plus que j’ai assisté en direct à ses propos.

Cela m’a paru tellement évident que la mère de neuf enfants que je suis ne s’est pas sentie attaquée, mais au contraire très concernée. Étant une femme libre, qui a reçu une éducation et qui a eu la liberté de choisir et d’avoir une famille nombreuse, je mesure l’abîme qui existe entre moi et les jeunes adolescentes qui sont mariées de force, sorties de l’école, et dont l’avenir bascule brutalement dans l’enfermement de ce qui leur est imposé et qu’elles n’ont pas choisi.

Comprenez-moi bien. Je ne fais pas ici un plaidoyer pour un président. Je réagis en tant que femme, mère de famille nombreuse, privilégiée dans un pays privilégié, parce que j’ai eu la liberté de choisir et de décider dans quelle famille je voulais vivre. Ce que j’ai entendu lors de cette journée des Goalkeepers, ce sont des femmes et des hommes qui se battent avec courage et à mains nues pour empêcher que des jeunes filles meurent de froid, parce qu’elles ont leurs règles et qu’elles doivent quitter leur maison pour s’enfermer dans une cabane au fond du jardin et ne voir personne, même en plein hiver ; pour éduquer les femmes qui, sans vouloir à mal, font perdurer des pratiques et des traditions d’un autre âge et entretiennent la position d’esclavage dans laquelle leur sexe est maintenu ; pour permettre aux filles d’aller à l’école, de faire des études, de se marier ou non, mais en tout cas avec la personne de leur choix, de travailler où et comme elles veulent. Des choses qui nous paraissent naturelles, mais qui ne le sont pas pour des millions et des millions de femmes aujourd’hui dans le monde. Leur courage est impressionnant, elles nous appellent à ne pas les oublier et surtout à nous battre pour que leur sort change.

Alors, arrêtons les faux procès et les fake news. Attaquons-nous aux injustices qui sont immenses, scandaleuses et pourtant si répandues et qui attaquent les filles, dès l’enfance, dans leur être, dans leur féminité, dans leur liberté et qui éteignent leur vie.

C’est cela qu’il faut condamner. Sans relâche, ensemble.

Il y a plusieurs contre-vérités dans cette tribune et il est regrettable que la fille du professeur Lejeune fasse la promotion de la fondation du couple Gates, laquelle finance l’avortement et la contraception à travers le monde (voir ici ou ). Faut-il comprendre qu’une femme éduquée, dans le verbe maladroit d’Emmanuel Macron, est une femme qui avorte ?

Par ailleurs, s’il y a un problème en Afrique, il ne repose pas sur le manque d’éducation des femmes, mais sur les hommes, car, jusqu’à preuve du contraire, il faut encore un homme et une femme pour concevoir un enfant. Et au-delà de l’irresponsabilité des hommes africains, il y aussi dans certaines régions africaines (mai aussi en Occident) une stratégie islamique de conquête par « les ventres ». Alors oui, arrêtons les “fakes news” et parlons des vrais sujets.

Partager cet article

13 commentaires

  1. Elle ne devrait pas trop la ramener cette dame ! Quand on a un mari escroc et de gauche. CHUUT.

  2. 100 mètres carrés ? Un are.
    10000 mètres carrés ? Un hectare.
    400 mètres carrés ? Un Gaymard !

  3. Madame Lejeune-Gaymard, ayant quitté la DATAR pour General Electric, s’est fortement impliquée pour obtenir le rachat par General Electric d’ une partie d’Alstom, fleuron industriel français du transport d’électricité (je suis bien placé pour savoir que, dans son domaine, il avait une belle avance technique au plan mondial) , avec des promesses de General Electric bien sûr non tenues. Et l’autre partie d’Alstom (les TGV, tout aussi fleuron) larguée par notre président à Siemens.
    Quant à cette polémique, Macron ne fait que renforcer les mesures anti-familiales de ses prédécesseurs : une interprétation critique de ses propos est bien logique !

  4. Entre énarques on se serre les coudes !

  5. Peu importe finalement que cette phrase ait été ou non sortie de son contexte, peu importe que ces propos puissent être interprétés dans un sens ou dans un autre, je trouve votre commentaire en fin d’article très intéressant. En effet la question est celle de “l’éducation des jeunes filles” notamment en Afrique, éducation qui passe par la contraception, l’avortement, “le droit à disposer de son corps”. Alors que cette éducation, comme vous le dites bien, passe “aussi” par celle des hommes, mais pas que. Pas que parce que c’est bien les hommes et les femmes qui doivent l’être et pas seulement en Afrique, et cela passe par l’enseignement de la culture de vie. Et pour cela l’enseignement de la théologie du corps que St Jean-Paul II a développé tout au long de son pontificat serait certainement la meilleure manière d’y arriver, entre accueil généreux et inconditionnel de la vie, et accueil raisonné de la vie. Redonner à la chasteté avant le mariage tout son sens, apprendre aux hommes à respecter les femmes en n’en faisant pas des objets de jouissance, ce qui est facilité grandement par la contraception, comme moyen de déresponsabilisation.
    Deux informations (bien françaises celles-ci) montrent à quel point nous sommes loin de tout cela:
    – L’agence santé France (je ne suis pas sûr du titre exact de cette agence), lance une campagne de sensibilisation en direction des adolescents sur le consentement. Une étude indique qu’une femme sur 10 ne serait pas consentante lors de son premier rapport sexuel. Évidemment ce chiffre est effarant. Mais que va-t-on dire aux adolescents ? Que dans la vie ça n’est pas comme dans un film porno… certes c’est un début. Mais on va leur servir de la contraception, de la nécessité d’avoir le consentement de sa partenaire pour, à 15 ans, pouvoir coucher avec elle… sans s’interroger sur le point de savoir si à cet âge son développement psychique permet à une très jeune femme de donner son consentement… sans se demander si finalement il ne serait pas mieux de leur apprendre que ce type de don de soit ne peut se faire sans un minimum de préalable et que ce préalable est peut-être une période de fiançailles, le mariage, la promesse de la fidélité… parce que se donner à ce point ne peut se faire sans dégâts si c’est dans la perspective d’un don total de celui avec lequel on se donne. Bref l’enseignement de l’Église qui n’est autre qu’une bête application de la loi du bon sens qu’est la loi naturelle…
    – Une autre information en apparence anodine, et qui sur le principe est censée recueillir une certaine unanimité. En effet, le candidat Macron, devenu PR c’était engagé à ce que d’ici à la fin de son quinquennat on arrive dans le privée à une parfaite égalité salariale entre les hommes et les femmes. A première vu on ne peut qu’être d’accord, c’est un principe de Justice qui veut que pour un travail égal on donne un salaire égal. Mais, parce qu’il y a un mais, n’est pas là une manière de jeter encore une fois les hommes et les femmes les uns contre les autres ? Une manière d’entériner qu’une femme ne peut vraiment s’accomplir que si elle fait une carrière professionnelle qui doit le plus possible l’écarter de son rôle pourtant si fondamental de mère de famille ? Plutôt que de s’échiner dans ce sens, ne serait il pas plus judicieux de revaloriser ce rôle en ne le caricaturant pas comme c’est souvent le cas ? Et pourquoi ne pas justement valoriser le salaire des pères de familles dont les épouses font le choix libre et éclairé de rester à la maison pour élever leurs enfants ? En lui permettant par exemple de cotiser pour elle aussi, et surtout en lui permettant de gagner un salaire décent pour assurer le train de vie de sa famille? Certes une telle proposition nécessite une œuvre de pédagogie en amont…

  6. Je suis un lecteur assidu et régulier du Salon Beige, mais sur cet article précis, je ne vous suis pas dans votre commentaire. Certes l’éducation de ces populations conduit souvent aussi à prôner les pratiques mortifères comme l’avortement et c’est bien regrettable. Il est important que ce travail d’éducation soit aussi accompagné par des organismes qui favorisent une prise de conscience du respect de la vie. Cependant Mme Gaymard ne signe pas non plus un cheque en blanc à l’institut Gates. C’est une femme intelligente, elle précise exactement les propos du président et c’est honnête intellectuellement.

  7. Plutôt que de citer de mémoire, prenons donc une anti-sèche en écoutant le discours d’E. Macron
    http://www.elysee.fr/videos/new-video-382/
    Verbatim :
    9’14 : « Please, present me the lady who decided, beeing perfectly educated, to have seven, eight, nine children »
    10’14 : « I’m fine with a lady having seven, eight children if this is her choice, after education. This is not the case today »
    Il est vrai que son discours est polarisé sur l’Afrique. Cela dit, Madame Gaymard nous enfume un peu car la première phrase ci-dessus est non ambigüe.

  8. le président est super instruit …… il n’a pas d’enfant!

  9. Je suis Germain. Franchement, il est clair que la polémique est inexistante et que Macron défend ici plutôt la promotion de la femme que l’avortement. Il y a suffisamment de choses réelles à lui reprocher en ce temps d’offensive sur la PMA, GPA et les attaques contre l’objection de conscience que de se focaliser sur cette baudruche de polémique. Quant aux commentaires haineux sur Clara Gaymard, ils sont justes ineptes

  10. Vous avez bien raison de souligner – et c’est totalement politiquement incorrect- que le principal facteur de démographie galopante aujourd’hui est la stratégie islamique de conquête démographique
    Alors si nos pseudo élites veulent lutter contre cela, qu’ils dénoncent l’islamisation et aident à évangéliser l’Afrique
    Ensuite, on peu tenter comme on veut de défendre Macron en disant que la phrase est sortie de son contexte, je ne vois pas en quoi cette phrase serait moins insultante en Afrique qu’en Europe ou aux US
    Elle traduit tout simplement un mépris pour le travail éducatif des mères et promeut en creux le modèle de là business woman, qui s’applique à une faible minorité de femmes

  11. “Le «  cela n’est pas le cas  » ne se rapportait évidemment pas au fait que les femmes éduquées ne veulent pas avoir plusieurs enfants, mais au fait que pour les femmes qu’il évoquait, l’éducation leur était désormais interdite à cause de leur mariage et de leur maternité.” (sic)

    Mme Gaymard est entrain de nous expliquer que M. Macron, lorsqu’il est hors de France, dénonce l’Islam ?

  12. Mais surtout…pourquoi nous mêlons-nous de ça? Autrefois nous n’allions pas voir ce qui existait dans les pays sous-développés ! La mondialisation et les transports commodes nous font fourrer notre nez partout…qui comptait les enfants dans la jungle indienne ou la savane africaine il y a cent ans? Occupons-nous de gérer notre propre baisse de natalité et notre façon de nous suicider en éliminant nos enfants, et laissons les pays lointains prendre leur destin en main…et que la fille du professeur Lejeune s’occupe plutôt des femmes françaises, ce sera plus utile que de défendre le pauvre petit macronichou !

  13. Faire un commentaire sur les préconisations de Macron pour faire des enfants relève de la parfaite abstraction et d’une illusion certaine.
    La théorie de la rose et du chou avait au moins le mérite de nous en faire rêver,
    à contrario du malthusianisme de nous en faire cauchemarder…
    Madame Gaymard devrait réserver ses commentaires à notre illusionniste national dans la perspective d’une politique familiale respectueuse de la dignité de l’enfant.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]