Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Farc : la fin est pour bientôt

Les otages des Farc donnent à la guérilla une inestimable audience internationale. A propos d’Ingrid Betancourt, des officiels colombiens confient :

"La France et les médias ont tellement fait monter son prix que les Farc vont la monnayer très cher, jusqu’au dernier moment."

La guérilla réclame une immense zone démilitarisée. Le gouvernement colombien refuse :

"les Farc veulent ce secteur pour contrôler le débouché de la cocaïne vers les ports du Pacifique."

Entre 1998 et 2002, les Farc avaient déjà obtenu une zone de 800 kilomètres carrés dans le Sud-Ouest. Les gens se souviennent de ce goulag tropical et citent l’embrigadement idéologique et militaire, l’impôt révolutionnaire, les enlèvements de filles, le vol de récoltes, les éliminations, le trafic de la coca. Le chef d’état-major de l’armée est confiant : "La Colombie se libère, ce n’est pas le moment de baisser la garde." La Colombie de 2008 n’est plus ce qu’elle était en 2002, un pays ravagé par la violence. Élu il y a 6 ans et réélu en 2006 (84,1 % des suffrages) sur son énergique “politique de sécurité démocratique”, le président Álvaro Uribe a déclenché une étonnante renaissance morale et civique :

  • Les cartels de la cocaïne de Medellín et de Cali ont été brisés,
  • près de 600 narcotrafiquants ont été extradés vers les États-Unis
  • Les milices paramilitaires ont été démobilisées (30000 miliciens ont déposé les armes).
  • La guérilla marxiste est partout en repli, malgré un trésor de guerre estimé à un milliard de dollars par an, financé par la cocaïne
  • Les Farc sont passées de 20000 combattants en 2000 à 9400 à peine en 2007, dont 40% de femmes et près de 1500 enfants soldats. En 2007, la guérilla a compté 3000 tués, 6600 prisonniers et 3200 déserteurs.

Les sondages sont sans équivoque : l’armée bénéficie de 80% d’opinions favorables et les Farc de 96% d’opinions… défavorables. Le 4 février, 2 millions de Colombiens vêtus de blanc sont descendus dans la rue pour dire “non aux Farc” et soutenir l’armée. Le général Carlos Saavedra Sáenz insiste :

"Ce n’est pas la guerre du gouvernement contre le peuple. C’est une ­guerre du peuple colombien contre les narco­terroristes."

Les militaires pensent que l’hallali est proche.

Michel Janva

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services