Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Famille : le parler clair de l’archevêque de Valence

L’archevêque de
Valence, monseigneur Agustín García-Gasco, s’est confié à Zenit dans un entretien sur la 5ème rencontre mondiale de la Famille. Je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer quelques extraits même s’il mérite d’être lu en intégralité.

Espérance de monseigneur Garcia-Gasco :

"Ma plus grande espérance est que la
Rencontre mondiale soit utile et efficace pour montrer la grandeur
irremplaçable du mariage et de la famille, qui sont vraiment
mal traités par les lois de certains pays
(…)
L’Espagne est devenue le terrain d’expérimentations
et d’inventions juridiques dans lesquelles quelques minorités piétinent l’héritage de
la civilisation
sur la complémentarité de l’homme et de la
femme et sa dimension spéciale dans la société".

Son message :

"Nous espérons que les
pèlerins repartiront d’une part avec une idée claire du magistère
de l’Eglise.
A une époque où l’on encourage l’adulation de
n’importe quelle forme de vie, je crois qu’il est bon
de souligner que l’Eglise ne vit pas à la merci
des modes ou des intérêts du moment.
L’Eglise n’est pas un parti politique
en quête de votes, ou une secte qui tente d’acquérir
de nouveaux adeptes par la flatterie
(…)
Dieu a voulu que la foi se transmette fondamentalement à
travers les personnes et la famille, les parents, les grands-parents
et les enfants eux-mêmes ont une tâche d’évangélisation dans leur
propre famille
(…)
Le Saint-Père Benoît XVI est,
par de nombreux aspects, une bénédiction pour l’Eglise. La facilité
et le naturel avec lesquels il présente les aspects théologiques
les plus complexes et avec lesquels il éclaire les personnes
,
quel que soit leur niveau intellectuel, est un grand bien
que des milliers de personnes vont pouvoir vivre en direct".

Son sens de l’action :

"il ne faut pas
avoir peur de traiter toutes les questions, avec respect, même
si celles-ci ne sont pas "politiquement correctes"
, pour
reprendre le concept utilisé par la nouvelle morale progressiste avec
l’intention de discréditer ceux qui dénoncent le manque de vérité
contenu dans ces questions".

Lahire

Partager cet article

3 commentaires

  1. On ne peut pas dire mieux.
    C’est une véritable bénédiction.
    Au bon moment… Parlé de la sorte, même notre hiérarchie française (gallicane?) va succomber… et reprendre en coeur !! Les partis politiques français, ceux ayant éventuellement ‘pris leurs distances’, à cause du trop prévisible coup de crosse ‘citoyen’ l’avant-veille des éléctions, vont être obligés eux aussi et peut-être eux surtout, de se conformer sur le fond face à de tels fondamentaux. Obligé de réagir, de se révéler, de dire. Impossible de se taire, ni de minimiser l’attaque contre Dieu dans un tel contexte vatican, particulièrement doué pour expliquer ‘tout ça’ clairement et simplement. L’électorat non-pratiquant, son rond de pierre cerclé autour du cou, va pourtant réagir immédiatement à de telles paroles, à un tel discours, absolument unique dans le PAF et qui répond parfaitement à un besoin profond.. actuel…
    Ne sourtout pas confondre, pour le FN : ‘prendre ses distances’ politiciennes, et ignorer…
    Ce genre de parole porte, car il s’agit des affaires de Dieu, et ‘tout n’est pas à César’, et il va falloir qu’ils l’admettent.
    Salon Beige, l’actualité.

  2. au SB : je n’ai trouvé aucune déclaration d’un tel acabit par un évêque français. J’ai sûrement mal cherché. Cependant je vous demande de bien vouloir nous en faire part, comme d’habitude.
    Merci

  3. @ Christian
    La rencontre mondiale de la famille se passe à Valence. c’est l’évêque du lieu qui parle, après avoir rencontré le Pape… Tout est normal.
    On peut penser que si la rencontre des Familles avait lieu en France, l’évêque du lieu aurait tenu les mêmes propos. Car lui aussi aurait vu le Pape avant… et aussi parce qu’il se saurait souvernu que le Pape viendrait à ces journées après son interview !

Publier une réponse