Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Famille, école, Etat : retour à une source

Piexi
Pie XI le bien-aimé nous a laissé le 31 décembre 1929 une encyclique très riche sur l’éducation chrétienne des enfants, divini illius magistri, qui répond à quelques problèmes graves rencontrés ces derniers jours. A commencer par les soubresauts de la politique familiale, liés à la question du soutien de l’État aux familles. Pie XI écrit au terme d’une démonstration qu’il convient de relire :

"La fonction de l’autorité civile qui réside dans l’État est donc double : protéger et faire progresser la famille et l’individu, mais sans les absorber ou s’y substituer".

Et on lit plus loin :

"Pour affaiblir encore plus l’influence de l’éducation familiale s’ajoute aussi de nos jours ce fait que, presque partout, on tend à éloigner l’enfant, toujours plus et dès l’âge le plus tendre, de la famille. On a pour cela divers prétextes : raison d’ordre économique, tirées des nécessités de l’industrie et du commerce, raisons d’ordre politique".

Ces deux passages démontrent combien sont intrinsèquement désordonnées les récentes décisions de réduire les allocations familiales pour augmenter les gardes des jeunes enfants à l’extérieur de leurs familles.

Sarkozy
Enfin, sur la polémique lancée par le chef de l’État sur le métier du "curé" et celui de l’enseignant et sur la question de savoir à qui il revient de "donner du sens", Pie XI remet dans un premier temps, les institutions à leur juste place :

"A ne considérer donc que ses origines
historiques, l’école est de sa nature une institution auxiliaire
et complémentaire de la famille
et de l’Église ;
partant, en vertu, d’une nécessité logique et morale,
l’école doit non seulement ne pas se mettre en contradiction,
mais s’harmoniser positivement avec les deux autres milieux
, dans
l’unité morale la plus parfaite possible
, de façon
à constituer avec la famille et l’Église un seul
sanctuaire consacré à l’éducation chrétienne.
Faute de quoi elle manquera sa fin pour se transformer, au contraire,
en œuvre de destruction
".

Il poursuit :

"De là il ressort nécessairement
que l’école dite neutre ou laïque, d’où
est exclue la religion, est contraire aux premiers principes de
l’éducation.
Une école de ce genre est d’ailleurs
pratiquement irréalisable, car, en fait, elle devient irréligieuse".

L’école ne pouvant être "neutre" et étant "auxiliaire" de la famille et de l’Église, "l’enseignant", doit donc aussi donner du sens et obligatoirement le même sens que les parents, premiers éducateurs, et que "le curé" :

"l’on peut dire en toute vérité que l’Église et la famille constituent un temple unique de l’éducation chrétienne".

Lahire

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique