«Face à tant de défiance à l’égard de la parole publique», Nicolas Sarkozy revient sur sa promesse

Nicolas Sarkozy publie un nouveau livre intitulé Tout pour la France (oui mais qu’est-ce que la France ? Alors député-maire de Neuilly, Nicolas Sarkozy avait déclaré à Philippe de Villiers : « Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir … ») dans lequel il se déclare candidat à la présidentielle et dresse ses axes de campagne (vérité, identité, compétitivité, autorité, liberté, autant de thèmes loupés entre 2007 et 2012). Il explique :

«J’ai décidé d’être candidat à l’élection présidentielle de 2017. La France exige qu’on lui donne tout. J’ai senti que j’avais la force pour mener ce combat à un moment si tourmenté de notre histoire». «J’ai hésité, j’ai retourné les données du débat dans tous les sens. J’ai essayé d’être le plus honnête possible vis-à-vis des autres, de ma famille, comme de moi-même». «Ce fut comme un soulagement car l’évidence s’était imposée».

Et il explique le plus sérieusement du monde (si ce n’était pas un livre, j’aurai écrit “les yeux dans les yeux”) :

«Face à tant de défiance à l’égard de la parole publique, je veux convaincre les Français que le débat de la campagne doit s’intégrer à part entière au mandat présidentiel».

Comment peut-on croire celui qui a déclaré vouloir réécrire voire abroger (“si ça vous fait plaisir !”) la loi Taubira pour ensuite se rétracter et avouer qu’il n’y touchera pas ? Celui qui, lors de la campagne présidentielle de 2012 a avoué sans broncher face caméra qu’une défaite signerait pour lui l’abandon de sa carrière politique :

Laisser un commentaire