Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / France : L'Islam en France / France : Politique en France

Fabien Engelmann : il y a plein de choses à faire pour que les femmes n’avortent pas

Fabien Engelmann, maire FN de Hayange en Moselle, est interrogé par Le Rouge et Le Noir. Extrait :

"Vous êtes fortement engagé dans la défense de la cause animale. Comment cet engagement vous pousse-t-il à réfléchir aux questions de la défense de la vie humaine, particulièrement lors de sa conception et de sa fin naturelle ?

Images-2Je suis très attaché à toutes formes de vie et à toute souffrance, mais je suis surtout attaché à la vie existante plutôt qu’à celle qui pourrait être ou ne plus être. C’est dans ce sens que je me concentre plus sur la torture animale, les conditions d’élevage horrible et le manque de respect pour les animaux. C’est tout ce mal qui leur est fait qui me révolte, et c’est d’ailleurs pour cela que je suis plus qu’admiratif du dévouement et de l’engagement de Brigitte Bardot depuis tant d’années.

Mais c’est aussi parce que je suis attaché au déroulement de la vie que je considère qu’il ne faut pas revenir sur le droit des femmes à mener la vie qui leur convient. Il n’est, pour moi, absolument pas question de remettre en cause la loi Veil et les françaises doivent disposer de leur corps comme elles le souhaitent. Par contre, je condamne évidemment l’avortement abusif alors que la contraception n’a jamais été aussi accessible qu’aujourd’hui.

La situation actuelle ne provient que d’une seule source : la manque de réelle politique familiale, basée sur l’aide des femmes en difficulté, la gestion des pressions familiales, des moyens financiers et des structures adaptées, des aménagements de travail, etc. Il y a plein de choses à faire pour que certaines femmes qui décident aujourd’hui d’avorter, puissent prendre une autre décision avec des conditions et des aides adaptées.

Concernant la fin naturelle ou assistée de la vie, je pense que la loi Léonetti répond pour le moment à cette problématique très délicate. Valider l’euthanasie pourrait entraîner tellement d’abus, et c’est pour cela que, bien que très ouvert à la réflexion et au débat, je pense que ce sujet de société ne devrait pas être pris à la légère et je n’ai pas la prétention d’avoir pour le moment une réponse tranchée à ce sujet.

L’islam doit se conformer aux règles de la République affirment de nombreux élus. Si l’islam faisait son aggiornamento, faudrait-il alors le laisser devenir de plus en plus présent, voire majoritaire, dans notre pays ?

Pour répondre à votre question, je ne pense pas que les « gaulois » se laisseront faire face à la destruction de leur culture, de leur religion et de leurs lois. Les Français réagiront, je l’espère en tout cas. La France, et notre civilisation, ont une culture et des racines chrétiennes, et elles entendent bien les conserver. Il est certain qu’avec les vagues d’immigration clandestine que subit notre pays, et donc la démographie qui en découlera, nous allons devoir faire face à une croissance exponentielle de cette religion en France, et dans toute l’Europe en général. Si l’on s’entête à ne pas recréer nos frontières, à ne pas avoir une politique claire sur les migrations – notamment économiques - l’Islam deviendra majoritaire en France, c’est inéluctable.

Il nous faut être inflexibles et stopper net cette immigration massive. Nous sommes déjà dans une conjoncture difficile : entre attentats, quartiers sensibles où règnent d’autres règles que celle de la République, revendications religieuses voire parfois raciales et grignotage de notre laïcité, nous nous rapprochons de plus en plus d’un islam de conquête. Il est temps pour les musulmans de France de prouver qu’ils se désolidarisent de ces pratiques et placent la France avant leur confession. […]"

Partager cet article

12 commentaires

  1. La loi Veil n’est pas une loi pour que les femmes puissent disposer librement de leur corps. Un foetus n’est pas et ne sera jamais une partie du corps de la femme qui le porte. C’est un être humain différent à part entière qui a besoin de sa mère pour évoluer en son sein avant de pouvoir vivre de façon autonome 9 mois après. La vie d’un être humain est en évolution perpétuelle. Nous sommes tous différents de la veille et nous sommes tous restés 9 mois dans le ventre de notre mère. De quel droit serions nous tous des êtres plus humains qu’un foetus? Nous l’avons tous été. Parce qu’un foetus n’a pas plus de droit qu’un bout d’ongle de sa mère? Connerie et ça marche. Il est fort le Malin mais malheur au pauvre être humain qui fait sa basse besogne sur Terre.

  2. Alors, Fabien Engelmann, ancien ouvrier syndicaliste de gauche, va-t-il lui aussi passer à la moulinette du SB ?

  3. On l’a compris : pour cet élu FN, la vie d’un petit d’homme ne vaut pas celle d’un phoque !
    Cet “adversaire du genre humain”, suppôt de “l’homicide depuis l’origine” n’aura donc jamais ma voix (point non négociable).

  4. “Le droit de la femme à disposer de son corps…” : mais qui, à part les naïfs (catégorie dans laquelle se trouve probablement Engelmann), les imbéciles et les salopards peut encore croire à ces balivernes soixante-huitardes ? On croit rêver. Comme si l’enfant qui grandit dans le corps de la femme n’était qu’une partie de son corps, dont elle pourrait se débarrasser à loisir comme d’une verrue ou d’un ongle incarné… Et au bout de 9 mois, l’ongle incarné se transforme subitement en être humain, c’est ça ? Comment des gens sensément intelligents peuvent-ils encore se réfugier, en 2016, derrière de tels slogans creux à l’usage des lâches ? Décidément, ces deniers temps, le FN me déçoit de plus en plus.

  5. Quelle pauvre anthropologie que celle qui n’est qu’un sous-chapitre de la zoolâtrie !

  6. La vie est déjà in utero justement. Et parfois la souffrance lors d avortement tardif aussi.
    Si La Défense de la cause animale est un beau combat, celle de la vie humaine est tout de même plus essentielle!

  7. La loi Veil est une loi qui dépénalise l’avortement.
    il est évident que le Front National, ni aucun autre parti en France, ne reviendra sur la loi Veil ni ne rétablira des peines pénales contre les avorteuses.
    Marine a toujours dit que l’avortement était un drame et qu’il ne fallait pas s’acharner sur les mères qui avaient avorté, ce qui est en soi bien plus chrétien que nombre de paroles de ses contempteurs.
    En revanche, c’est vrai, la femme a le droit de disposer librement de son corps, l’homme aussi d’ailleurs, il n’y a pas de raison de faire du sexisme anti-masculin…
    Et il est surtout vrai que l’embryon, et a fortiori le fœtus, n’est en rien le corps de la femme puisqu’il dispose de son propre ADN unique au monde dès la 1ère seconde de la fécondation; il s’agit donc, hors de toute considération philosophique ou religieuse, réellement et scientifiquement d’une personne à part entière, d’un être humain.
    On ne lui en voudra pas, Fabien n’a sans doute pas lu les excellents fascicules de la Fondation Lejeune sur le sujet, mais je retiens qu’il condamne l’avortement abusif et propose avec bon sens des solutions alternatives à l’avortement, ce que fait et a toujours fait le FN.
    Fabien défend aussi la politique familiale, il a parfaitement raison et c’est ce que fait et a toujours fait le FN.
    J’observe enfin qu’il est clair et net sur la référence aux racines chrétiennes de la France et sur la nécessité de s’opposer à l’islamisation de notre Patrie.
    Bref, un jugement sain et de bon sens.

  8. clemsius, vous avez tout dit !
    Un fœtus n’a pas le même patrimoine génétique que sa mère ; par définition il est donc un être différent. On en a un peux assez de ce faux argument de la femme qui aurait “un droit de disposer de son corps” alors qu’un fœtus, ce n’est pas “son” corps….

  9. Encore un qui fait le grand écart entre traditions chrétiennes et idéologie nauséabonde. On ne peut servir deux maîtres à la fois . Et si à Béziers, on ne comprend pas cela , la montagne accouchera d une souris bien famélique, j en ai bien peur !

  10. Je n’approuve pas l’avortement. Il détruit plusieurs vies.
    Celle de l’enfant et celle de la conscience de la mère (plus les séquelles physiques).
    Et le père? Il a pu vagabonder plusieurs fois dans la même journée sans savoir qu’il a peut-être donné la vie à chaque fois.
    Un sujet qui porte des conséquences graves doit être traité en amont.
    Si l’avortement est considéré comme un drame alors il faut traiter ce sujet sous son aspect concret : de qui provient « la petite graine » ? une semence de 2 ml.
    La généralité: pour éviter un avortement les femmes doivent avoir recours à la pilule ou .. à la ligature des trompes.
    Peu d’hommes acceptent la vasectomie … ils perdent 5% de leur puissance.
    Si le concepteur est conscient du drame qui dépend de son acte, alors il s’abstient et il n’y a pas avortement.
    Donc la responsabilité première incombe au concepteur.
    PERSONNE NE PARLE DU RESPONSABLE DES 2 ml.
    Dès le départ le débat est faussé.
    Quelques passages bibliques montrent que les hommes (je ne veux pas dire « l’homme » ça fait trop cliché) accusent les femmes d’actes qu’ils ont commis avec elles.
    » Genèse 3, 13 Le Seigneur reprit :« Qui donc t’a dit que tu étais nu ?
    Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? »
    L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée,
    c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »
    Adam accuse immédiatement sa compagne. Mais en plus Dieu … La femme que tu m’as donnée.
    Ce besoin de ne pas prendre sa responsabilité et de ne pas se reconnaître coupable dans l’acte est déjà chez le 1er homme.
    Dans l’Evangile :
    Jean 8 3-11
     Alors les spécialistes de la loi et les pharisiens amenèrent une femme surprise en train de commettre un adultère. Ils la placèrent au milieu de la foule et dirent à Jésus: «Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu?» Ils disaient cela pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol. Comme ils continuaient à l’interroger, il se redressa et leur dit: «Que celuid’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol. 
    Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu’aux derniers.
    JESUS a rétabli la vérité,
    Et pourtant ….
    Dans tout cela le concepteur est INEXISTANT :
    – Dans les siècles passés dans familles aisées il était reconnu que le maître de maison ayant des relations avec les servantes (relations ancillaires) qui portant leur enfant étaient renvoyées avec l’enfant.
    – l’expression enfant adultérin ou illégitime
    – En 1920, l’Assemblée Nationale vote une loi interdisant l’avortement qui est passible de la cour d’Assises.
    – La loi de 1939, promulgue le Code de la famille, renforce la répression. Des sections spéciales de policiers sont créées. Les tentatives sont punies comme les avortements. Les avorteurs et avortées sont très sévèrement condamnés.
    En 1941, ils peuvent être déférés devant le tribunal d’État.
    En 1942, l’avortement devient crime d’État. Pour l’exemple, une avorteuse est condamnée à mort et guillotinée en 1943. Plus de 15 000 condamnations à des peines diverses sont prononcées jusqu’à la Libération.
    Il faut cependant dire que ceci était considéré uniquement dans le contexte de la politique nataliste.
    – Jusqu’aux années 70 bannissement qui se doublait d’une honte familiale des « filles mères » et par l’enfant était « le bâtard ».
    Ces injustices ne sont que le résultat d’aveuglement conscient.
    Mais JESUS a vu.
    Le monde ne pourra pas être en paix tant que les femmes et les enfants ne seront pas respectés.

  11. Parfaite, Christine, votre analyse.J’y adhère totalement : où est prise en compte la responsabilité de ces messieurs partenaires amants conjoints ? Même encore en 2016 on ne leur demande aucun compte !
    Et pourtant combien de ceux-ci à l’apparence irréprochable ont-ils exigé l’IVG ?
    Il faudra bien un jour que les femmes se libèrent
    et dénoncent.

  12. Olivier Monteil, NON, on n’a pas à “disposer librement se notre corps”. Notre corps nous appartient, certes, mais il appartient D’ABORD au créateur, donc à Dieu.
    C’est bien POUR CETTE RAISON que le suicide est interdit dans la religion chrétienne (judaïque aussi, d’ailleurs). On n’a pas le droit non plus de se mutiler etc. Eh oui, c’est péché mortel. C’est clair et net
    Et il ne s’agit pas non plus de jeter la pierre aux femmes qui avortent (même si beaucoup sont coupables, mais sans doute pas la majorité), personne ne le fait sur ce blog. Et même personne nulle part.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.