Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le FN a besoin de la droite pour prendre le pouvoir, et la droite a besoin du FN pour l’exercer.

Extrait du billet de Julien Rochedy sur son blog :

Julien_rochedy_sipa_2"Organisé par Robert Ménard dans la ville dont il est l’édile,  ce rendez-vous d’un week-end rassemblera peut-être tout ce que la « droite » sérieuse compte de représentants. Je dis « droite sérieuse », je pourrais dire : « assumée », « conséquente » ou « déterminée », mais je pourrais dire plutôt : « orpheline ». Car oui, toute cette droite saucisson-pinard, traditionnelle, catholique ou presque, « hors les murs », mousquetaire, nationale, souverainiste, identitaire, libérale et/ou colbertiste – intellectuelle surtout – oui, toute cette droite est désormais orpheline, turbide et angoissée à l’idée que la course de 2017 puisse partir sans qu’aucune de ses écuries n’y concourent.

Cette droite bouillonne comme jamais, échauffée tous les jours par l’état de la société française. Précisément, celle-ci ne semble jamais avoir été autant « à droite » dans ses idées et désidératas. C’est, en tous cas, ce que montrent les enquêtes d’opinions. Pour résumer brièvement : l’immigration est désormais rejetée ; la peur de l’Islam est revendiquée ; le besoin de sécurité est assumé ; les impôts et les taxes sont exécrés ; l’Union Européenne ne revêt plus le rêve dont elle s’était parée au départ ; la morale permanente des droits de l’homme et des valeurs sont tournées en dérision ; la gauche enfin, avec tout ce qu’elle représente, est haïe. En somme, tout porte à croire que l’heure de la droite a sonnée (…)

Cette droite a essayé, essaie encore, et essaiera à nouveau, de se rapprocher du FN. Hormis quelques irréductibles anti-lePen, ses représentants ont tous voulu, un jour, frayer avec le mouvement frontiste. Cette droite, parce qu’un peu bourgeoise, n’était pas très courageuse : elle tremblait à côté du père Le Pen et son parfum sulfureux. Cependant, la dédiabolisation opérée par la fille l’a interpellée, et nombre de ses membres ont décidé de montrer l’exemple en passant au dessus du cordon sanitaire. La plupart s’en sont retournés depuis, échaudés par les signaux toujours plus prégnants de Marine Le Pen et Florian Philippot envoyés à la seule gauche, et le mépris – voire la haine assez irrationnelle – que semblent parfois avoir ces deux dirigeants frontistes à l’encontre du cadre de droite à la raie sur le côté, catholique et un tantinet libéral. Dans l’échec patent de ce mariage autrefois annoncé, celui de la droite zemmour et d’un front mariniste, les torts sont sans doute à trouver des deux côtés. Marine Le Pen pense que sa stratégie ni-droite ni-gauche, souverno-chevenementiste, est la meilleure qui soit, et que ces hurluberlus de droite sont tous des traitres en puissance obsédés par le mariage pour tous et leur compte en banque. Les droitards pensent que Marine Le Pen est désormais sous la coupe d’un énarque de gauche qui, avec ses petits copains, se moque des valeurs et des traditions pour ne privilégier qu’une stratégie  anti-européenne aux allures dogmatiques. Autrement dit, la mésentente est consommée, les caricatures sont partout, le mariage n’eut pas lieu et n’est, pour le moment, même pas remis à une date ultérieure.

La modernité transpire décidemment par tous les pores de la peau politique, car si mariage d’amour il ne peut y avoir entre cette droite et le Front National, la tradition eut poussé, au moins, à un mariage de raison. Les deux auraient en effet tout à y gagner. Si ce mariage avait eu lieu, la droite se serait trouvée un leader charismatique en la personne de Marine Le Pen, ce qu’elle n’a pas. Elle y aurait trouvé aussi l’électorat populaire qui, additionné à l’électorat petit-bourgeois/classe moyenne (à qui cette droite parle très bien), peuvent seuls dépasser les 50% que l’élection demande. Le FN, lui, aurait trouvé une crédibilité, des cadres, de l’argent et des relais médiatiques. Et peut-être, aussi, un peu d’intelligence. En effet, qu’on le veuille ou non, si le peuple français n’est peut-être ni de droite ni de gauche comme les pensent les chefs frontistes, les cadres, eux, le sont. En France, il existe des cadres de gauche et des cadres de droite. Marqués. Le cadre chevènementiste et exclusivement souverainiste, n’existe pas, ou du moins pas encore. C’est la raison pour laquelle autour de Florian Philippot ne virevoltent presque que des jeunes gens à peine sortis du lycée, car ce type de cadres collant au caractère et à la stratégie purement mariniste est peut-être en gestation, mais, je le répète, n’existe pas encore en quantité suffisante. De même pour les intellectuels. On est encore de droite ou de gauche. Ceux, comme Sapir, qui se sont essayés au dépassement des clivages, ont bien vu de quoi il en retournait : partout, ils ont reçu une fin de non-recevoir. On peut le regretter, mais la politique n’est pas faite pour le regrets. Le temps que se forment autour de Marine Le Pen et de Florian Philippot des cadres souveraino-souverainistes, en quantité et en qualité suffisantes, il sera sans doute trop tard pour la France. Il faut, alors, composer le plus possible avec ce que l’on a sous la main.

Les conséquences politiques de cette idylle qui n’a jamais eu lieu et qui n’arrivera peut-être jamais (ou arrivera trop tard…), sont désastreuses. Sans cette droite, le Front National reste sous la menace d’un nouveau Sarkozy qui pourrait lui refaire le coup de 2007, c’est à dire savoir parler à ses électeurs sans pour autant mener une politique en ce sens une fois élu. Sans cette droite et sans toutes ses personnes âgées qu’elle rassure, le FN est condamné à réaliser de gros scores mais jamais assez pour triompher. Sans cette droite, le FN ne peut rester qu’à son stade « populiste », entrainant avec lui les mécontents sans pour autant devenir un parti de gouvernement. Sans le FN et sa puissance symbolique et populaire, la droite, elle, est condamnée à ne jamais pouvoir mener une politique véritablement « de droite ». Qu’un Sarkozy revienne et refasse du Buisson, qu’un Fillon continue sur son chemin droitier ou qu’un Wauquier émerge : celui-ci pourra gagner une élection, mais sans le Front, il partira nécessairement avec tout son lot de centristes, de radicaux, de simili-socialistes, d’orléanistes type Juppé complétement à côté de la plaque. Une fois au pouvoir, il devra composer avec cette aile là, ô combien influente. En somme, il devra (sauf coup à la Poutine…) trahir à nouveau ses électeurs. Pour résumer briévement : le FN a besoin de la droite pour prendre le pouvoir, et la droite a besoin du FN pour l'exercer. Voilà le tragique destin de la vie politique française : un électorat entier et majoritaire qui aime la France pourrait s’unir mais se trouve divisé en deux. Séparés, la droite et le FN échoueront chacun dans leur genre, et le jour où une nouvelle génération comprendra enfin l’intérêt d’un rapprochement, il sera peut-être trop tard pour la France.

J’irai voir cette droite à Béziers. Dans le spectre politique, c’est sans doute d’elle que je me sens le plus proche. Pour autant, je n’ai pas d’illusion et je connais bien ses défauts. J’ai besoin d’aller voir pour essayer de sentir si cette agitation droitière, en ce moment remarquable, n’est que le symptôme de soubresauts poussifs ou, au contraire, l’annonce d’une force en train de naître. N’y verrai-je que des bourgeois de droite tout contents de se retrouver pour parler de leurs « valeurs » entre eux, les gants blancs sans mains à l’intérieur ? Ou y verrai-je des gens véritablement disposés à s’engager pour ce qu’il reste du pays, en y mettant les moyens, la force et l’envie ? Sans doute y verrai-je un peu des deux. Charge aux meilleurs d’entre nous de séparer le bon grain de l’ivraie. Je rendrai compte, quoiqu’il en soit, de ce que je verrai et ressentirai.

J’irai  donc à Béziers. Sans illusions sans doute, mais avec tout de même un peu d’espoir." 

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

16 commentaires

  1. Comme souvent c’est le danger commun -le remplacement- qui va les obliger bon gré, malgré, à se reunir.

  2. Qu’est-ce donc qui pourrait donner une forme à cet ensemble là ? Les querelles intestines du front national ennuies durablement, et parler de clivage droite, gauche même après l’échec de Monsieur Sapir, est déjà un aveu d’échec en soi, par manque de vue.
    Si les gens ne sont pas prêts à laisser leur hochet sur le seuil des nouvelles échéances électorales, la bataille est déjà perdue.
    Je ne me reconnais ni, dans la France petite-bourgeoise, ni dans ceux qui font profession de libéralisme, le discours de gauche qui remplace l’amour désintéressé d’autrui par une “solidarité” étatisée, me tétanise, tout comme les impôts écrasant empêchent toute initiative d’entreprise. Ce que les gens doivent bien se mettre dans l’esprit, c’est qu’il est question de la réelle chose publique, de la France et que ses jours sont réellement comptés.
    On peut voter à droite est être un pauvre, les gens de la haute bourgeoisie votent à gauche, comme les cadres de l’église dite catholique: parler de gauche et de droite à l’heure où nos lois sont coulées dans des moules manufacturés à Bruxelles, est d’une grossièreté journalistique sans nom.
    Ce que doit être le rendez-vous de Béziers c’est un shogun, non pas une union sacrée, mais une union sacrale: ils sont en train de retirer le sol dessous nos pieds !
    Aucune envie de rencontrer une énième fois la france-rotary, soit les gens seront matures et résolus à Béziers, soit ce ne sera qu’une fête de l’entresoi et du portefeuille sans intérêts pour ceux qui n’agiotent pas sur une défaite.
    en face ce n’est pas la gauche le problème, mais le fait que la France et la Chrétienté, auxquelles les braves gens de gauche doivent ce qu’ils ont de meilleurs, oui, ces choses fantastiques sont en train d’être mises à mort.
    Marine le Pen doit venir à Béziers, Monsieur philippot également, Jean Marie le pen aussi, tout ce que la France compte contre les robots, la technocratie, oui tout cela doit s’unir, ou bien qu’on nous laisse tranquille !

  3. MLP fonctionne comme trop de politiques avec des à priori, “que semblent parfois avoir ces deux dirigeants frontistes à l’encontre du cadre de droite à la raie sur le côté, catholique et un tantinet libéral”
    que représente cette bourgeoisie parisienne dans la masse de LMPT? peu par rapport à la classe moyenne française qui est la laissée pour compte des gouvernements, qui est profondément choquée par les changements sociétaux! Cette France qui travaille durement et qui constate qu’il vaut mieux vivre des minimas sociaux que de travailler au smic, cette France que les partis n’écoutent pas trop occuper à accueillir des immigrés jeunes dans la force de l’âge qui seraient utiles à leurs pays d’origine
    MLP réalise-t-elle que vivre avec le smic est compliqué pour tous?
    MLP réalisent-elle que nos villages perdant leur commerce de proximité dépérissent ?
    MLP réalisent-elles qu’il faut plus d’un mois pour avoir un RV avec pole emploi ou faire faire un passeport, alors qu’il serait si simple d’accueillir les gens au fur et à mesure!
    l’informatisation de l’administration est en train de bloquer un pays, qui s’en préoccupent?

  4. Dans l’état actuel de la “droite” désunie, on se retrouvera avec Hollande, Macron ou Juppé, c’est à dire avec la gauche caviar euro-mondialiste sociétalo-LGBT reconduite en mai 2017.
    Plus le temps passera, et plus la France déjà défunte sera difficile à ressusciter.

  5. Bravo Julien. Remarquable. Oui nous attendons TOUS que Béziers ramène à la raison et que les egos s’effacent pour permettre cette rennaissance,tant attendue et espérée, de notre FRANCE !

  6. Ce Julien Rochedy doit avoir un peu les chevilles qui enflent…

  7. Totalement juste!
    Bonne réunion aux responsables qui se rendent à Béziers. La France a besoin de tous ses patriotes unis face aux déconstructionnistes.
    Que Dieu vous bénisse!

  8. “Le FN a besoin de la droite pour prendre le pouvoir, et la droite a besoin du FN pour l’exercer.” ? ? ? ? ! !traduction en langage clair : le FN sous la dictature de l’inverti et du parricide , c’est bonnet blanc et blanc bonnet , bref gagnons du temps , passons au suivant sur la liste des réels patriotes possibles a adouber : MARION ? JEAN-MA le retour ? les identitaires ? ; … qui n’ont même pas de candidat déclaré quand le moindre allogène “français” de papier de fraîche date a des ambitions présidentielles proclamées des aujourd’hui hui avec la pub empressée des merdias UMPS ?

  9. D’accord avec le titre et avec le ton qui n’est pas, pour une fois, polémique, mais celui d’un appel à l’unité. Le silence de Marine Le Pen, qui nous a été présenté, après les régionales, comme une volonté de prendre du champ avant la présidentielle, commence à poser problème. Cela alimente l’impression que Philippot a le champ libre. Philippot est conséquent dans sa vision souverainiste, mais il a tort de s’exprimer avec légèreté sur un sujet comme la loi Taubira. Et Marine Le Pen aurait dû le rappeler à l’ordre.

  10. Bonne analyse. Au fond, Marine-Philippo, pas plus que Sarkosy ne veulent reconnaître que la France vire plus à droite qu’ils ne le pensent, et que c’est dans cette direction qu’il faut chercher des voix.
    Quand face à la cruelle réalité de demain, les Français comprendront qu’ils ont été menés à la catastrophe (depuis Giscard) par une politique “progressiste de gauche”, ils prendront massivement la direction opposée, mais il sera sans doute bien tard pour que cela puisse, du moins à court terme, sauver la situation…
    Prétendre que la distinction droite gauche, ou libéraux conservateurs (peu-importe les étiquettes) n’a plus de sens, est une imbécilité. Cette dichotomie correspond à des différences psychologiques, voire neuropsychologiques, objectivées par les universités les plus sérieuses:
    – “Conservatives and liberals do think differently”
    https://www.sciencedaily.com/releases/2016/03/160315120953.htm (15.03.2016)
    -“Is your political ideology in your head?”
    https://www.sciencedaily.com/releases/2016/03/160331105728.htm (31.03.2016)
    – “Red brain, blue brain: Republicans and Democrats process risk differently, research finds”
    https://www.sciencedaily.com/releases/2013/02/130213173131.htm (03.02.2013)
    etc.

  11. Va t on encore radoter longtemps avec ces sornettes de pseudo gauche contre pseudo droite?
    La France doit reconquérir son indépendance un point c’est tout!

  12. J ai vu le programme de Béziers et les noms d animateurs de séances et bien , ça ne fait pas rêver…Béziers devrait être une réunion entre gens de droite ( des chrétiens et raisonnablement libéraux ) , celle de la dernière chance pour la France , où l on met et développe des idées communes que l on synthétise pour former une sorte de pré-gouvernement d union souverainiste mais sans MLP et son mignon , trop attirés par une reconnaissance républicaine. Il faut les zapper et récupérer leurs militants car elle est incapable d’avoir ces fameux 50,001% pour etre élue. Il faut un homme fort qui s’introduire après un grand roi et fera renaître notre religion catholique, qui aujourd’hui ne ressemble à rien , un syncrétisme noachide.

  13. Le “rendez-vous de Béziers ” doit être l’occasion de réunir toutes les personnalités et cadres dirigeants patriotes ,tant du monde politique ,associatif ,médiatique etc etc.
    Quand je précise patriotes ,je veux dire bien évidemment “les vrais ,affirmés ” pas ceux qui s’en prétendent ,mais votent UMPS.
    Les participants doivent se choisir et désigner le Chef qui entrainera “la France du bon sens ” à la victoire.
    La chose semble possible.
    C’est l’union qui apportera le succès et non les querelles internes qui ne font que décourager les bonnes volontés.
    La France va si mal que l ‘adhésion aux idées du FN est de plus en plus forte.
    Il serait bon toutefois – et même indispensable – que les dirigeants du FN arrêtent “de lorgner “en permanence sur les électeurs de gauche.
    Le plein est fait de ce côté là.
    En revanche la Présidente du FN devrait réviser un tant soit peu sa position et tendre la main à la droite catholique .
    Les personnalités dirigeantes de
    ” la France catho ” ont besoin nécessairement du FN pour aller vers la victoire ,et le FN a besoin lui de l’appoint des dirigeants de “la France catho ” et de ses troupes .
    Ca parait pas dur à comprendre .
    C’est du gagnant -gagnant.
    “Toute maison divisée est appelée à disparaitre ”
    Le mécontentement est d’une telle ampleur – qui enfle chaque jour – que la victoire est possible.
    Le résultat des élections régionales en PACA est d’ailleurs significatif à ce sujet .
    Au deuxième tour ,le FN n’a t-il pas fait à lui tout seul 45,2% .
    L’union sans restriction et sincère des patriotes ,accompagnée d’un discours de vérité ,même si celui -ci “fait peur ” non par le mensonge ,mais la réalité seule de ce qui nous attend si rien ne change sont indispensables à la victoire.
    Il y a le feu à la maison France.
    Portons tous nos efforts sur le foyer principal – j’ai nommé le mondialisme et ses poisons qui vont avec – on verra ensuite ,mais rapidement ,c’est évident pour les foyers secondaires.
    Mission No1 : sauver la France ,c’est déjà pas mal comme objectif .
    La suite viendra ( avec les forceps, peut-être ) il ne faudra pas alors faillir.

  14. “…le Front National reste sous la menace d’un nouveau Sarkozy qui pourrait lui refaire le coup de 2007…” (sic)
    Non !
    La menace est INFINIMENT plus grande, c’est la menace d’un Juppé !
    Beaucoup ne semblent pas comprendre cela.

  15. L’auto-destruction de la droite nationale ne date pas d’aujourd’hui.
    JMLP a régulièrement freiné l’ascendance du FN par des interventions bien à propos, irresponsables seulement en apparence.
    Il a donné un coup de main signalé au système qui détruit inexorablement la France et l’Europe en poussant au départ et en persécutant sournoisement tous les grands noms du FN, sauf un ou deux, peu courageux.
    Enfin, touche finale, Le Pen a ménagé à sa fille, autoritaire besogneuse et sans convictions, le contrôle du Parti.
    Le FN , livré à MLP, c’est un appareil, programmé pour faire du suffrage, avec des petits chefs qui rejettent l’idéal transcendant indispensable pour gagner et gouverner.
    Abandonner le combat, qui est moral, pour avoir des places, et être bien vu des jouisseurs qui nous mènent à la ruine, c’est une politique à courte vue, et qui ne donnera ni le pouvoir, ni surtout les moyens de l’assumer.

  16. Une alliance droite-FN ? La caste politico-merdiatique a très bien compris que cela serait la fin de leur pouvoir…
    Par conséquent ils feront TOUT pour l’empêcher !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services