Extension de la pratique de l’IVG médicamenteuse aux sages-femmes : explication de non-vote du Parti Chrétien Démocrate

Le lendemain du vote à l'Assemblée Nationale de la loi portant réforme de l'hôpital, qui autorise désormais la pratique de l'avortement par les sages-femmes par son article 86 – III, le Parti Chrétien Démocrate a diffusé un communiqué (reçu par mail et non disponible sur le site du PCD) de Jean-Frédéric Poisson, député PCD/UMP et porte-parole de ce nouveau parti :

"Cet article 22 bis pose un problème à la fois éthique et pragmatique :

Ethique car la prescription de l’IVG chimique ne peut entrer dans le cadre de la profession de sage-femme, qui est l’accompagnement des naissances. De plus, nul ne peut éluder aujourd’hui la précarisation et les risques psychologiques liés à l’avortement chimique à domicile.

Pragmatique, puisqu’à l’instant où le gouvernement souhaite relancer la contraception pour lutter contre le nombre d’avortements, en hausse chez les mineures, une telle disposition tendant à élargir la pratique de l’avortement contredit de plein fouet la cohérence du projet gouvernemental .

Le Parti Chrétien-démocrate appelle de ses vœux une politique qui soit centrée sur un véritable accompagnement des femmes enceintes en difficulté, c'est-à-dire tourné vers l’accueil de la vie.

Ce n’est que par ce moyen que l’on résoudra la persistance du nombre d’avortements dans notre pays, tout en proposant des alternatives respectueuses de la dignité des femmes."

Nul ne peut mettre en cause la pertinence de ce communiqué. En revanche, nous serions intéressés de savoir pourquoi aucun des trois députés du PCD (ex-FRS) n'était présent lors du vote, pourquoi aucun député du PCD n'a, par conséquent, voté contre ce projet de loi. Si cet article 22bis (en réalité 86) méritait un communiqué de protestation, n'aurait-il pas été logique que, dans le cadre des points non-négociables avancés par Christine Boutin, les députés du PCD aient été en première ligne pour combattre l'avancée de la culture de mort ? Il ne faut pas s'étonner ensuite que certains ne voient dans ce nouveau parti politique affilié à l'UMP qu'un leurre

 

Espérons que ces trois députés seront présents le 6 juillet lors de la présentation de la nouvelle proposition de loi sur le travail dominical et qu'ils se rattraperont…à moins que cela ne fasse pas non plus partie des points non-négociables de Christine Boutin.

7 réflexions au sujet de « Extension de la pratique de l’IVG médicamenteuse aux sages-femmes : explication de non-vote du Parti Chrétien Démocrate »

  1. Marie

    pour info, j’ai écrit aux 3 députés pour avoir des explications sur leur silence et n’ai eu aucune réponse !! Ils cherchent surement à étouffer l’affaire ; à nous de la faire connaître dans tous les milieux cathos histoire qu’un minimum de personnes se fassent berner.

  2. direlebeau

    Je viens de faire un tour sur le site internet du Parti Chrétien Démocrate de Mme BOUTIN et ai constaté qu’elle y rend public le courrier qu’elle adresse ce 20 juin 2009 à Monsieur le Président de l’UMP.
    C’est très trés beau car elle dit à ce frère “Mon ami Xavier”, elle le tutoie… et surtout elle se montre aussi naive que possible. Elle n’a toujours rien compris…
    La baffe ne l’a pas réveillée!

  3. JB

    Si seulement l’attitude de ces élus pouvait ouvrir les yeux de certains… Jugeons ces députés à leurs actes (il est connu que lorsqu’un député ne veut pas prendre position, il est absent de l’assemblée – courage fuyons -…)et ne nous faisons aucune illusion sur les communiqués de ce parti.ils ne sont que poudre aux yeux.

Laisser un commentaire