Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

Expulsion d’un imam à Lyon

C’est encore un ancien imam de Vénissieux, Chelali Benchellali qui est pris la main dans le sac du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC, mouvement islamiste algérien). Sous le coup d’un mandat d’expulsion depuis 2004, un simple contrôle routier a permis de l’interpeller et de pouvoir enfin exécuter l’ordre de la justice.
Vétéran de la guerre en Bosnie, Il a un joli palmarès :

  • condamné en 1992 entre deux "voyages" en Bosnie pour détention en France d’une kalachnikov et de munitions retrouvées dans le coffre de sa voiture,
  • condamné en juin 2006 à huit mois de prison dont six
    avec sursis lors du procès du réseau islamiste dit des
    "filières tchétchènes",
  • accusé d’être le
    pivot de cette cellule terroriste,
  • soupçonnée d’avoir projeté en
    2001-2002 des attentats chimiques contre la Tour Eiffel, un grand magasin du
    Forum des Halles, des commissariats ou des établissements abritant des
    intérêts israéliens.

Par ailleurs, deux de ses fils avaient
également écopé de peines de prison lors du procès des filières tchétchènes, alors qu’un
troisième a passé plusieurs années à la prison de Guantanamo.         

Lahire

Partager cet article

13 commentaires

  1. Belle religion.
    N’ oubliez pas de lire ” Le vrai visage de l’Islam” de M.Alcader aux éditions Kyrollos et préfacé par le Général Gallois.
    C’est clair, net et très précis.
    Après un tel livres? les bonnes âmes ne pourront pas dire: “On ne savait pas”
    Aujourd’hui l’ignorance est volontaire.
    Qui veut vraiement savoir à tous les moyens de s’instruire.

  2. oui mais c’est une chance pour la France

  3. Vous nous dites quoi, là? Que la suppression de la double peine ce n’est pas grave puisqu’il suffit d’un mandat d’expulsion?

  4. la décision concernant cet imam est un bon début
    si tous les détenteurs d’armes illégales sont expulsés, le problème des banlieues sera bientôt résolu…
    heureusement, airbus fabrique maintenant de gros porteurs!

  5. Charmante famille…

  6. Sur le concept de double peine : il n’y a pas de double peine car l’expulsion n’est en aucun cas une peine, c’est une mesure administrative qui sanctionne le fait que la personne expulsée ne remplit plus les conditions pour rester sur le territoire, en raison de son comportement. La seule peine que subit l’individu en cause est la sanction pénale. L’expulsion tire simplement les conséquences d’un changement de situation administrative, d’une situation d’illégalité de la présence sur le territoire français.

  7. Par mesure de précaution (méthode souvent employée)le renvoi de tous les immans.

  8. et aussi le livre de :
    Karl Pfander: Le Mizanu’l Haqq L’équilibre de la Vérité réfutation de l’Islam
    Traduction de The Balance of Truth
    version revue et complétée du Mizanu’l Haqq
    par W. St. Clair Tisdall, 1910

  9. @ Jean-Marc, Merci pour ce cours de Droit. Mais cela ne répond pas malheureusement à la question.
    Je reformule: l’expulsion (mesure administrative, comme vous le rappelez si justement) est-elle toujours possible aujourd’hui malgré la suppression de ce que tout-un-chacun (pas les juristes) appelle la “double-peine”?
    Si l’explusion semble ici possible pourquoi regretter qu’elle ne le soit plus pour Chérif Bouchelaleg?

  10. Benchelalli-les-babouches-blindées,
    Benchelalli-cimeterre-fumant,
    bel exemple d’une religion tolérante intégrée à la République…
    Sarko !! Houhou, Sarko ???

  11. “Reste que l’existence d’infractions pénales et leur gravité constitueront fréquemment le motif légal de l’arrêté préfectoral de reconduite à la frontière. Par exemple, étranger qui s’est rendu coupable de violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours […]” (v. CE 5 mai 1997, Tekin). Cas d’un étranger condamné à une peine de 15 mois de prison dont dix mois fermes, pour assocation de malfaiteurs, port d’arme prohibé et vol avec violence (v. CE 21 fév. 1997, M. Weiyi Ju”. Pour l’expulsion qui nécessite l’établissement d’une “menace grave à l’ordre public”, la situation est à peu près similaire : “L’existence de condamnations pénales d’une particulière gravité constitue souvent, aux yeux de l’administration, une justification de l’expulsion”. Pour les infractions mineures, l’expulsion n’est pas jugée justifiée. En tout état de cause, il faut bien comprendre que la notion de “menace grave à l’ordre public” ne peut s’assimiler à la commission d’une infraction pénalement sanctionnée. Il s’ensuit que la simple commission d’une infraction pénale ne justifie pas l’expulsion, si la menace à l’ordre public n’est pas dans le cas d’espèce justifiée (CE 24 janv. 1994 M’Barki). En clair, chaque cas doit être apprécié concrètement, et il ne saurait y avoir automaticité de l’expulsion à la suite d’une condamnation et les juges peuvent apprécier la réalité d’une menace à l’ordre public (les § entre guillemets sont tirés du Code administratif 2006 de chez Dalloz). La “double peine” n’a évidemment pas été supprimée, mais il n’en reste pas moins que l’expulsion ou la reconduite à la frontière en cas de commission d’infraction pénales est une mesure administrative, administration soumise au politique, qui dépend du bon vouloir et du zèle des autorités administratives…

  12. Dites, Sarko, il le fait exprès ou quoi ??? Il est contre la double peine, donc il n’expulse pas les étrangers qui commettent des délits graves ou des crimes. Par contre les terroristes sont expulsés une fois leur peine de prison purgée !
    Mais, c’est le contraire qu’il faut faire ! Un terroriste est moins dangereux enfermé dans une prison française que libre dans son pays d’origine !!! Il faut vraiment pas s’étonner si les terroristes recrutent si facilement, s’il sont libérés de la sorte !!!!!

  13. La “double peine”, c’est aussi l’épée de Damoclès que peut percevoir un étranger à l’idée que toute condamntion pénale, même pour une infraction routière jugée “grave” (mais tout est jugé grave de nos jours en la matière…) peut le renvoyer hors de France.
    Le problème, c’est si de véritables délinquants, voire criminels, ne sont pas expulsés.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services