Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Evo Morales et la Pachamama virés du palais du gouvernement bolivien

Evo Morales et la Pachamama virés du palais du gouvernement bolivien

Evo Morales, président marxiste de Bolivie, a été contraint de démissionner après presque 14 années à la tête de l’Etat. Les dirigeants de l’opposition bolivienne, qui ont obtenu la démission et le départ d’Evo Morales, ont eu pour premier acte “officiel”, de se rendre au Palais du Gouvernement pour prier à genou Bible ouverte sur un drapeau bolivien.

 

Selon une information de l’AFP, dimanche 10, avant de quitter le Palais du Gouvernement, un pasteur chrétien partisan de Camacho a dit :

“la Bible est de retour au Palais du Gouvernement. La Pachamama n’y reviendra plus jamais. Aujourd’hui, le Christ est de retour au Palais du Gouvernement. La Bolivie est pour le Christ”

Cette évocation de la Pachamama est intéressante. Dans cet article de 2013, on apprend que, malgré sa promesse de respecter la liberté religieuse, une loi a encadré strictement les associations cultuelles, touchant principalement les catholiques et les protestants, et Morales faisait la promotion de l’animisme précolombien dont les principes doivent, selon lui, inspirer les diverses religions. L’article 15 de la loi oblige toutes les organisations confessionnelles à accorder leurs activités aux paramètres de « l’horizon de la bonne vie », un concept issu de la vision cosmologique aymara, le terreau culturel et cultuel d’Evo Morales. A ceux qui estimaient que cette loi était contraire à Convention relative aux droits de l’homme, signée par la Colombie, Morales a répondu que « le respect des droits de la Terre-Mère (la « Pachamama ») est plus important que le respect des droits de l’homme. » De culture aymara, le Président Morales s’était exprimé sur ses croyances :

« Certains disent que je suis athée, mais c’est la première fois que je l’affirme publiquement : à minuit comme à l’aube, je prie pour mon père et ma mère qui m’a donné le jour. Je pense à mes pères, je crois en notre mère [la Terre] et je crois également en nos dieux. »

La croyance en la « bonne vie » est un concept aymara et quechua. Il s’agit de vivre dans un équilibre naturel et spirituel, en sachant comment se comporter et vivre avec toutes les formes d’existence. La « Terre-Mère » est mise en avant dans une conception de la vie très environnementaliste, opposée à l’industrialisation et au capitalisme. Mais l’aspect religieux est très marqué au niveau de la cosmogonie. Cette Pachamama (Terre-Mère, énergie ou force tellurique) est, avec le Pachakama (Cosmos-Père, énergie ou force cosmique), l’une des deux sources de toute existence, selon cette croyance. Cette « bonne vie » se décline, sous les auspices de la Pachamama, en treize principes apparemment anodins (savoir manger, savoir dormir, savoir donner et recevoir, etc.), mais à la spiritualité évidente, qui ne peut s’associer avec celle des églises. En effet, la Pachamama, Terre nourricière, est avant tout une déité à qui il faut faire des dons pour obtenir ses faveurs, et les indigènes andins lui apportent une offrande nommée Challa en quechua ou Pago en aymara, sous forme de bière, de feuilles de coca ou de nourriture. Un culte que Morales fait de plus en plus intégrer dans la législation, plus largement dans la sphère politique et publique.

En décembre 2010, avait été votée une loi qui accorde des droits à la Terre-Mère, la considérant comme une personne. L’article 5 de cette loi confère à la Pachamama un caractère de « sujet collectif d’intérêt public », tout en précisant que les droits conférés par le texte à la Terre-Mère par ce texte n’épuisent pas tous les droits dont elle dispose. L’article 3, quant à lui, rappelle que la Terre-Mère est considérée comme sacrée. L’article 7 évoque les droits de la Pachamama : droit à la vie, à la biodiversité, à l’eau, à l’air pur, à l’équilibre, à la restauration et au droit de vivre sans contamination. Un culte à la Terre, présenté comme déité, auquel le Président Morales tente de donner un caractère d’Etat et qu’il prétend imposer aux autres religions au travers du concept de « bonne vie ».

En 2011, Morales a critiqué l’Eglise catholique qui avait refusé de prendre part à une cérémonie inter-religieuse qu’elle jugeait en contradiction avec ses dogmes. Le Président bolivien a accusé l’Eglise de discriminer les autres participants en refusant d’assister au rituel de la Pachamama, un culte de reconnaissance adressé à la Terre pour les dons de l’année écoulé, où les Aymara et les Quechua allument des cigares autour d’un trou (la « Boca » ou « Bouche de la Terre) censé aller jusqu’au centre de la Terre pour chasser les mauvais esprits. Une critique qui a été visiblement entendue… (voir ici, et ).

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services