Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Européennes : un désaveu pour l’UE

Polémia offre une vision factuelle des résultats électoraux, dont voici la conclusion :

"[L]es lignes de force de ces élections européennes sont bien différentes de celles qui ont été présentées aux Français. Le désaveu de l’Union européenne se manifeste :

  • par la progression de l’abstention (+ de 2,6%) ;
  • par le recul des groupes gouvernant le Parlement européen (socialiste et démocrate chrétien) : -6,4% ;
  • par la progression considérable des formations « autres » : +8,8% ;
  • par le triplement des sièges (hors France) des mouvements nationaux et identitaires, clairement hostiles à l’immigration, passant de 14 à 35 ;
  • par l’affaiblissement des groupes euro-fédéralistes par l’abandon du PPE par le Parti conservateur britannique."

Partager cet article

5 commentaires

  1. ces élections marquent surtout la victoire éclatante du MPF (+ de 5%)et des chasseurs
    et pêcheurs (que l’on a trop vite oubliés):60% de français partis à la pêche à la ligne= total 65%
    or ce sont eux les vrais écolos

  2. Bonne analyse de J-Y Le Gallou
    Une étude sur les abstentionnistes parue dans LE MONDE
    http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/06/08/le-npa-le-modem-et-le-fn-sont-les-principales-victimes-de-l-abstention_1203923_1168667.html#ens_id=1204623
    montre que l’abstention a surtout marqué l’électorat eurosceptique et les classes d’âge et catégories sociales qui votent le plus aux deux extrêmes du spectre électoral, à savoir donc le NPA de Besancenot et le Front de Gauche de Mélanchon d’un côté, et le FN et le MPF de l’autre, mais aussi le Modem, dont l’électorat est plus eurosceptique que ne l’a cru Bayrou, et qui rejette lui aussi le système des partis.
    Paradoxalement, ces segments d’électorat qui avaient été en partie les moteurs du non à la Constitution et dussuccès de Bayrou à la présidentielle, ont proportionnellement moins voté que les autres électorats par rapport au vote référendaire, écoeurés par le fait que la classe politique a contourné le refus du non par le traité de Lisbonne et sceptiques également sur la possibilité du vote européen de peser sur la situation politique intérieure.
    C’est ce qui ferait que la France, leader du non, a vu les eurosceptiques et les déçus de la politique UMP-PS dans leur ensemble, de droite et de gauche, se retirer du champ politique plus fortement que les partisans et les dupes de l’Europe.
    De là découle que pour les régionales, à forte implication intérieure, il devrait en être autrement, et que ces électorats participeront plus massivement, en principe.

  3. si l’on regarde bien le résultat de libertas,les chasseurs ne sont pas allés à la …peche et se sont bien mobilisés;contrairement à l’ancien électorat eurosceptique (PASQUA PDV )qui est démobilisé.mis à part le fief vendéen.La base FN et Parti de la France reste solide malgré les querelles autour des personnes (somme toute vouées à disparaitre avec le retrait inévitable du menhir de la vie politique)

  4. 14 à 35 ça ne fait pas un triplement…

  5. les choses les plus simples sont les plus difficiles à admettre.
    Les chefs des partis à la droite de l’umps n’ont toujours pas admit que tous les beaux discours ne remplaceront jamais la dynamique unitaire,seule capable de redonner courage et optimisme aux électeurs déçus par l’affrontement des chefs plus soucieux de leur EGO surdimensionné que de l’intérêt réel de leurs électeurs.
    Un acte de contrition serait le bienvenu de leur part.
    Mais combien de défaites faudra t’il mettre encore à leur actif ?
    Jusque ou descendra le pays avant la réaction salvatrice ?

Publier une réponse