Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Etude sur le “langage SMS”

Des Canadiens ont mené une étude sur le langage utilisé dans les textos par les adolescents. On ne peut que tomber d’accord avec le constat partagé avec les parents : orthographe laminée, syntaxe déplorable, grammaire bafouée… sans parler des diverses abréviations et substitutions ("qu" par "k", "de" par "2", etc).
En revanche, les conclusions reposent sur des postulats erronés :

  • "ils [les utilisateurs de textos] nous démontrent qu’ils
    manipulent différents registres de langues quand ils les rédigent. Ils
    font preuve d’une maîtrise lucide et consciente du langage
    ".
    Les adolescents en particulier, si l’on accepte l’idée qu’ils manipulent différents registres, écrivent surtout comme ils parlent en utilisant le langage SMS comme registre principal et la langue maternelle, comme une contrainte ou une langue secondaire. Cet état de fait est regrettable et dangereux, coupant ponctuellement (et durablement?) les générations, les couches sociales ou encore parfois les utilisateurs entre eux. Cette pratique favorise un communautarisme basé sur un langage qui se subsititue à la langue qui lie les vivants et les générations.
  • paraît qu’"un langage est un organisme
    vivant qui évolue et se modifie selon une vieille règle de
    linguistique, du moindre effort (qui vise à une simplification
    perpétuelle de la langue, à tous niveaux)". Cette théorie est aussi totalement battue en brêche par la lecture des classiques ou la simple observation de l’histoire : le temps passant, la pensée se précisant, le savoir s’accroissant, les sciences se développant, l’homme a toujours amélioré sa langue maternelle dans le sens de l’effort pour définir, expliquer et transmettre les notions de plus en plus précises qu’il découvrait et tenait à faire partager.
  • Et on devrait rajouter que la langue n’appartient à ceux qui l’utilisent : elle fait partie d’un héritage que les générations doivent transmettre en l’améliorant si elles peuvent, mais surtout pas en l’appauvrissant. Saint-Exupéry disait qu’il empruntait la terre à ses enfants. On pourrait dire la même chose de tout héritage.

Le langage texto contribue à l’appauvrissement de la culture et à la mort de l’intelligence chez les adolescents. S’il n’en est pas le seul responsable, il ne faut pas non plus lui trouver des vertus qu’il n’a pas. Est-il aussi nocif pour des adultes cultivés et instruits? Sans doute pas, j’en connais qui l’utilisent occasionnellement et qui par ailleurs écrivent remarquablement bien…

Lahire

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

8 commentaires

  1. Il ne faut pas tout mélanger : l’usage du langage SMS n’est pas choquant pour les SMS ou pour MSN (généralement, sur MSN on utilise un franglais abrégé, toi aussi se disant “U2” (you too). Ce qui est génant, c’est quand ce langage est utilisé ailleurs ou, pire encore, quand ce langage est le seul connu.

  2. @SIMON
    je ne sais si vous côtoyez beaucoup d’ados….
    hélas, ce “langage” tend à devenir le seul connu par certains, que je croise dans le métro, ou dans la rue, par exemple. Mes enfants me confirment ce fait.
    Et je crois que cela va continuer à creuser encore danvantage les différences entre les catégories sociales et culturelles. Bref, à accroître encore le communautarime.

  3. Je crois que vous vous trompez complètement en étant inquiété pas l’existence du langage sms en tant que telle.
    Votre idée est la suivante, si je comprends bien : les enfants les moins instruits, les moins àl’aise avec le franaçsais soutenu, risquent de faire de moins en moins bien la différence entre leur langage sms et la langue qu’ils doivent employer pour leurs dissertations.
    Or, l’enjeu réel est celui de la maîtrise de l’écrit. La confusion existe peut-être parfois avec le langage sms, mais elle est surtout présente avec le langage oral : beaucoup d’adolescents, mais aussi beaucoup d’adultes, écrivent comme ils parlent. Cette absence de distinction faite entre l’oral et l’écrit, c’est d’ailleurs une des nombrueses définitions de l’illetrisme.
    Auriez-vous pourtant l’idée de tirer la sonnette d’alarme en en clamant que le langage familier, l’utilisation de l’argot, menacent la richesse de la langue française ? Non ? Alors pourquoi craindre les sms ?
    Apprenons à lire et à écrire aux jeunes Français les moins bien “armés” culturellement, et n’entamaons pas ce type de combats parfaitement inutiles et perdus d’avance.
    Verlan, sms, et argot “djeuns” ne sont en rien incompatibles avec Molière et Villon.
    Quant au communautarisme… Attention à l’utilisation abusive de mots qu’on finit par vider de tout sens. Que les adolescents aient une culture qui leur soit en partie propre, et qui reste très méconnue des adultes, est une chose ancienne, et très certainement nécessaire. Et qui ne signifie en rien qu’ils rompent le contact avec le monde des adultes.

  4. La fille de l’un de mes amis, viticulteur et professeur d’oenologie, a un blog écrit en langage sms ou apparenté…
    Aprés visite de ce blog je n’ai pu m’empêcher de lui faire part de mon inquiétude pour l’orthographe trés rudimentaire de sa charmante fille.
    Il m’a rassuré en riant. Sa fille est dans les toutes premières en cours de littérature et son orthographe très bonne.
    Espérons que cela soit le cas général…

  5. @sixtine : j’ai 17 ans, et je parle de l’usage de ce langage en connaissance de cause. Je l’utilise beaucoup, cela ne m’empeche pas d’écrire dans un français relativement correct. Le problème, c’est que certains confondent français et langage msn/sms. Tant que ce langage est utilisé par des personnes maitrisant le français, il n’y a aucun problème. Si je l’utilise, c’est pour sa facilité et sa rapidité (que celui qui met les accents sur MSN me lance la première pierre).

  6. Ce que je crains, c’est que ceux des adolescents qui savent et aiment encore lire le dovient à leur environnement familial, bien plus qu’à l’école.
    On m’a dit que les correcteurs du bac ne peuvent, pour l’épreuve de français, qu’enlever deux points maximum pour l’ortographe.
    Pour les autres épreuves, les fautes d’orthographe sont purement et simplement ignorées.
    Or, dans la plus grand majorité des cas, loin d’être un ramassis de règles obscures, l’orthographe permet de rendre un discours intelligible.

  7. On dit que les enfants ont perdu le goût de la lecture. C’est en partie vrai, mais c’est faute de litterature enfantine de qualité!
    Le club des 5, Alice, Oui oui ou Jojo lapin, c’est très bien, mais c’est franchement ringard…
    Harry Potter a montré qu’on pouvait faire de la litterature enfantine qui soit un succès de librairie, tout en ne prennant pas ses jeunes lecteurs pour des idiots illettrés. Avaler des pavés de 500 pages ne rebutte pas nos jeunes lecteurs si cette lecture est passionnante.
    Que l’on donne à nos enfants des livres qui les intéresse, et ils retrouveront a coup sûr le goût de la lecture! (et le sens de l’orthographe par la même occasion)

  8. Exact. Pour voir le lien entre lecture et éducation nationale, je me souviens de mon bac de français (l’an dernier) : la prof me demande ce que je lis, je repond “du asimov et la Bible”, elle ne connaissait pas asimov (elle me demande qui est cet auteur…) et me pose cette question tres…. intelligente “Pourquoi vous lisez la Bible?”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services