Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

“Etre le terreau dans lequel tous les courants de la droite pourront se retrouver et s’épanouir.”

Dans Valeurs Actuelles, Marion Maréchal Le Pen présente son projet, une école de formation des chefs :

DXno0IAXkAAWjjc DXno0jPW4AIc4Ct

Partager cet article

7 commentaires

  1. Simple ,clair , précis , la formule gagnante :
    DLF + FN + PCD + UPR + IDENTITAIRES ,et SURTOUT
    pourquoi pas LR !!! etc ,etc
    Voilà la seule et unique clef de la victoire.
    Ce n’est certainement pas en ‘retirant du poids ” sur le plateau de la bascule que l’on fera pencher ce dernier dans le camp de la victoire ,n’est-ce pas ?
    “l’union fait la force ”
    “toute maison divisée est appelée à disparaître.
    L’heure et les circonstances sur l’état de
    “délabrement de la France ” n’invitent plus les chefs de l’opposition à se combattre ,mais bien au contraire à additionner leur force respective.
    L’objectif est le suivant : sauver la France.
    LE PEUPLE VOUS JUGERA .

  2. Et une école de plus !

  3. Décidément cette république lamine tous les esprits , pourtant elle ne partait pas trop mal . Mais je finis par preferer le principe aux individus et donc définitivement ne plus faire confiance à ce qui a trait de pret comme de loin à la république.
    Vive la Monarchie , vive Louis XX

  4. une école de formation des chefs ! expression malheureuse s’il en est.
    vous devez avoir des chefs ! vous n’êtes pas le chef ! je suis le chef et je dis qui est le chef ! vous êtes d’accord ? non ? dans tous les cas opinez du chef ! comment ? on dit oui ! chef ! oh ! plus fort !
    il peut sembler au premier abord, qu’il manque une institution pour nous procurer des cadres, mais, de quoi parle-t-on, ce genre d’école n’est là que pour privativer un peu plus le droit de désigner les notables et les gens à considérer.
    le fait d’être prudent, de chercher à se cultiver et d’être assez bien en cours avec d’autres, n’est pas une chose qui s’apprend, ce qui manque c’est précisément des personnes qui ne sont pas des cadres, mais des gens décidés ! de ces gens qui ne sont pas pour autant des courtisans. Former des courtisans n’est pas intéressant.
    Madame Maréchal est une héritière, et pas saint Louis. Il faudrait que cette dame ne soit pas le produit de marketing qu’elle est. ce n’est pas une madame maréchal qu’il faut mais dix, cinquante et plus, alors il ne se dégagera pas de tout cela, l’impression que donne les travaux d’une agence publicitaire, alors toute ce battage autour d’une personne jeune et séduisante n’aura pas l’air d’un discours de caserne et le pays aura l’air d’avoir non le mot démocratie à la bouche, mais réellement une agora.
    oui, il y en a marre de l’adoration de madame maréchal ! en tant que catholique, je n’adore que Dieu et le culte du “smart” je le laisse aux fashion victims et autre gibier de supermarché.
    et je me positionne pour revenir mieux que ce que je ne suis parti, la vie est un pugilat, et la politique une arène !
    une école n’est pas libre si les cours dispensés ne sont accessibles qu’à une élite financière, il y a là déjà une sélection censitaire,-alors que l’intelligence n’est ni le fait d’un groupe ou d’un entre-soi.
    La métapolitique mot cher à Monsieur de Villiers, ne sauvera pas le pays, parce que qu’il faut ce sont des gens unies et pas simplement des gens qui se présentent comme des maîtres à penser tout disposé à confondre socrate et les sophistes qu’il combattait. le vrai savoir architectonique de toute science et de tout savoir faire, ne se monnaie pas.
    on ne trouve de réelle élite que d’une seule façon, en cultivant l’amitié vraie et non par le “doux commerce”, fut-il celui du “savoir”, car l’amitié véritable est l’exigence suprême, elle ne tolère aucunement la flagornerie et toute autre forme de médiocrité.

  5. Ce qui manque, c’est le courage. Le courage de prendre des risques pour marteler la vérité devant le peuple et, ensuite, prendre les mesures nécessaires pour sauver la France. Quelque soit l’opposition. Nos élites sont formées, celles qui sont prêtes à suivre un chef courageux et déterminé. Beaucoup attendent sans se manifester, par crainte des conséquences possibles. Français sans peur, chrétien sans reproche !

  6. Letalle,
    attendre un chef, cela peut durer très longtemps, et le pire c’est qu’au bout de ce très long temps il pourra se présenter quelqu’un et alors ce sera une nouvelle catastrophe. non , ce qu’il manque c’est l’union entre les gens, des relations directes, et surnaturelles à la fois, sans médias, sans moyens sociaux de communication, sans prothèses.
    l’homme providentiel est un mythe, vous voulez changer les choses, faites vosu des amis, mais des vrais, pas des relations de “clubs service” et autres société de “pensée”.
    le reste c’est du baratin, de l’opium.
    attendre que cela tombe tout rôti, c’est un miroir aux alouettes.
    ne “résautez” pas, ayez des amis inoxydables, c’est entièrement différent.

  7. Pendant 1500 ans, en France, le chef c’était Dieu Lui-même. Le roi de France n’était que son lieu tenant et mine de rien ça fonctionnait sacrément bien tant que le roi respectait son rang.

Publier une réponse