Etats-Unis : les catholiques condamnent le meurtre de Tiller

Suite à l'assassinat de George Tiller (dont l'assassin présumé, Scott Roeder, n'est pas en lien avec le milieu pro-vie), Daniel Hamiche rapporte les réactions des catholiques aux Etats-Unis. Parmi eux, le Père Frank Pavone, directeur national des Priest for Life :

T "C’est avec tristesse que j’ai appris ce matin le meurtre de George Tiller. […] Ne tirons pas trop vite des conclusions et ne nous précipitons pas à juger. Mais quel que soit le motif, nous, les Prêtres pour la Vie, continuerons à affirmer une culture où la violence n’est jamais considérée comme la solution à un quelconque problème. Toute vie doit être protégée, indépendamment de l’âge, des opinions ou des actes […]

Il faut remarquer que les efforts pacifiques des pro-vie à Wichita était sur le point d’aboutir à la révocation de la licence de Tiller. Il avait été jugé voici peu pour avoir enfreint plusieurs dispositions de la loi du Kansas relative aux avortements tardifs. Un jury l’avait acquitté, mais d’autres instructions étaient en cours sur d’autres violations de la loi. S’il advenait que fut révélé que l’assassinat de ce jour le fut au motif de tenter de mettre un terme à l’avortement (et, répétons-le, ce n’est absolument pas évident), il ne faudrait pas oublier que l’assassinat d’autres avorteurs ou de membre de leurs personnels (David Gunn, 1993 ; John Britton, 1994 ; Shannon Lowney et Leanne Nichols, 1994, Barnett Slepian, 1998) se sont produits dans un environnement marqué par une grande frustration née des initiatives pro-avortement du président Clinton. Aujourd’hui, on ressent une frustration semblable en raison de la présidence Obama et de son soutien à l’avortement. Il ne s’agit pas de faire porter le reproche sur nos présidents des actions dévoyées de quelques-uns. Mais nous ne devons pas non plus ne pas constater ce qui peut se manifester comme modèle. Quand diminue l’espoir que le gouvernement va faire quelque chose pour protéger les vulnérables, la tentation de faire justice soi-même grandit."

13 réflexions au sujet de « Etats-Unis : les catholiques condamnent le meurtre de Tiller »

  1. Sancenay

    Il est bien évident qu’aucun chrétien sensé ne peut soutenir que la violence peut se résoudre par la violence.
    Il y a de fortes chances que le coupable soit un déséquilibré ou un homme de main qui pourrait très avoir été activé par quelques fanatiques de la “philosophie” de l’homme-matériau humain.

  2. Fontey

    Au risque de vous choquer, je crois que des individus tels que ce Tiller méritent la peine de mort. Quoi qu’on pense, l’homme qui a commis cet acte s’est sacrifié: c’est la peine de mort qui l’attend. Pourquoi ne pas réfléchir également à son sacrifice? Si un résistant avait reussi à abattre le Docteur Mengele pendant la Seconde Guerre Mondiale, on aurait parlé d’un acte héroïque de résistance. Pourquoi ne pas penser la même chose d’un acte qui a mis fin à la carrière d’un tueur en série patenté? Je pense personnellement que le Révérend Paul Hill et James Kopp sont des héros.

  3. David Boutin

    @ Hermine
    J’espère qu’on peut le pleurer même si je trouve que sa vie est une série d’ignominie! Quoi, n’avons-nous pas, en tant que chrétien, à être solidaire et désireux du salut de tous? Depuis quand un chrétien peut-il soupirer de soulagement à l’idée d’un possible châtiment éternel pour un frère en humanité, pour qui le christ est mort aussi?

  4. francoisdesaintjean

    Si un meurtre doit etre commis demain (enfants), on a le devoir de tout faire pour l’empecher, c’est ca etre chretien, et non pas laisser faire comme le soutient le premier commentaire.
    De nombreux bebes ont ainsi probablement ete sauves des le lendemain meme, n’en deplaise a certains: c’etait l’un ou l’autre, il n’y a pas d’entre d’eux.
    Cet acte fait prendre conscience aux gens de la gravite de ce qui se passe, et permet de sauver leur ame, tout comme l’excomunication permet d’en sauver (voir l’article du SB sur les bienfaits de l’excommunication). L’excomunication accroit le risque de perdre son ame, autant que lors de la perte d’une vie. On reconnait pourtant les bienfaits de l’existence de cette sanction.
    Le devoir d’un chretien est de sauver des ames et des vies (enfants a naitre), et ne rien faire constitue une non assistance a personne en danger.

  5. francoisdesaintjean

    A Sancenay:
    Si chaque jour, un criminel tue les enfants d’une famille de votre voisinage, qu’il est determine, et qu’a l’evidence, sauf a mettre fin a sa vie, vous ne pouvez l’en empecher, vous est passible de cour de justice pour complicite criminelle passive en ne l’empechant pas par TOUS moyens.
    C’est ce que font necessairement la police et la gendarmerie dans les situations sans issue. C’est ce qui a ete fait lors de la prise d’otage a l’ecole de Neuilly sur Seine alors meme que le preneur d’otage n’avait pas de casier judiciaire et n’avait jamais tue auparavant.

  6. Dominique Morin

    Dans ce sinistre épilogue à une longue carrière d’assassin de “Tiller the killer” comme l’appelaient les pro-life, plusieurs points sont importants à garder à l’esprit.
    Ce n’est pas à chacun d’entre nous à se faire justice à titre privé et la légitime défense ne s’applique pas à ce cas de figure. En effet, la personne qui l’a tué ne semblait pas menacé directement dans sa propre vie par lui quand il a tué ce boucher et elle n’avait aucun mandat pour défendre quiconque. Tout assassin mérite un procès équitable sinon la justice perd sa légitimité.
    Le respect de toute vie humaine doit être inconditionnel sinon il peut aussi être remis en cause par d’autres pour d’autres motifs. C’est ce qui se passe avec l’utilitarisme ou la loi du désir qui justifient l’avortement. Que cela nous plaise au pas, ce principe protège la dignité humaine de toute créature de Dieu.
    En effet, ce criminel d’enfants avéré possède une âme et a du répondre de ses nombreux crimes devant le créateur aussitôt sa mort. Or, le salut de son âme dépend de ses dispositions à rejeter le mal qu’il fait et choisir le bien en acceptant la grâce de Dieu. Si nous refusons sous un prétexte aussi apparemment “valable” qu’il soit cet équilibre entre liberté et responsabilité, nous privons une créature de Dieu de son éminente dignité.
    C’est notre frère que nous rejetons en agissant ainsi.
    Comment ensuite prétendre protéger le droit à la vie au nom de cette éminente dignité humaine?
    Pour finir, les pro-avortement lisent les blogs pro-vies. Nous avons un témoignage à porter en ce jour ou certains pourraient être tentés de se réjouir. Témoignage du pardon des offenses, de la miséricorde et du souci du salut des âmes de nos ennemis.
    Ainsi, nous resterons cohérents entre nos propos et nos pensées et accessoirement, c’est à dire de façon secondaire, nous ne donnerons pas prise à ceux qui cherchent à se rassurer et démontrer leurs thèses selon lesquelles les pro-vies seraient hypocrites.
    Prions pour le repos de son âme et la miséricorde de Dieu ainsi que pour son meurtrier. Ceci étant fait, recommençons sans faiblir à défendre la vie sans concession, prêts à avoir encore plus de contradiction qu’avant grâce au sale travail des médias. Car soyez assuré que la culture de mort va défendre ses enfants, mais pas ceux qui les tuent. Et les amalgames et les diffamations ne vont pas manquer.
    N’en déplaise à certains, nous devons accepter d’être attaqué, diffamé, calomnié, brutalisé, victime d’injustice, témoin du mal, sans pouvoir jamais utiliser les mêmes armes. Non pas impuissants, mais témoins de la paix et de l’amour qui seules peuvent vaincre la haine et la mort. A l’image du prince de la paix qui a vaincu la mort, Notre Seigneur Jésus Christ.

  7. Sancenay

    à “françoisdesaintjean”
    je comprends et partage votre émotion quant aux meurtres des enfants dans le ventre de leur mère puique qu’au contraire de ne “rien faire ” comme vous le présupposez , j’ai sacrifié beaucoup de choses jusqu’à présent à les défendre avec énéergie et hardiesse et malgré le prix payé en de multiples occasions, je n’ai aucun regret.
    Cependant à ma connaissance, je n’ai pas reçu mandat de quelque autorité légitime pour rendre justice par moi-même.
    Je ne suis pas gens d’armes et je ne dispose pas de la force nécessaire pour aller empêcher tous les “serial killers “qui “opèrent” dans leurs officines de mort tout autour de nous.
    Alors je me bats avec les moyens que Dieu m’a donnés : une plume acérée et un regard assez perçant sur tout ce qui porte atteinte à la Vie, et une plume bienveillante sur ce qui contribue à défendre et à promouvoir la Vie.
    Ce sont de petits moyens assurément mais, associés à la prière et autant d’actions de ceux qui se battent pour la même cause , je ne doute pas que cela , Grâce à Dieu, ne puisse sauver des âmes et des vies ici ou là, même parmi les bourreaux et leurs complices de fait.
    Et sur le net en ce moment ,j’ai choisi, en mon âme et conscience, de prôner l’abstention aux prochaînes européennes pour protester tout particulièrement contre la récente décision du conseil d’Etat d’autoriser la recherche sur les embryons et contre le fait que la campagne l’élection européenne ne fait quasiment aucun cas de la dignité humaine et encore moins de l’accueil de la Vie.
    Je comprends cependant que l’on puisse être tenté de rendre justice par soi-même dans des cas extrêmes et qu’il se puisse même , par extaordinaire , que l’on puisse recevoir mandat du Ciel pour cela comme, ce fut le cas, assurément, de l’Officier allemand von Stauffenberg contre Hitler pour ce que l’on sait,ou peut-être de Charlotte Corday contre l’immonde révolutionnaire Marat qui prônait et encourageait le génocide et la torture à grande échelle contre ses compatriotes.
    Mais d’une part, dans de tels cas , tout à fait exceptionnels, encore faudrait-il être sûr de sa mission divine , ce qui ne s’improvise assurément pas , et d’autre part il faudrait être certain que le geste que l’on projette n’engendre pas à son tour davantage de violence qu’auparavant, ce qui fut le cas dans le cas de Charlotte Corday, dont l’acte mis ,au moins fin à la Terreur, et ce qui aurait probablement été le cas si von Stauffenberg avait réussi.
    Mais cela ne tombe pas nécessairement sous le sens en toute occasion tant l’on sait que la violence engendre quasiment toujours la violence, notamment dans un contexte d’opposition idéologique affirmé, ce qui est le cas ici, entre “pro-choice” “pro life”
    Dès lors, êtes vous sûr que l’on puisse s’improviser soi-même tout à coup sauveur de l’humanité avec de réelles chances de réussir ?
    Veuillez me croire ,cher ami, s’efforcer modestement, mais vigoureusement de contribuer à défendre la Vie est déjà une belle et bien hardie aventure dans le monde malthusien et prétendument rationnel qui nous entoure.

  8. francoisdesaintjean

    Cher Sancenay,
    Il me semble que nous voulons nous rejoindre, toutefois :
    Le mandat, qui peut parfois venir du ciel comme vous l’évoquez, peut raisonnablement trouver de multiples fondements légaux sinon moraux : assistance a personne en danger, légitime défense, situation de guerre (50 millions de morts/an), « devoir de résistance légitime » a une autorité abusive, tyrannique ou usurpée -élaboré sur la base de 39-45-, a rapprocher des cas prévus par l’Eglise, voire « d’erreur manifeste » de la part du législateur (l’avortement étant a l’évidence un crime).
    Ces fondements sont bien connus de notre Droit positif sinon de la morale et, ne proviennent donc pas d’un mandat de notre propre chef, de notre « moi ».
    La loi et la morale à ma connaissance ne font pas référence à l’existence d’une mission divine ou a la recherche d’un salut de l’humanité.
    Si la violence engendre quasiment toujours la violence, ne vise-t-on pas la seulement le cas ou on l’utilise en offense et non pas en légitime défense?
    L’absence de légitime défense (le martyr) n’est pas une obligation, mais un idéal certain (tendre la joue gauche) qui peut dépendre d’un appel divin, dont l’acceptation éventuellement requise relèverait de la victime seule, et ne devrait pas être le critère nécessaire de définition d’un chrétien.
    Des lors on comprends mieux votre assertion « qu’aucun chrétien censé ne peut soutenir que la violence peut se résoudre par la violence » si on intègre la nécessite de la légitime défense (moyen et non fin).
    Croyez bien enfin que je m’efforce chaque jour d’atteindre cette modestie que vous évoquez judicieusement.

  9. Sancenay

    Cher « Françoisdesaintjean »,
    En effet, nous tendons au même idéal : le salut de l’humanité et « accessoirement » du nôtre, avec cependant certaines nuances.
    Dès lors j’apprécie votre réponse exprimée charitablement , mais je lui objecterai , outre ce que j’ai déjà dit précédemment sur les conséquences néfastes d’un tel choix, le meurtre de George Tiller,qu’ il ne me paraît pas du tout certain que la « violence n’engendre la violence que dans les cas où on l’utilise comme offense », comme vous le dites, car, d’une part on ne saurait être juge et partie , et, d’autre part, parce que l’on constate , malheureusement que l’inversion du sens, tant répandue de par le monde, conduit bien des personnes de bonne foi , si j’ose dire , à croire que réaliser, de la part d’un « médecin », un avortement pour une femme constitue un acte de charité, envers celle-ci .
    Il me paraît donc aussi inadapté qu’impossible de corriger cette inversion du sens par la violence.
    Par contre vous opposez à ce choix, justement, en effet , le choix du martyr qu’évoquait dernièrement, pour la même cause, le très courageux Cardinal Georges, Archevêque de Denver dont les propos ont d’ailleurs été rapportés ici sur le Salon Beige.
    Je crois moi aussi qu’en son état, d’inversion du sens, si répandu, au moins à ma connaissance dans le (très) « vieux monde » de l’occident, celui-ci aura besoin, dans un proche avenir, me semble-t-il, davantage de martyrs que de guerriers, même si le cas de l’un n’est nullement incompatible avec l’autre.
    Je crois en sus que ma modeste pensée en l’espèce se trouve être tout spécialement guidée par le témoignage de Saint-Just de Bretenières , avec lequel j’ai quelque lien, et qui partit tout à fait consciemment au martyr en Mandchourie, semant ainsi la graine qui nous prodigue déjà la moisson propre à sauver et rassasier le monde : voyez l’admirable résistance de l’Eglise en Chine.
    Que Dieu vous garde.

Laisser un commentaire