Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Etats-Unis : faible enthousiasme pour la primaire démocrate

Etats-Unis : faible enthousiasme pour la primaire démocrate

Selon Christian Daisug dans Présent :

[…] Trois remarques sur ces primaires qui dureront jusqu’à l’été : une faible participation dénuée d’enthousiasme, surtout parmi les jeunes ; avec Sanders, le succès – très relatif – d’un socialiste révolutionnaire qui n’emporte l’adhésion que d’un quart de la gauche ; enfin, le tassement de la campagne de Biden qui représentait jusqu’ici l’espoir des libéraux.

Sanders est loin de pouvoir pavoiser. Bien sûr, il semble être capable de combattre en tête du peloton. Mais cette image flatteuse cache deux terribles réalités qui le poursuivront longtemps. D’abord, sa performance de mardi [25,7%] se situe bien en deçà de celle qu’il avait réalisée dans ce même New Hampshire en 2016 contre Hillary Clinton. Il y a quatre ans, Sanders avait obtenu 152 000 voix. Et il s’était placé loin devant sa rivale. Mardi, il a péniblement rassemblé 64 000 voix et ne bat Buttigieg que de justesse. Ensuite, son socialisme inquiète. Son étatisme insidieux et sa redistribution des richesses n’ont pas vraiment convaincu. Sanders, qui est lui-même millionnaire, a cru bon de flirter avec la gauche radicale et d’intégrer à son programme l’ouverture des frontières, une assurance pour les illégaux, de massives dépenses gouvernementales, une flambée des impôts « pour les riches » et une multiplication de la réglementation industrielle. Le scenario idéal pour l’inflation, le chômage et une nouvelle désindustrialisation.

En plus de ces deux handicaps, Sanders se heurte à deux tendances qui semblent solidement enracinées dans l’opinion américaine. Deux tendances reflétées par des récents sondages. Le premier montre que 53 % des futurs électeurs refusent catégoriquement de voter pour un candidat dont le programme recèlerait des accents de socialisme. Le second sondage confirme que Trump est sorti grandi de son procès. Sa popularité n’a fait que croître, surtout auprès des indépendants et des modérés, écœurés par l’imposture démocrate. 66 % des Américains croient que Trump sera réélu en novembre prochain : chiffre enviable que peu de présidents ont pu atteindre à huit mois de leur réélection. Surprenant ? Pas vraiment. A la question : « Y a-t-il parmi les candidats démocrates un personnage capable de battre Trump ? », la réponse reste floue, hésitante. On cherche vainement un nom de rassembleur, un programme de gagnant, un souffle de vainqueur.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services