Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

États généraux de la bioéthique : révélation sur le stérilet

Observateur averti des états généraux de la bioéthique et auteur de la Bioéthique et l'embryon, Pierre-Olivier Arduin décrypte pour nous une bien curieuse déclaration faite par l’ancien ministre de la Santé Jean-François Mattéi à l’occasion du premier “forum citoyen” des états généraux de la bioéthique à Marseille le 9 juin dernier :

Poa "À l’interrogation d’un membre du jury citoyen sur l’opportunité de définir précisément un statut pour l’embryon, l’ancien ministre de la Santé a répondu que cette question, bien que récurrente, était totalement « archaïque » (…) Pour contourner la problématique lancinante du statut de l’embryon, Jean-François Mattéi s’est rabattu sur un argument pratique extrêmement intéressant à analyser : l’emploi massif du dispositif intra-utérin (DIU) par les Françaises. Et de rappeler devant une salle médusée que le stérilet, en empêchant la nidation d’embryons humains, en détruit un grand nombre, ce qui à l’évidence ne choque personne aujourd’hui et ne suscite aucune polémique (…)

Celui-ci se place en définitive sur la même ligne que l’enseignement de l’Église en matière de bioéthique, actualisé il y a peu dans l’Instruction Dignitas personae. Les auteurs de ce document romain rappellent en effet que « l’avortement est le meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d’un être humain dans la phase initiale de son existence » (n. 24). Peu importe que l’embryon soit détruit par la recherche scientifique dans un laboratoire ou par un stérilet dans l’utérus puisque le moyen employé, in vitro ou in vivo, conduit à la mort du jeune être humain dans les deux cas de figure. La matérialité de l’acte change mais sa qualification morale est la même. Dire cela en public est une petite révolution.

En disant cela, l’ancien ministre de la Santé va à l’encontre de la vulgate dominante qui a toujours présenté le dispositif intra-utérin comme un simple moyen contraceptif (…) Le ministère de la Santé ne devrait-il pas tenir compte de l’objection du professeur Mattéi pour informer avec exactitude les femmes en leur disant la vérité sur le stérilet ? Et puisqu’il s’agit d’une technique abortive précoce, le législateur ne devrait-il pas accorder une clause de conscience à son endroit à tous les professionnels de santé, pharmaciens y compris ?"  

Partager cet article

4 commentaires

  1. cela fait des années que l’on sait cela ! personnellement cela fait plus de trente ans que je le sais ! il aurait pu ajouter le dégâts que cela peut faire sur la santé des femmes : hémorragie, infection et compagnie ! une fois de plus c’est la femme qui pâtit de cela au même titre que les autres moyens. Au delà des condtions morales pour les catholiques je trouve que c’est le plus gros mensonge qu’on n’ait jamais raconté aux femmes mais dans l’ambiance qui prévaut depuis quarante ans difficile de demander de réfléchir autrement .

  2. “… l’ancien ministre de la Santé va à l’encontre de la vulgate dominante qui a toujours présenté le dispositif intra-utérin comme un simple moyen contraceptif ”
    Je me souviens de mes “cours” sur le sujet au collège, l’avortement était pour beaucoup de mes camarades l’une des formes de contraception… Hé oui, de glissements sémantiques en approximations, on arrive à faire bien des choses, et surtout à construire des représentations très “arrangeantes.”

  3. à Alice :
    Ce que vous dites est vrai, mais vous êtes privilégiée de l’avoir su il y a plus de trente ans !
    Je l’ai personnellement appris du Docteur Dor sur les ondes de Radio-Courtoisie, il y a moins de vingt ans et cela m’avait causé un grand choc car le mal était fait en ce qui nous concernait…

  4. “ce qui à l’évidence ne choque personne ni ne suscite de polémique”
    1. On a pas fini de payer ce silence. Qui ne dit mot consent, il sera très difficile de revenir en arrière et de faire changer les mentalités sur un dispositif abortif sans que l’on se rende compte de rien.
    2. Un constat stratégique : dire ne sert à rien. Si l’on vous oppose un silence et vous ignore, votre opposition – aussi bien argumentée soit-elle – n’est pas prise en compte. (Car des Cassandres ont bien alerté sur le caractère abortif du stérilet : je ne l’ai pas appris tout seul. Mais je sais aussi qui ne me l’a pas dit… )
    Dans l’ère médiatique, sans polémique vous n’existez pas. Si l’opposant se dérobe, il faut donc le provoquer sans cesse, et obtenir une réaction est déjà une victoire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services