Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Valeurs chrétiennes : Education

Et si Victor Hugo avait écrit sur la réforme du collège voulue par Vallaud-Belkacem?

Entrée de "A propos d'Horace" :

"Marchands de grec ! marchands de latin ! cuistres ! dogues! 
Philistins ! magisters ! je vous hais, pédagogues ! 
Car, dans votre aplomb grave, infaillible, hébété, 
Vous niez l'idéal, la grâce et la beauté ! 
Car vos textes, vos lois, vos règles sont fossiles ! 
Car, avec l'air profond, vous êtes imbéciles ! 
Car vous enseignez tout, et vous ignorez tout ! 
Car vous êtes mauvais et méchants ! — Mon sang bout 
Rien qu'à songer au temps où, rêveuse bourrique, 
Grand diable de seize ans, j'étais en rhétorique ! 
Que d'ennuis ! de fureurs ! de bêtises ! — gredins ! – 
Que de froids châtiments et que de chocs soudains ! 
«Dimanche en retenue et cinq cents vers d'Horace !» 

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

6 commentaires

  1. Félicitations à l’auteur !

  2. Vous pouvez aussi citer ceci, de Victor Hugo, toujours….Mais quelque chose me dit que cette citation sera moins appréciée ici…
    « Messieurs, il se coupe trop de têtes par an en France. Puisque vous êtes en train de faire des économies, faites-en là-dessus.
    Puisque vous êtes en verve de suppressions, supprimez le bourreau. Avec la solde de vos quatre-vingts bourreaux, vous payerez six cents maîtres d’école.”
    Songez au gros du peuple. Des écoles pour les enfants, des ateliers pour les hommes.

  3. Combien de bourreaux payés aujourd’hui à prix d’or pour assassiner 200 000 enfants par an ?
    Voilà un chapitre où des économies majeures sont possibles.

  4. De Victor Hugo :
    “Savez-vous que la France est un des pays de l’Europe où il y a le moins de natifs qui sachent lire ! Quoi ! la Suisse sait lire, la Belgique sait lire, le Danemark sait lire, la Grèce sait lire, l’Irlande sait lire, et la France ne sait pas lire ? c’est une honte.
    (…)
    Quand la France saura lire, ne laissez pas sans direction cette intelligence que vous aurez développée. Ce serait un autre désordre. L’ignorance vaut encore mieux que la mauvaise science. Non. Souvenez-vous qu’il y a un livre plus philosophique que le Compère Mathieu, plus populaire que le Constitutionnel, plus éternel que la charte de 1830 ; c’est l’écriture sainte.
    (…)
    Donc ensemencez les villages d’évangiles. Une bible par cabane.”

  5. Il faut mettre la fin du poème :
    Un jour, quand l’homme sera sage,
    Lorsqu’on instruira plus les oiseaux par la cage,
    Quand les sociétés difformes sentiront
    Dans l’enfant mieux compris se redresser leur front,
    Que, des libres essors ayant sondé les règles,
    On connaîtra la loi de croissance des aigles,
    Et que le plein midi rayonnera pour tous,
    Savoir étant sublime, apprendre sera doux.
    Alors, tout en laissant au sommet des études
    Les grands livres latins et grecs, ces solitudes
    Où l’éclair gronde, où luit la mer, où l’astre rit,
    Et qu’emplissent les vents immenses de l’esprit,
    C’est en les pénétrant d’explication tendre,
    En les faisant aimer, qu’on les fera comprendre.
    Homère emportera dans son vaste reflux
    L’écolier ébloui ; l’enfant ne sera plus
    Une bête de somme attelée à Virgile ;
    Et l’on ne verra plus ce vif esprit agile
    Devenir, sous le fouet d’un cuistre ou d’un abbé,
    Le lourd cheval poussif du pensum embourbé.
    Chaque village aura, dans un temple rustique,
    Dans la lumière, au lieu du magister antique,
    Trop noir pour que jamais le jour y pénétrât,
    L’instituteur lucide et grave, magistrat
    Du progrès, médecin de l’ignorance, et prêtre
    De l’idée; et dans l’ombre on verra disparaître
    L’éternel écolier et l’éternel pédant.
    L’aube vient en chantant, et non pas en grondant.
    Nos fils riront de nous dans cette blanche sphère ;
    Ils se demanderont ce que nous pouvions faire
    Enseigner au moineau par le hibou hagard.
    Alors, le jeune esprit et le jeune regard
    Se lèveront avec une clarté sereine
    Vers la science auguste, aimable et souveraine ;
    Alors, plus de grimoire obscur, fade, étouffant ;
    Le maître,doux apôtre incliné sur l’enfant,
    Fera, lui versant Dieu, l’azur et l’harmonie,
    Boire la petite âme à la coupe infinie.
    Alors, tout sera vrai, lois, dogmes, droits, devoirs.
    Tu laisseras passer dans tes jambages noirs
    Une pure lueur, de jour en jour moins sombre,
    O nature, alphabet des grandes lettres d’ombre !
    Il y a une histoire de la valeur accordée au latin; et une histoire de l’enseignement.
    Hugo ne crache pas sur le latin, qui reste au sommet, il crache sur un enseignement délivré par des analphabètes ne connaissant qu’une seule pédagogie, celle de l’ignorance…
    Quant à Dieu pour Hugo, il faut lire La Fin de Satan!

  6. Les citations supra sont extraites de
    “Claude Gueux” paru en 1834, trois ans après Notre-Dame de Paris.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services