Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Et bientôt la pédophilie

"La pédophilie, comprise dans le sens de l’attraction sexuelle persistante pour les enfants, est un désordre, non un crime, et mérite des protections spéciales." Voilà la teneur du récent article paru dans le New York Times par un professeur de droit, Margo Kaplan, qui soutient que la marque d’infamie avec laquelle on étiquette les adultes sexuellement attirés par les enfants les empêche de chercher l’aide psychologique nécessaire. Kaplan démontre que les pédophiles devraient être protégés par la même loi anti discriminatoire que celle imposant des normes pour accommoder les handicapés. Il s’agit de l’Acte pour les Américains Handicapés et l’Acte pour la Réhabilitation, interdisant la « discrimination contre des individus autrement qualifiés mais souffrant d’handicaps mentaux, dans les domaines de l’emploi, l’éducation et les soins médicaux. » Le Congrès s’est explicitement opposé à cet amalgame.

Il y aurait 1% de la population mâle souffrant d’attirance pour la pédophilie, du fait de leur « maladie mentale », et laissés pour compte par nos systèmes légaux ; d’où les abus d’enfants, que la loi n’a pas cherché à éviter…

« Il est temps de revisiter ces exclusions de catégories. Sans protection légale, un pédophile ne peut pas prendre le risque de demander un traitement et de dévoiler son état à qui que ce soit pour être aidé. S’il est reconnu à une session de thérapie de groupe, demande des médicaments, un rendez-vous avec un psychiatre, ou bien s’il demande que son interaction avec les enfants soit limitée, il pourrait perdre son emploi et sa réputation professionnelle. Isoler des individus de métiers appropriés et les priver de traitement ne fait qu’augmenter le risque de crimes commis. »

Kaplan définit la pédophilie comme une « mis-conception », s’en référant aux bonnes intentions de ces hommes dans un forum internet « Pédophiles vertueux », où ils se soutiennent les uns les autres pour ne pas tomber. Des recherches scientifiques sur les cerveaux des agresseurs sexuels semblent montrer une structure neurologique différente de celle d’hommes sains, qui empêcherait au cerveau d’identifier quel stimuli doit ou non provoquer une réponse sexuelle. Les IRM indiquent un nombre moindre de réseaux de neurones, et semble-t-il les pédophiles ont trois fois plus de chance d’être gauchers ou ambidextres, ce qui prouve bien une cause neurologique…

Keith Ablow, psychiatre, nie le stigmate infamant dont souffriraient les pédophiles. Au contraire, il soutient qu’une honte bien ordonnée est utile, que le besoin de dissimuler ses pulsions mauvaises, le fait de se sentir coupable, de tâcher de les maîtriser, d’aller en prison pour ses crimes, tout ceci répond à une stratégie légale et de santé publique pour empêcher la pédophilie. « Etre rejeté devrait être un bon avertissement qu’il est temps de se faire aider et de s’écarter des tentations. » Ablow ajoute « Kaplan a raison de dire que la pédophilie est un désordre – en sont la preuve les pédophiles abusés sexuellement dans leur enfance – mais Kaplan a tord de suggérer que, comme c’est désordre, on devrait le protéger par une loi. »

«Les pédophiles ne sont pas plus dignes de la protection handicapés que les autres malades sexuels qui violent les femmes adultes ou ont des relations sexuelles avec des animaux. Pouvez-vous imaginer une culture où les hommes – pas les femmes – exigeraient qu’étant donné leurs désirs sauvages de violer des femmes, ils méritent d’être escortés jusqu’à leurs véhicules dans les parkings sombres en rentrant tard du travail ? »

La pédophilie devient progressivement normalisée comme toute autre « orientation sexuelle » incomprise. La terminologie « orientation sexuelle » versus « intérêt sexuel » demeure débattue. Le danger est lorsque les entreprises n’auront pas le droit de « discriminer » ce comportement.

Partager cet article