Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Eric Zemmour aurait-il pu faire mieux?

Eric Zemmour aurait-il pu faire mieux?

De Roland Hureaux, essayiste, pour le Salon beige:

Vae victis. Le cycle présidentielles-législatives étant clos, Eric Zemmour apparait comme le grand perdant. Echec mis en relief par le succès de Marine le Pen qui semble avoir trouvé son bâton de maréchal comme chef du principal parti d’opposition.

Ce n’est pas une raison pour donner au vaincu le coup de pied de l’âne comme beaucoup ne s’en privent pas, au mépris de toute décence.

C’est cependant le moment de se demander « Aurait-il pu faire mieux ? ».

Au fond, je ne crois pas.

Il reste que sa campagne peut être analysée.

On ne saurait oublier que c’est Zemmour qui lui a imposé son rythme, qu’il a battu   le record de participation aux réunions publiques (à commencer par l’admirable réunion de Villepinte). Partant de rien il a atteint un moment les 19 % d’intentions de vote et a fini à 7 %, plus que la candidate des Républicains, ce qui reste méritoire. Dans un climat de dépolitisation, son parti a recruté plus de 100 000 membres. Nous pensons que rien de tout cela ne sera perdu sans pouvoir dire comment.

Il a certes commis des erreurs, comme tout le monde, mais furent-elles décisives ?

Militer pour « l’union de toutes les droites » est bon pour l’Issep de Marion Maréchal ou une réunion politique à Versailles, pas pour un candidat à la présidence de tous les Français. Le général de Gaulle l’avait si bien compris : « Ce n’est pas la gauche la France ; ce n’est pas la droite, la France ». Certes 39 % des Français se situent à droite, plus que dans le passé, mais 30 % au centre[1]. 70 % des Français ont des opinions qu’on pourrait qualifier de droite    sur des sujets comme l’immigration. Il reste qu’ils gardent, peut-être en raison de l’héritage de la Révolution française, une certaine pudeur à se déclarer franchement à droite . J’ai une fois entendu dire dans une campagne « je voterai bien pour vous, mais ne dites pas que vous êtes de droite ».  L’union de toutes les droites s’est d’ailleurs faite au deuxième tour de la présidentielle   et on a vu qu’elle ne suffisait pas pour gagner.

Il est vrai que Mitterrand avait été élu sous la bannière de l’« union de la gauche ». Mais, sur ce sujet là, il faut prendre son parti d’une dissymétrie pas forcément honteuse pour la droite :  elle a vocation à gouverner tous les Français, la gauche reste une secte plus ou moins idéologique.

Deuxième erreur : il fallait dès le départ concentrer les attaques sur Macron et rien que Macron, et ignorer Marine Le Pen : ce fut une des clefs de la réussite de Villepinte. Il aurait fallu continuer. La droite est unitaire ; toute attaque d’un parti contre l’autre   fait perdre des points à l’attaquant. Ce que l’UMP est quasi morte de n’avoir pas compris. Que l’on puisse discuter les aptitudes de Marine  Le Pen à être présidente des Français, allait sans  dire.  En revanche, il n’est pas sûr que tous les électeurs aient clairement pris conscience, sous ses nombreuses facettes, de la nocivité profonde du premier quinquennat de Macron[2]. Ambitionnant la présidence de la république, il fallait viser le titulaire du poste et personne d’autre.

Lors de son dernier meeting au Trocadéro, Zemmour a fait un long discours très applaudi mais où on n’a entendu les mots ni d’Alstom, ni de Covid, ni de Mac Kinsey, ni d’Ukraine ! Dommage.

Sur ce dernier sujet, jouer en défensive (« non, je ne suis pas avec Poutine ») n’était peut-être pas la meilleure tactique. Rappeler la lourde responsabilité de Macron (Pozzo Di Borgo, un sénateur centriste, l’a dit, Zemmour et Le Pen pouvaient bien le dire) dans le déclenchement de cette guerre et ses livraisons d’armes aux milices néo-nazies eût été plus judicieux.

Les candidats d’opposition n’ont pas à être polis ; ils sont là pour  porter tous les ressentiments des Français, de telle manière qu’ils les expriment démocratiquement.  Les éluder donne le sentiments que ces candidats  craignaient   Macron. Et comme en définitive, on vote pour le plus fort…

Marine Le Pen n’a bien sûr pas fait mieux dans son débat avec Macron. Pourquoi cette timidité ?

Au moment où les sondages plaçaient   Marine Le Pen et Eric Zemmour au coude à coude, n’aurait-il pas pu donner le coup de collier pour lui passer devant et bénéficier, lui, de la dynamique du « vote utile » ? Les enquêtes montraient que la partie restée fidèle à Marine était la plus dépourvue économiquement, la plus « périphérique ». A-t-on fait tout ce qu’il fallait pour aller au devant de ce public ? Des mesures plus ciblées comme le relèvement des retraites agricoles et artisanales – une question très différente, les experts  le savent, de celle des retraites en général – auraient n’auraient-elles pu être approfondies ? Peut-être.

Il reste que dans ce combat au coude à coude, Zemmour souffrait de deux handicaps difficiles à surmonter :

  • La légitimité historique des Le Pen n’est pas rationelle mais sentimentale. Marine a, à plusieurs reprises incarné, non un projet de gouvernement mais le profond désespoir d’une population, celle des perdants de la mondialisation et de la vie. C’est un pacte affectif qui la liait à beaucoup de ces électeurs ; moins que le désir d’une nouvelle politique à laquelle ils ne croient plus, c’est leur rage qu’ils volaient exprimer. Elle restait un symbole. Position difficile à contrer.
  • Les habiles campagnes de presse destinées à détruire l’image de Zemmour  ont circulé dès le début de sa campagne dans la bouche à oreille Que n’a-t-on pas entendu ? Qu’il était violent, alors qu’il était menacé de mort plusieurs  fois par semaine et ne menaçait bien sûr personne ; qu’il était un libéral, alors qu’il n’a jamais rien dit de ce genre (même si proposer la retraite à 64 ans n’était pas très habile : il valait mieux rester dans le vague), qu’il était   indifférent aux souffrances du peuple – alors qu’il avait prononcé dans le Nord un magnifique discours sur le pouvoir d’ achat.  Une fois le portrait campé par une presse naturellement hostile, il est difficile de le modifier. Ces critiques revinrent bien sûr à la surface à l’approche du premier tour.
  • Ceux étaient à l’origine de ces rumeurs savaient ce qu’ils faisaient ;   la partition assignée à la France par  les maîtres de   l’ordre mondial était simple : Marine Le Pen  devait être au deuxième tour , toute prête pour être dévorée  par leur homme, Macron. Aucune stratégie compliquée, là :  cela avait marché une fois, cela marcherait deux fois. Zemmour a eu le mérite de tenter de briser cette fatalité en proposant une solution alternative à droite. Il ne faut pas s’étonner que des moyens puissants aient été mis  en œuvre pour l’empêcher de réussir.
  • La légitimité de Marine Le Pen était renforcée par son ancienneté dans la compétition. Il existe, surtout en France, un moment d’inertie dans les exercices électoraux peu favorable aux nouveaux venus.

Puis vint, dans la campagne de bouche à oreille, le coup de grâce, l’idée que le  seul vote utile aurait été Marine Le Pen. Ça ne tenait pas debout : on savait qu’elle serait battue au second tour, mais ça a marché et explique sans doute la chute finale du score de Zemmour.

Ce genre de campagne invisible n’est pas innocent, ni même spontané. Il y a quelqu’un qui l’a, au moins en partie, conduite. En 1988, tous les sondages donnaient à   Barre    plus de chances qu’à   Chirac de battre Mitterrand. Néanmoins une vaste campagne a été lancée : « votez utile, votez Chirac ». Les réseaux Chirac étaient à l’époque puissants, mais aujourd’hui   qui était à la manœuvre ?

La dimension affective du capital politique de Marine Le Pen  et la puissance de la campagne souterraine contre Zemmour nous laissent  penser qu’il lui était difficile de faire beaucoup  mieux.  Le résultat, nous le connaissons :  la réélection d’un président dont 70 % des Français ne voulaient plus, aux ordres de la gouvernance mondiale, assez inconscient pour nous entrainer dans la guerre. Zemmour a eu l’immense mérite d’essayer de nous sortir de l’alternative fatale où la France est enfermée. Ne lui jetons pas la pierre.

[1] IFOP, 23/7/2020

[2] Sur ce sujet, Roland Hureaux, L’homme qui n’aimait pas la France , Editions de Paris.

Partager cet article

39 commentaires

  1. C’est une très bonne analyse, lucide et nuancée. La droite, la vraie, celle de Barrès, de Maurras, de Bernanos, d’Albert de Mun est morte en 1945. Pouvait-on imaginer qu’un homme, même doué, puisse changer tout cela en un claquement de doigts ?
    Alors oui, ne lui jetons pas la pierre, pas plus qu’aux 89 députés RN et jugeons-les sur leur travail.
    Manque peut-être une réponse à une question de fond : qu’est-ce-qu’être de droite ?

    • réponse du vicomte de Bonald:

      les catholiques français croient au péché originel , à la nécessité de l’ ascèse individuelle :
      les révolutionnaires ne croient pas au péché originel; ils pensent qu’ils vont amender le monde à coups de baïonnette dans les réactionnaires.

  2. Très intéressant , à part la coquille de rationnelle , en plus ,depuis quelques jours, certains LR nous rabâchent les “valeurs” incompatibles avec le parti RN , ces valeurs ne sont elles pas un reste de christianisme autour de certains députés RN ,tout simplement , et ZEMMOUR en osant dire que la FRANCE avait des racines chrétiennes n’est il pas l’homme politique à rejeter en priorité pour un conglomérat puissant qui nous fabrique des élections contre nature comme hier .

  3. On peut élucubrer à l’infini. Pour ma part, j’ai fini par me rallier à Z, par défaut, et par solidarité avec les dissidents RN de Marseille. MLP a bénéficié à fond de l’image liée à son nom et du vote utile. Pour moi, Z c’est fini. MLP c’était déjà fini avant. Je dois reconnaître qu’elle navigue pas trop mal. Mais pour parvenir à quoi ? José Gonzalez a remué ma fibre nationaliste et patriotique. Il a été magnifique, dans une sorte de baroud d’honneur apaisé. Maintenant, place aux jeunes. Ceux des meetings de Z, ceux des pélés de Chartres, ceux du MJCF et de Civitas. Pas ceux du Hellfest de Redon et des rave-parties, hélas plus nombreux. La France insoumise est un ramassis de dénaturés vociférants, de philistins voués à Baal et à Dagon, de suppôts de Satan, d’incubes et de succubes. Ils me font penser à ces massacreurs de Suisses, ces tricoteuses, ces crétois, ces incorruptibles, que Châteaubriand voyait défiler avec effroi munis de piques sous ses fenêtres parisiennes. Macron est une sorte de zombie, ni homme ni femme, manipulé par un autre zombie, ni femme ni homme. D’où viendra le salut, si salut il y a ? De là-haut, bien entendu. Sous quelle forme ? Je n’en sais rien.

    • Le hellfest (pas de majuscule pour la fête du diable!) c’est à Clisson !

      • Si, Hellfest prend une majuscule. Ce n’est pas une glorification mais une règle de français …

        … bien que ce soit aussi un mot anglais, ce qui le diabolise encore davantage, si c’est possible.

        • Pour une fois j’ai décidé de ne pas respecter la règle du français !
          La populace qui fréquente cette “fête” me fait dresser les cheveux sur la tête. Vus de près ils sont effrayants ceux qui constituent cette populace). Aussi ai-je décidé de ne plus jamais avoir à me rendre à Clisson à cette période

    • Le salut viendra peut être le plus simplement du Monde des petits, de ceux qui ne font pas de bruit, de ceux qui prient et font leur devoir d’eta journalier en l’offrant tranquillement à Dieu, qui ont une confiance d’enfant en la Providence Divine. Ils sont le Coeur de la France qui bat encore, ils ne manifeste pas certes mais ils ont leur Coeur unis au Sacre Coeur de Jesus ; rappellins nous que la Tres Sainte Vierge Marie est toujours preferentiellement apparue aux petits , aux humbles leur demandant toujours cette acte si simple et qui semble une perte de temps pour ceux qui sont dans l’activisme inscessent sans savoir se poser pour aller simplement chercher la Source Vive de Dieu qui saint chaque peine de l’Homme et comment y pallier, mais pour qu’il nous sorte des epreuves encore faut il reconnaitre nos responsabilites peccamineuses que nous nous cachons nous même au plus profond de nos consciences, et en demander pardon a Notre Createur….le salut de la France est a ce petit prix qui nous semble une montagne et n’est en fait qu’une taupinière.

    • Je suis aussi horrifiée par le Hellfest.
      Mais : j’ai lu dans un article publié dans Ouest-France, avec photographies, qu’une dame y vient en voisine de Clisson. Elle est âgée de 96 ans, et sa vitalité, sa joie de vivre sont visibles. Quand elle est fatiguée, des participants tout de noir vêtus avec accessoires se font une joie de pousser son fauteuil roulant.
      Dans la vie ordinaire, j’ai le regret de dire que les “bien-pensants ” manifestent trop souvent plus ou moins ouvertement leur rejet des personnes en fauteuil roulant. Combien de boutiques sont inaccessibles en raison de marches ! Des taxis refusent les fauteuils roulants.
      Lire le témoignage de Madame de Vilmorin ” Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque ” ( chez Grasset ).

  4. Une candidature d’union des droites était une candidature de premier tour, qu’il a perdu
    Prétendre unir les droites en créant un nouveau parti était un contresens électoral
    Se présenter en présidentiable et dérouler un programme de gouvernement, autre contresens dans la Vème
    L’immigration remplacement ne fondent par une présidentialité. La gestion liberticide de la crise sanitaire ? Rien. De la guerre en Ukraine ? Rien. La démolition contrôlée des institutions ? Rien. Le bradage de l’économie ? Rien … ça fait beaucoup …
    Le résultat a été logique, tout simplement, et les 7 % récoltés ne reflétaient que le camp identitaire.

  5. Tout à fait ! Ne lui jetons pas la pierre !
    Par contre, le vote utile, ce n’était pas MLP est la seule à pouvoir battre Macron, ça, personne n’avait d’illusion… mais MÉLENCHON !

  6. Presque tout y est . Manque sa focalisation bien trop forte sur l’immigration alors que le vrai sujet est le naufrage/suicide culturel

  7. Le thème principal de la campagne de Zemmour était le grand remplacement. Les Français n’en ressentent pas encore les vrais méfaits. La démographie, la natalité torpillée par la contraception avancent lentement et silencieusement tel un rouleau compresseur pour écraser le destin français.
    Comme les Libanais, ils se réveilleront trop tard, quand un candidat de l’immigration se présentera aux présidentielles avec de forts risques de réussite, quand les principaux leviers du pouvoir politique seront tenus par un parti islamique.
    Oui, il sera alors trop tard pour qu’un Zemmour inverse le flux, ils seront installés chez nous définitivement.

  8. À l’attention de ROY et de quelques autres, merci de noter que les signes de ponctuation uniques (point ou virgule) se placent immédiatement après la dernière lettre du mot qui les précède. Par contre, les signes de ponctuation composés (point/virgule, point d’exclamation ou d’interrogation, deux points 🙂 se placent toujours après un espace entre la dernière lettre du mot qui les précède. PROFITEZ-EN, C’EST GRATUIT !

  9. 3Il existe, surtout en France, un moment d’inertie dans les exercices électoraux peu favorable aux nouveaux venus.” (fin de citation).

    Affirmation peu convaincante lorsqu’on considère le cas de Macron et son élection à l’Elysée en 2017.

  10. Non. Zemmour n’est qu’un mélange indigeste de vieilles recettes allant du Général Boulanger à Pierre Poujade, en passant par Maurice Barres qui voyait, lui aussi, le pays envahi mais par les juifs (oups). Sans oublier ce cher Maurras de l’action Française dont Zemmour ne cesse de copier / coller mot pour mot les idées nauséabondes.

    En résumé Zemmour n’est qu’un feu de paille dont la grande majorité les français ne veulent pas.

    • “Nauséabondes”…
      Votre commentaire sent bon le politiquement correct.

    • Leroy75, ce n’est pas parce qu’une recette est « vielle » qu’elle est indigeste. Au contraire, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs plats traditionnels et non ceux de la cuisine dite « réinventée » qui agresse parfois nos palais à défaut de s’en prendre au gérant de l’Élysée.

      Quant à votre argument citant ceux qui voyaient « le pays envahi mais par les juifs », il ne tient pas une seconde car cela était faux tandis que l’immigration musulmane, surtout africaine est bien une réalité !

      Enfin, votre utilisation pavlovienne du terme « nauséabond », élément de langage des islamo-gauchistes vous discrédite définitivement, comme l’aurait si bien dit un Mathieu Bock-Côté.

      • l’ invasion de la France par les “chances pour la France”. a été
        imposée par la Licra, en donnant des coups de schlague sur les patriotes.
        La Licra a fait condamner Mgr Lefebvre et JMLP pour racisme.

  11. Zemmour est-il l’ homme idoine pour relever la bannière de Jeanne d’Arc ?
    Son programme ne consiste -t-il pas plutôt à créer un Likoud gaulois pour protéger les Hébreux des fureurs antisémites des islamistes importés par notre belle République licrasseuse ?

    • Vous vous répétez à l’infini cadoual : « Likoud gaulois », « les Hébreux », « République licrasseuse », … C’est grave, docteur ?

      Le danger en France est celui des islamo-gauchistes et des wokiste déconstructeurs, des « me too » et des « Black lifes matter » qui veulent déboulonner les statues, y compris celle de Jeanne d’Arc !

      Le danger en France, ce n’est pas les « Hébreux » !

      Mais je crains que vous ne le compreniez jamais.

      La prochaine fois, votons Reconquête, votons Zemmour « pour que la France reste la France ». Lui au moins reconnaît les racines chrétiennes de la France.

      • Il sert aussi, en priorité, ses coreligionnaires.
        La Révolution nihiliste, LGBT,
        importe des islamistes, qui font mauvais ménage avec les enfants d’ Israël.

    • Pas faux. Dit autrement et plus prosaiquement on peut lui reprocher de s’en être pris à “ceux-qui-viennent” plutôt qu’à “celles-et-ceux” qui les font venir. C’est plus acceptable comme ça ?

    • Regardez la vidéo de Zemmour sur Noël, vous verrez que PAS UN ÉVÊQUE FRANÇAIS n’est capable de parler comme ça !

  12. Je pense que Z a été mal conseillé et qu’il a tout fait au feeling, avec ses tripes. Il a comis selon moi une erreur fondamentale : j’ai été très surpris par son manque de projection dans l’avenir, quel futur pour la France, vers quoi nous propose t-il d’aller ? Aussi juste était son analyse, la nostalgie n’est pas une vision, un horizon propre à embarquer un peuple.

    • Oui, c’est vrai. Il est intelligent et a sans doute appris beaucoup. Espérons qu’il revienne avec les mêmes convictions et une autre approche. J’ai en outre été en outre déçu de ses représentants locaux venus de nulle part et parfois inexistants. Mais cela peut s’améliorer aussi.

      En tout cas, sans une union au second tour, la droite ne peut pas gagner : RN, LR, R! … et on en est loin pour le moment.

  13. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/article_lc/LEGIARTI000019241002
    Le 2nd paragraphe de l’article 6 de la Constitution, modifié en 2008, interdit plus de 2 mandats CONSÉCUTIFS. Rien n’interdit au pâle toqué élyséen de se représenter en 2032 (il n’aura que 54 ans) s’il reste quelque chose à détruire en France.

  14. Quelques outrances verbales et quelques lubies inutiles, par exemple celle des prénoms ou son appréciation sur les femmes, ont desservi Zemmour qui était pourtant bien parti. Quand on est dans la politique, il faut tenir sa langue, tout ce que vous pouvez dire peut être retenu contre vous.
    J’ai voté Zemmour par rejet de MLP qui aurait déjà du passer son tour à la présidentielle depuis longtemps.
    La droite Z/MLP n’a jamais été aussi forte numériquement parce que l’inquiétude monte, et elle n’a pas fini de monter.

    • il manque l’ essentiel à la droite:

      Dieu!
      la France!
      le Roi !

      tout le reste est République nihiliste, sodomite, islamiste, dirigée par le Grand Orient.

  15. il lui a manqué une meilleure connaissance de la France qui subit la mondialisation. Ces français qui profitent des aides en tous genres et qui ne veulent pas s’en priver, inconscients que l’on favorise l’immigration pour avoir un cout du travail bas. MLP, elle leur promet de sauver le système sociale à la françaises qui est une fumisterie et qui maintient dans la misère culturelle et économique trop de français

    les caisses sont vides qui aura le courage de le dire

  16. Dommage que Zemmour n’ait pas été très clair contre la d.i.c.t.a.t.u.r.e prétendument s.a.n.i.t.a.i.r.e.

  17. Il manque l’évocation du facteur fraude.

  18. “Ne lui jetons pas la pierre.”
    Mais c’est bien ce que vous faites à votre façon ; Au fond, Zemmour aurait échoué pour une question de forme.
    je reconnais bien là la droite libérale : bien que fondamentalement d’accord, elle n’est pas d’accord sur la forme ;
    On peut aussi inverser : bien que formellement en désaccord, je suis fondamentalement d’accord . Etc…
    “Il n’ y a qu’un péché, c’est d’être superficiel” .
    En somme, vous n’êtes pas mécontent que Macron/Lepen soient sur la scène à nous “guider”.

  19. La candidature Zemmour avait pris, au départ et à raison, le plis de lanceur d’alerte!
    Campagne dynamique qui a été rondement menée par d’indéniables compétences.
    L’apparent échec de ses deux campagnes électorales ne peut occulter les désagréments sociétaux et sociaux que nous allons rencontrer dans les jours , semaines et mois qui suivront, dont Zemmour n’a eu de cesse de nous alerter!
    Je crois que les occasions se représenteront à Reconquête et à Zemmour de proposer leur vision de politique nationale constructive.

  20. Si son analyse globale est saine et fondée, la mise en pratique et les moyens eux, me le semblent moins. D’une part les Français étaient et sont pour certains attachés a leurs racines et leurs origines mais tiennent tout autant a des valeurs nettement plus prosaïques que sont le pouvoir d’ achat et autres…Par ailleurs était il besoin de créer un ministère de la remigration ? était il nécessaire d’abroger une loi qui quasiment de tous temps a été intangible, d’accueillir les réfugiés de guerre. A mon sens il a fait preuve du zèle du néophyte, qui a fait fuir, momentanément il faut l’espérer bon nombre de Français, car malgré tout bon nombre de ses propositions sont justes.

  21. Très bonne analyse, très fouillée.
    Merci beaucoup.
    Il me semble que Zémour a été bien placé dans les sondages tant qu’il a été hors norme, non conformiste : le polémiste de Cnews qui lançait tout plein d’idées nouvelles, c’était intéressant. Il a perdu la moitié de son crédit lorsqu’il est entré “dans la bagarre”. Sans ancienneté, sans soutien politique, sans être formé sur tous les sujets (même s’il a un esprit brillant) , il a fortement décliné. Certes cinq ans plus tôt Macron s’était imposé alors qu’il n’était guère connu mais il avait des soutiens bien plus puissants.
    Dommage j’aurais bien aimé avoir un débat télévisé Macron-Zémour…

Publier une réponse