7 réflexions au sujet de « "Entre 400 et 800 agriculteurs se suicident chaque année" »

  1. P G

    Quelle tristesse : je connais dans ma région plusieurs agriculteurs producteurs de lait, qui vivent dans la misère, étranglés par les emprunts, consécutifs aux mises aux normes ”européennes” (qui sont en réalité l’application qu’en décrète l’administration française, ces normes étant appliquées beaucoup plus intelligemment dans le reste de l’Europe).
    Ces hommes sont sous anti dépresseurs, leurs proches craignent le pire, leurs épouses et enfants vivent dans une atmosphère d’angoisse, quand en plus ne s’y ajoute pas le dénuement matériel.
    Voilà pourquoi entendre N. SARKOZY ou HOLLANDE parler de la PAC à réformer donne la nausée.
    On nous a expliqué que le servage aurait été supprimé en 1789 : l’esclavage aux banques et aux coopératives (avec le scandale étouffé par la justice du paiement du lait, ”dégradé” de qualité par falsification des contrôles durant plusieurs années dans l’Ouest pour le payer moins cher aux producteurs), tout cela appelle la révolte : mais pour se révolter il faut conserver encore une forme d’espoir.

  2. senex

    la population française a pu survivre à la dernière guerre =grâce à ses paysans qui étaient relativement autonomes sur le plan énergétique.La prochaine guerre entrainera une pénurie de pétrole,telle que l’agriculture de base sera totalement paralysée et les villes seront réduites à la famine et/ou au pillage.Un cheval ou un bœuf demande plusieurs années avant d’être utilisable.Mais l’espoir reste toujours la terre et le courage de ses paysans.
    .La description de PG est très exacte.SOS.Préparez vos positions de repli.

  3. chouan 12

    @ tous, vous oubliez le principal et le plus grand scandale du modernisme. Un syndicat pourri jusqu’à la moëlle qui parle au nom des agriculteurs, qui a fait voter des lois ignobles pour s’assurer la suprématie, qui aujourd’hui est en train de les ficeler un peu plus, en faisant oh pardon en obligeant quasiment les agriculteurs à signer des contrats avec les firmes qui leur achètent le lait, il faut voir comment sont rédigés ces contrats, ils n’ont rien à envier à la nomenklatura( l’agriculture française est sous le pouvoir de bolcheviks patentés qui veulent exercer leur pouvoir sur le monde paysan et qui y arrivent très bien avec l’aide des politiques et n’ont aucun scrupules à déposséder les plus petits et à tuer toute velléité de relever la tête, vous avez compris qu’il s’agissait de la FNSEA. Quand ils ont signé les contrats, ils doivent fournir pour chaque trimestre les quantités de lait qu’ils vont produire, s’ils dépassent ou s’ils n’y arrivent pas : pénalités comme si une vache était un robinet qu’on peut ouvrir et fermer à sa guise, les producteurs de viandes sont quasiment obligés de vendre à des groupements de quoi on sait pas (c’est ainsi que cela s’appelle) au prix que veut bien payer le dit groupement. Les abattoirs sont aux mains de gros industriels de la viande qui eux se gavent!!! Bigard, Charal etc… Merci les FNSEA et les mastodontes de la transformation, et après nos mierdas se désolent que plus aucun jeune ne veuillent rester dans l’agriculture, ils oublient que l’esclavage a été aboli!, mais là il faut sortir de sa rédaction pour voir ce qui se passe à l’extérieur et arrêter d’interviewer les syndicalistes qui depuis 40 ans mènent l’agriculture à sa ruine.

  4. Jean Theis

    Tous les commentaires ci-dessus sont exacts mais il faut se souvenir qu’au début, les agriculteurs pouvaient refuser cette main-mise de la FNSEA et qu’ils n’ont rien fait du tout, pensant gagner beaucoup plus d’argent avec son aide.
    Ce sont leurs descendants qui trinquent, comme nos descendants subiront nos diverses aberrations. Cette affaire n’est pas venue subitement ! Au commencement les agriculteurs ont accepté cette situation alors qu’ils étaient encore libres.

  5. chouan 12

    A jean Theis. Oui mais il faut savoir qu’au début de ce syndicat, les premiers responsables furent des gens de la J.A.C., donc on peut comprendre que le monde paysan qui était moins tordu qu’aujourd’hui leur ai fait confiance. Il faut se souvenir qu’à l’époque on se mettait d’accord en tapant sur la main , aujourd’hui on fait signer!!!!

  6. sophie Akl

    chouan a parfaitement raison! Ce sont nos paysans qui se sont eux memes passes la corde au cou, comme les grecs avant eux et comme l’ensemble de la population francaise qui vote et applaudi depuis plus de 35 ans ses propres bourreaux …voyons voir aux presidentielles et aux legislatives qui se profilent si ils vont donner un coup de pied dans le tabouret surlequel reposent leurs pieds

Laisser un commentaire