Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Entente parlementaire : 283 signataires!

Liberté Politique nous informe de l’évolution de la liste (ici par région) des signataires de l’entente parlementaire pour le droit de l’enfant à être élevé par un père et une mère. Ils sont aujourd’hui 283.
Le lobby gay exerce une forte pression sur les députés et sénateurs pour qu’ils ne signent pas le manifeste ou qu’ils en retirent leur signature. Certains ont cédé.

Par ailleurs, les initiateurs de l’entente parlementaire ont reçu le soutien du Rabbin Sitruk et de Dalil Boubakeur. Ils attendent encore celui des évêques de France…

Le chiffre symbolique des 300 peut être atteint. il suffit d’écrire à ceux dont les noms ne figurent pas encore sur cette liste (adresses en bas de cette page). Egalement, un petit mot d’encouragement ou de félicitations aux signataires leur permettra de se sentir soutenu et de maintenir leur signature.

Lahire

Partager cet article

6 commentaires

  1. Bonjour,
    l’adresse indiqué par le lien “ici” est mauvaise… Quant aux adresses renvoyant vers libertepolitique, elles me balancent sur le site “Le monde”. Est ce normal? je n’y comprend rien!
    Charlie

  2. Il y a effectivement un problème de lien. Tous les liens proposés dans mon post se trouvent sur cette page principale :
    http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article.php?id=1546
    J’ai modifié mon post. si ça marche tant mieux, sinon à chacun de partir à la pêche à partir de la page principale!

  3. Cela refonctionne normalement désormais!
    Merci!

  4. Dupont-Aignan clarifie sa position sur l’adoption par des personnes homosexuelles: il est contre: http://www.nda2007.fr/blog/

  5. Et les évêques tras (de la frat St Pie X) ou les pères abbés (du Barroux ou de St Vincent Ferrier) ils font quoi eux? Ils s’expriment? Apportent-ils leur soutient à cette iniative? Perso je n’ai rien lu.

  6. Constats sur le mariage gay et l’homoparentalité.
    Le langage.
    L’on a pris l’habitude depuis une douzaine d’années d’utiliser les termes d’homosexualité ou d’hétérosexualité à tel point que personne ne parle plus de sexualité normale ou de sexualité déviante. Certains sympathisants de la cause homosexuelle refusent même l’emploi du terme «normal» quand il s’applique à la sexualité ne tolérant pas que l’on puisse porter un jugement de valeur sur les comportements sexuels et donc réfléchir sur la sexualité et notamment sur le mariage gay et l’homoparentalité.
    A titre supplémentaire le terme “couple” s’est imposé pour les homosexuels alors que le mot “paire” s’applique mieux à la vie en commun de deux personnes de sexe identique. Le fait que le couple et la paire unissent chacun deux êtres ne justifie pas que l’on use du même terme, entraînant de ce fait la fusion entre ces notions.
    La loi et le mariage.
    Un homme et une femme créent une micro-société pouvant prospérer ce qui n’est pas le cas pour deux hommes ou deux femmes. De là des droits spéciaux qui s’appliquent au couple, dont le mariage.
    Celui-ci n’est pas créé pour permettre au législateur de remettre en cause la liberté individuelle en se préoccupant de sexualité récréative, homo ou hétéro, ni pour s’occuper d’amour. C’est là affaires privées. Le maire n’a d’ailleurs pas à demander aux futurs époux s’ils s’aiment ou non.
    Le mariage consacre l’alliance d’un homme et d’une femme qui constitue la cellule souche de la société et reconnaît qu’un enfant a droit à un père et une mère.
    La loi ne peut pas traiter de cas spécifiques, comme par exemple la règle à appliquer si un couple est stérile. Ce cas doit être traité par la jurisprudence chargée d’appliquer le principe général aux cas personnels. Sauf à s’immiscer dans la vie privée le législateur ne peut décider que par mesure générale ; il ne peut que constater que l’hétérosexualité ouvre sur la transmission de la vie alors que l’homosexualité ne peut servir de fondement au développement de la société. De ce fait, il n’y a pas égalité entre ces comportements et les mêmes règles de droit, celles en particulier relatives au mariage n’ont pas à s’y appliquer.
    Le mariage ne crée pas une injustice envers les personnes qui sont incapables d’établir une relation complète avec le sexe opposé. C’est leur état qui leur interdit le mariage. Le législateur n’a pas à modifier le mariage sous prétexte que les homosexuels ne peuvent y avoir accès. Cela d’autant plus qu’avec le mariage un tiers est concerné : l’enfant
    L’enfant.
    Le législateur, grâce au mariage, propose un cadre au couple afin de l’aider à se stabiliser et protéger ainsi l’enfant né ou à naître.
    S’il est exact que des homosexuels ont la charge d’enfants, la demande de reconnaissance juridique de l’homoparentalité ou celle de création du mariage gay apparaît inintelligible. S’agissant d’homosexuels cette reconnaissance juridique de la vie à deux n’offre pas plus de pertinence qu’une reconnaissance juridique de la vie à trois, quatre ou cinq. Si l’on autorise l’adoption d’un enfant par deux hommes ou deux femmes, on ne voit pas pourquoi l’on refuserait un cadre juridique à 2 hommes et 3 femmes qui souhaiteraient élever un enfant ensemble.
    Une fraction du lobby homosexuel semble souhaiter utiliser la ressemblance entre le couple avec enfant et deux homosexuels élevant un enfant. En effet l’apparence de ces derniers se rapproche de celle du couple normal. Les demandes de reconnaissance juridique de l’homoparentalité, de la biparentalité, d’accès au mariage et à l’adoption, peuvent apparaître comme destinées à parfaire une politique destinée à faire oublier le caractère spécifique de l’homosexualité. L’enfant deviendrait alors un moyen mis au service d’une cause qui n’est pas la sienne.
    De même les maltraitances à enfants doivent être sanctionnées et si des parents sont indignes leurs enfants mis dans une famille d’adoption normalement composée d’un père et d’une mère. On ne doit pas utiliser le malheur de ces enfants afin de démontrer qu’ils seront mieux dans une famille de deux hommes ou deux femmes que dans leur famille d’origine et les transformer ainsi en propagandiste de l’homoparentalité. Quant à l’adoption par un célibataire elle existe de manière traditionnelle pour que des enfants puissent être adoptés par leur oncle ou leur tante célibataire lorsqu’ils ont perdu leurs parents. Le principe a été depuis dévoyé par le droit. C’est au législateur de prendre les dispositions pour que soit respecté l’esprit initial de ce cas d’adoption.
    Avec le mariage la société reconnaît juridiquement l’union d’un homme et d’une femme car cette union est vitale pour son avenir.
    La loi n’a pas à entériner toutes les situations de fait découlant du comportement de tel ou tel sauf à créer une règle par individu et par situation ce qui entraînerait la disparition de la notion même de droit.
    L’homosexualité a toujours existé. Elle est acceptée au nom de la liberté individuelle. Ce comportement n’a cependant pas vocation à être à l’origine d’une modification de la législation sur le mariage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services