Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Engelszell en Autriche : bienvenue à l’abbaye (et à sa brasserie)

Engelszell en Autriche : bienvenue à l’abbaye (et à sa brasserie)

Bienvenue en Autriche, chez les moines de l’abbaye d’Engelszell ! Ici, au bord du Danube, une communauté de moines trappistes vit encore dans le silence de la prière et du travail, et sont notamment connus pour leurs nouvelles bières trappistes. Mais qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Comment se passe leur vie ? Allez, en avant, Divine Box vous raconte tout ça en 3 mn !

L’abbaye d’Engelszell est son style baroque – © Engelszell abbaye

Une histoire qui remonte à bien longtemps !

L’abbaye d’Engelszell n’est pas toute jeune ! Fondée en 1293 par Bernhard de Pramsbach (évêque de Passau), elle rejoint deux ans plus tard l’ordre cistercien. L’abbaye rayonne alors, mais seulement pour une bien courte durée. Elle est victime des épidémies et des incendies et se retrouve bien mal en point. Jusqu’au coup de grâce donné en 1786 par Joseph II, qui la ferme définitivement. Pour lui, un ordre contemplatif était inutile…

Pendant plus d’un siècle, Engelszell sert alors de manufacture de porcelaine ou encore de lieux de vacances pour de riches familles. Bref, on est bien loin de la vocation initiale (de prière !) du lieu.

Mais l’arrivée en 1925 de moines de l’abbaye d’Oelenberg, trappistes (c’est-à-dire de l’ordre cistercien de la stricte observance), redonne heureusement vie à Engelszell. Et hop, c’est reparti ! Six ans plus tard, le nouveau monastère d’Engelszell est érigé en abbaye, et devient ainsi la seule abbaye trappiste d’Autriche. Beau travail !

L’abbaye d’Engelszell est situé dans une écrin de verdure – © Radtour-Passau-Wien

Et l’abbaye d’Engelszell aujourd’hui ?

Aujourd’hui, une petite dizaine de moines suivent la règle de saint Benoît, “ora et labora” (“prie et travaille”) à l’abbaye d’Engelszell. Le premier des six offices est à 5h30 du matin ! Le reste du temps, les moines lisent, étudient, et se consacrent au travail manuel. Eh oui, chacun prend sa part aux tâches ménagères, et puis surtout, il faut des petites mains pour fabriquer les liqueurs et la bière que vend l’abbaye !

D’authentiques bières trappistes !

Les bière d’Engelszell sont parmi les dernières arrivées sur le marché des bières trappistes, car la première date de 2012. Les bières arborent bien sûr fièrement le logo ATP (« Authentic Trappist Product ») qui garantit les trois critères d’une vraie bière trappiste :

–       La bière doit être brassée au sein de l’abbaye

–       La bière doit être brassée par les frères ou sous leur contrôle

–       Les bénéfices générés par les ventes de la bière doivent servir à entretenir l’abbaye ou à aider des œuvres caritatives.

Trois bières pour trois abbés !

Les trois bières brassées à l’abbaye d’Engelszell se distinguent par… leurs petits noms ! Et oui, Gregorius, Benno et Nivard correspondent aux noms des trois premiers abbés de l’abbaye. Chouette non ?

  • La Gregorius est une bière brune de style “Quadrupel”, se caractérisant par une robe foncée, des arômes de miel, de caramel et de sucre, et des saveurs de cacao, de malt grillé et de fruits confits. Gregorius est nom du 1e abbé de la communauté !
  • La Benno, quant à elle, est une bière ambrée. Au nez, on y décèle des arômes de miel, de fleurs et de fruits. Et en bouche, le malt grillé et les notes fumées prennent le dessus. Cette bière (Benno) doit son nom au deuxième abbé de la communauté !
  • Et enfin la Nivard ! Une blonde plutôt légère (5,5% d’alcool) qui a des arômes de pêche et d’agrumes au nez et des saveurs fruitées en bouche. Et sans surprise, c’est le troisième abbé de l’abbaye d’Engelszell qui lui a donné son nom !

Partager cet article