Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Encore une campagne médiatique pour exterminer les personnes handicapées

Encore une campagne médiatique pour exterminer les personnes handicapées

Un certain Alain Cocq, 57 ans, atteint d’une maladie rare incurable, se disant catholique selon Le Monde, a demandé au président Macron à être suicidé (par l’administration d’un barbiturique qui l’aurait plongé dans une sédation profonde, jusqu’à sa mort). Ce dernier, qui n’avait pas eu de pitié pour Vincent Lambert, a sobrement répondu :

« Parce que je ne me situe pas au-dessus des lois, je ne suis pas en mesure d’accéder à votre demande ».

C’est la nouvelle tentative médiatique pour emplafonner la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie, qui ne va pas assez loin dans le meurtre. Le Monde écrit qu’elle n’autorise la sédation profonde et continue que si le pronostic vital du patient est engagé à très court terme, ce qui n’était pourtant pas le cas de Vincent Lambert… Alité et affaibli, Alain Cocq ne relève pas non plus de ce cas de figure.

Suite à la fin de non-recevoir adressée par l’Elysée (en attendant la prochaine proposition de loi sur le sujet, qui ne va pas manquer d’arriver sur le bureau de l’Assemblée), Alain Coq a annoncé son intention de se laisser mourir et de diffuser sa fin de vie « en direct sur [sa] page Facebook » pour « montrer aux Français ce qu’est l’agonie obligée par la loi Leonetti ». Dans la nuit de vendredi à samedi, il a cessé son traitement, ainsi que toute alimentation et hydratation, depuis le lit médicalisé installé à son domicile. Acceptera-t-il les soins palliatifs, toujours omis par la propagande médiatique à sens unique ?

Nous pouvons prier pour lui, ainsi que pour ceux qui le manipulent.

Partager cet article