Encore deux églises cambriolées

A Dieppe (77) : 

"Vol d’œuvres d’art – Dieppe, église Saint-Jacques – Huit tableaux ont été volés dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 novembre dernier. D’après le journal InfoNormandie, les voleurs ont escaladé un échafaudage et fracturé une porte, avant de couper les tableaux au cutter et de les emporter, de manière apparemment « très soigneuse » selon le prêtre de la paroisse (voir le site Tendance Ouest). D’autres informations, enfin, ont été données par Paris-Normandie dans un article paru hier".

La Chapelle Sous Rougement (90) :

"« Voler dans une église, ça ne nous serait jamais venu à l’idée… » Léon Gautherat n’en revient toujours pas. Depuis des années, ce paroissien a pris à cœur d’ouvrir le lieu saint de Lachapelle-sous-Rougemont tous les matins à 7 h 30 pour le refermer vers 18 h.

Mais ce lundi 23 octobre, quand il est revenu en fin d’après-midi, il a bien senti que quelque chose n’était pas comme d’habitude. « J’ai décidé d’avancer jusqu’au chœur pour vérifier. » La porte de la sacristie, qui était fermée à clé, avait été forcée. « Le meuble a été entièrement fouillé. Tous les objets qui avaient de la valeur ont été emportés. » La paroisse a perdu deux ostensoirs, un calice, un bénitier, ainsi que trois chasubles, qui ont vraisemblablement permis d’emballer le butin. Il ne reste que les boîtes qui contenaient les objets précieux.

« Ça fait mal. Il y avait de très belles choses », témoigne Léon, encore sous le choc. « Les objets avaient été offerts à la paroisse par des habitants de la commune, aux XVIIIe  et XIXe   siècles. » Par chance, les chasubles brodées avec des fils à l’or fin ont été mises en lieu sûr depuis plusieurs années.

« L’église a déjà été cambriolée il y a trois ou quatre ans », ajoute Léon Gautherat. Là, l’autre salle de la sacristie avait été forcée au pied de biche. « Les voleurs avaient même creusé le mur pour arriver à ouvrir le tabernacle dans lequel est enfermé le ciboire. » (…)

L’adjoint est plus lucide sur les véhicules qui traversent sa commune. La RD 83 passe juste devant l’édifice. « On recense chaque jour 2 500 camionnettes immatriculées dans les pays de l’Est. Régulièrement, on en croise qui s’arrêtent devant toutes les maisons pour observer. Elles stationnent souvent aux Errues et sur le parking de la station-service, à Roppe. » « Les objets religieux se revendent très bien, il y a un marché », insiste l’adjoint, impuissant malgré tout face à cette nouvelle délinquance internationale".

Laisser un commentaire