Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

En France, un sondage accuse l’euro

Euros
Près de 69% des personnes interrogées estiment que la baisse de leur pouvoir d’achat est dûe à l’augmentation des prix consécutive au passage à l’euro. C’est 8% de plus qu’en mai 2005. Il n’y a plus que 31% des Français qui n’accusent pas l’euro.

L’Italie de Berlusconi et l’Allemagne ont déjà abord le sujet de l’abandon de l’euro. La France, à l’image de Jean-Claude Trichet, président de la Banque Centrale Européenne, préfère l’idéologie au pragmatisme des Français. Pour comben de temps encore?

Lahire

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

19 commentaires

  1. ¨Philippe de Villiers avait pensé organiser un référendum sur l’euro l’hiver dernier;il y a reconcé, pensant probablement qu’il était encore trop tôt
    pourtant ce problème devra être posé tôt ou tard
    d’une part, l’euro reste pour nous français une monnaie étrangère
    notre monnaie, depuis des sicèles, c’est le franc
    l’euro est une monnaie artificielle, créée de toutes pièces (si l’on peut dire)
    elle n’a qu’une valeur fiduciaire, elle n’a valeur identitaire
    d’autre part, elle nous ôte tout pouvoir sur les désicions économiques
    certains, qui aiment que les déficits publics se creusent pour leurs intérêts personnels, craigent de la remettre en cause, car alors nous aurions les chiffres de la vérité, par conséquent, il faudrait faire des efforts, or dans ce pays on est en léthargie,bientôt on sera en prostration
    enfin, les pays qui n’ont pas adopté l’euro s’en tirent plutôt bien économiquement (l’Angleterre, la Norvège)

  2. Pus que l’augmentation des prix, ce sont nos repères qui ont changé…
    Un enfant demande des sous pour s’acheter quelques bonbons, on donne 1 €. Qui aurait donné comme ça 6,50 F il y a 5 ans?
    Dans un magasin, un pot de confiture à 3,50 € n’effraie personne… Qui aurait acheté ce même pot à 23,50 F?
    Dépenser 15 € par ci, 15 € par là ne fait pas le même effet que dépenser 100 F. On a perdu certaines barrières et on dépense plus pour des pas grands choses.

  3. Le Dinar,pour bientôt!!!

  4. Malheureusement, un nouveau passage au Franc entraînerait une nouvelle hausse des prix.
    Effectivement, avce l’euro nous ressentons moins les petites augmentation. Plus 20 centimes ici, plus 30 centimes ailleurs.
    Lorsque l’on prend le temps de convertir certains prix, c’est époustouflant.

  5. Cette monnaie de singes est celle des ploutocrates bruxellois, aucunement celle du peuple français.
    L’augmentation du coût des produits de la vie courante a été immédiate, alors même que nos dirigeants, plus tartuffes que jamais nous aboyaient quotidiennement que la passage à l’euro ne susciterait aucune inflation : simple exemple, le pauvre croissant que l’on payait à peine 2 francs en 1999 est aujourd’hui à 0,70 euros, soit presque 4 francs. Même chose pour la baguette du franchouillard, elle aussi passée du simple au double.
    Il est vrai que le panier de la ménagère n’intéresse que fort peu la voyoucratie européiste…

  6. Mariemarie d’abord et Jean ensuite, vous m’otez les mots du clavier. C’est exactement ce que je ressens.
    Un point intéressant en faveur de l’euro : lorsque l’on passe à l’étanger, on n’a plus de conversion fatiguante à faire, c’est bien agréable.
    L’euro a aussi l’avantage de nous montrer combien les frontières entre pays européens avaient quelque chose d’artificiel, voire de fou.
    Toutes ces fortifications, ces dépenses folles, ces champs de batailles, ces millions de morts, ces dizaines de millions d’estropiés : une histoire de fous !
    L’histoire européenne est, à certains égards, “une histoire de fous, racontée par un homme ivre”.
    Donc, je suis assez partagé au sujet de l’euro. Une frontière qui passe au milieu de mon âme en quelque sorte, -;)

  7. Je travaillais dans la grande distribution au moment du changement à l’euro.
    Les cadres des différents départements du magasin étaient, soi-disant, libre de choisir entre la conversion réelle ou d’ajuster les prix.
    J’ai été le seul à choisir dans un premier temps la conversion réelle.
    Tous les autres en ont profité pour augmenter largement les prix.
    Est-ce un hasard, si seul, je n’ai pas survécu longtemps dans cette entreprise ou je travaillais avec succès depuis plus de 10 ans.
    Dieu est mort, l’argent l’a remplacé.
    Les cadres dirigeants de cette entreprise sont de très fervents adeptes de Nietzsche.

  8. Juste une remarque :
    “Près de 69% des personnes interrogées estiment que la baisse de leur pouvoir d’achat est dûe à l’augmentation des prix consécutive au passage à l’euro”
    Cela ne signifie nullement, comme vous me semblez le laisser entendre, qu’autant de Français souhaitent l’abandon de l’euro, ou même regrettent sa mise en place.

  9. A Rédigé par: | Sep 9, 2006 11:02:11 AM
    Pensez-vous, que quelqu’un qui souffre de graves problèmes financiers, qui en connaît une partie des causes, ai assez d’abnégation pour souffrir plus longtemps au seul profit des capitalistes apatrides qui gouvernent notre pauvre pays.
    Ou vous les prenez pour des déficients mentaux, ou pour des héros de la révolution internationale.
    Bref j’ai du mal à comprendre.
    Merci d’éclairer ma lanterne.

  10. A Jean-François,
    Il est vrai que les voyages à l’intérieur des frontières européennes sont simplifiés, quoique, pas pour tous les pays!
    Par contre si vous pensez que l’euro va nous préserver de toutes guerres, c’est mal connaître la nature humaine et se préparer à de très grandes désillusions.
    Je ne suis pas prophète, ni voyant extra-lucide, mais je vous garantis une troisième guerre mondiale avant longtemps.
    Quand vous la verrez arriver, priez si vous êtes chrétien, et si vous ne l’êtes pas, priez quand même, c’est mieux que le suicide.

  11. Cher hb, je suis chrétien, catholique, dans cette foi, je veux vivre et mourir.
    Effectivement il n’y a pas de lien nécessaire entre l’institution de l’euro et la paix entre les nations européennes. La paix, c’est aussi une question de volontés.
    Entre les nations européennes la paix se consolidera, en prenant conscience du bien commun de la chrétienté.
    Mais une monnaie unique, c’est un signe d’unité entre les nations.

  12. Signe d’unité entre les nations ? Une monnaie commune sans doute, une monnaie unique, c’est plus contestable.

  13. A jean-françois,
    Je suis heureux de voir que nous en commun le point le plus important.
    Pour ce qui est de l’Europe et de sa monnaie unique, je pense que chaque pays à le droit d’avoir sa monnaie propre, ce qui est le premier signe d’indépendance.
    Je pense aussi que la Paix ne peux se consolider que sur la religion, mais pas avec l’europe non chrétienne,qu’on nous impose.

  14. On a mis les français dans la situation de touristes en pays étranger, sauf qu’ils sont à l’étranger dans leur propre pays.

  15. L’euro est désormais en place depuis un certain temps. Sans exclure certaines remarques fort pertinentes qui précèdent, il faut peut-être aussi aller chercher ailleurs la baisse du pouvoir d’achat des Français : la limitation imposée du temps de travail (un salarié qui passe de 35 à 45 heures par semaine – ce qui ne serait pas encore un drame pour beaucoup de personnes – permet de gagner prêt de 30% de pouvoir d’achat.
    Certains pays de la zone euro l’on bien compris (les irlandais) par exemple et nous grillent aimablement la politesse en terme de richesse personnelle.
    Maintenant prenez votre salaire (si vous êtes salarié aux 35h) et imaginez ce que vous faites au bout d’un an de 30% de salaire en plus…
    Un autre aspect à ne pas négliger : votre salaire net en fin de mois est quasiment la moitié seulement de ce qu’a payé l’employeur. Bah oui mon brave monsieur ! il faut bien payer les traites des générations précédentes (Retraites, Sécu, générosité vis-à-vis des plus démunis : RMI, CMU, logement sociaux, tarifs réduits ou gratuité ici ou là…).
    Si l’entreprise qui vous paie en mettait plus dans le salaire net et moins dans les charges (pour un chèque global identique), votre pouvoir d’achat pourrait faire un progrès sensible.
    Maintenant aller voir le total des charges pesant sur votre salaire (part salariale et patronale) pour la sécu : vous allez voir combien vous coûte mensuellement notre beau système de santé. Il vous coûte une partie de la progression de votre pouvoir d’achat.

  16. Et malgré cela il y a un gros deficit pour la securité sociale… Mais effectivement quand des gens qui ne cotisent pas obtiennent eux aussi des dedomagements alors forcement… il y a une fuite, une perte, une poche percée…

  17. bonjour,
    faites comme moi.
    l’euro je le designe par ” le franc europeen!
    c’est con! ca ne sert a rien!
    mais ca soulage

  18. franc européen ou monnaie d’occupation ?

  19. Merci Olivier Arcachon, pour votre analyse : je me sens moins seule…
    Mais il n’y a pas que la baisse de la durée du travail qui coûte cher (nombre d’employés font le même travail qu’avant, “théoriquement” en moins d’heures; en fait ce sont le manque de souplesse et le jacobinisme de la loi Aubry qui font du mal).
    J’estime (ne me demandez pas comment, je reconnais que c’est pifométrique, mais ce qui est certain, c’est qu’en privé les statisticiens de l’INSEE reconnaissent que l’indice des prix publié partout ne reflète pas la réalité) que depuis que je m’intéresse à l’évolution des prix, c’est à dire depuis 1985, les prix ont doublé approximativement; et attention, je sais très bien qu’en 1985 les salariés, y-compris les fonctionnaires, avaient subi une nette baisse de leur pouvoir d’achat en quelques années, d’abord à cause de la crise des années 70 (amortie autant que possible par Barre), ensuite à cause de la catastrophe socialiste.
    Donc, les prix ont doublé depuis 25 ans, le SMIC a prograssé de 55% et il concerne une plus grande proportion de salariés, qui aujourd’hui “ne s’en sortent plus”, certaines catégories d’employés ont à peine été augmentées en francs courants, donc ont perdu près de la moitié de leur pouvoir d’achat, et un ingénieur débutant, qui était payé environ 153.000f nets en 1985, n’est plus payé que 150.000f nets (30.000€ bruts, et ce n’est déjà pas si facile à obtenir), donc une perte de plus de la moitié de leur pouvoir d’achat, avec cette différence qu’ils doivent rembourser un emprunt étudiant sur ce salaire; après un passage en-dessous des 95.000f nets au milieu des années 90.
    Que les prix aient doublé en 21 ans, cela ne fait que 3,4% d’inflation par an en moyenne, rien d’alarmant (l’augmentation a été forte depuis 2001 – à mon avis environ 30% – mais il y avait eu une déflation en 1991-1993).
    Ce qui est alarmant, c’est la paupérisation des Français. Du moins des Français qui travaillent, et qui n’ont pas de capital à faire fructiier. Marx racontait certainement des c…ies, mais avec le terreau social des années 1840, cela prenait. On va recommencer?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services