Bannière Salon Beige

Partager cet article

Marche pour la Vie

En vue de la Marche pour la Vie : “Le premier berceau de tout être humain, si facilement transformé en tombeau”

Le Père Daniel Ange réveille les consciences : 

"Pendant ce beau temps de Noël, jusqu’au 2 février, nous sommes tous serrés dans l’unique Grotte de Bethléem, autour d’un Tout-Petit, unique entre tous. Mais cet Enfant n’est-il pas physiquement interconnecté avec chaque enfant dans tous les pays, et tous les siècles  ? N’est-Il pas l’Enfant par excellence, mystérieusement présent en chacun(e)  ? Jean-Paul II, une nuit de Noël, s’est exclamé  : «  Oui, en chacun, il y a certainement Jésus.  » (Non une image, une ressemblance, mais LUI, Jésus, en personne.) Ne sont-ils pas tous chair de sa Chair, sang de son Sang, parce qu’Il s’est fait chair de leur chair, sang de leur sang  ?

L’enfant à qui on refuse le simple droit à l’existence

Oui, Dieu s’est fait zygote, fœtus, embryon, pour guérir, sanctifier, consacrer, diviniser chacune de nos gestations. Et voici le sein maternel, sanctuaire le plus divin au monde, devenu le lieu où le plus fragile de tous est le plus menacé de la planète. Le premier berceau de tout être humain, si facilement transformé en tombeau. Le lieu par excellence, de la compassion amoureuse, devenant lieu d’exécution douloureuse (jusqu’à la naissance dans certains pays) [1].

Pour ces Saints innocents d’aujourd’hui, comment ne pas continuer à nous battre  ? À ce propos, il nous faut remercier Mgr Pontier pour ses propos courageux sur le drame de l’avortement. Propos d’une telle actualité, mais hélas ! bien rares ces dernières années de la part de nos pasteurs. Et Dieu sait combien les fidèles qui luttent courageusement, parfois héroïquement pour protéger la vie, en sa première éclosion, comme dans son couchant naturel, ont besoin d’être soutenus, encouragés, confortés par leurs bergers. Et combien sont déçus de ne pas toujours le sentir [2].

«  La défense de la vie est un chemin qui est plein de loups et peut-être nous amènera-t-on devant les tribunaux pour avoir pris soin de la vie, peut-être nous tueront-ils. Ils tuaient les martyrs chrétiens pour avoir prêché cet évangile de la vie, mais Jésus nous donne la force.  [3] »

L’enfant handicapé qu’on peut légalement tuer

Mais, voici que le pire s’ajoute au pire. En Belgique et aux Pays-Bas, on va pouvoir en toute légalité tuer tout enfant, atteint d’une maladie incurable ou d’un handicap à vie. Cela, décidé dans les faits par un seul médecin s’arrogeant le droit exorbitant de mort ou de vie sur ce petit innocent qui souvent, puise plus de joie à vivre et donne plus de joie à ses parents qu’on ne le soupçonne. Et peut-être bientôt sans le consentement des parents, ceux-ci ne pouvant être objectifs, puisqu’ils l’aiment.

De même que les pauvres mères dont le sein maternel est loué ne peuvent s’attacher à l’enfant qu’elles portent et qui lui sera arraché, ainsi l’amour parental pour un enfant malade est stigmatisé négativement. Et voilà le sentiment humain le plus grand, le plus beau, le plus profond trésor dans tous les peuples, et tous les temps, retourné contre de pauvres parents, les empêchant de sauver leur enfant. Cet infanticide condamné comme une abomination par Dieu lui-même, en sa Parole, éradiqué depuis des siècles par le judaïsme et le christianisme, le voici… légalisé. En toute impunité.

Régression de 3 000 ans de progressive évolution humaine. Retour à la barbarie, à la sauvagerie des sacrifices humains d’il y a 2 000 ans. Loi qui fait du médecin un assassin, du docteur un tueur. Oui, infanticide légalisé  : barbarie actualisée  ! Pour tester une lessive, le panel représentatif est de 1 000 personnes, pour entériner une loi donnant droit de vie et de mort… 20 personnes suffisent. Honneur aux courageux Veilleurs debout de Belgique qui sont la voix d’une multitude, mais surtout de la conscience profonde nationale. Mais faut-il qu’un peuple entier soit à ce point anesthésié, paralysé, inhibé, pour n’avoir pu faire descendre sur la place Royale ou l’avenue Louise, un million de rebelles   [4].?

Celui que l’on arrache à sa maman et que l’on prive de parents

Mais l’enfant in sinu, c’est maintenant (déjà massivement) ces personnes implantées dans un sein loué" (suite).

Partager cet article

3 commentaires

  1. Impressionnant et vrai. Merci.

  2. En France, en gros, en une année : 800.000 naissances – 200.000 baptêmes – 200.000 avortements. Le destin de notre pays se lit dans ces chifres. Une société qui met à mort ses propres enfants dans le ventre de leur mère se condamne à subir elle-mêmele sort de l’embryon.

  3. Enfin quequ’un qui dit la vérité sur tous les plans et c’est incroyable que si peu d’hommes d’églises se manifestent. Nous ne pourrons pas allés à la Manif par la présence pour bien des raisons, mais nous y seront par la prière et le jeun. France, qu’as-tu fait de ton BAPTEME, ou sont les grands évêques qui sont devenus martyres pour défendre la foi catholiques…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]