Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

En grève de la faim pour la famille

Alain B. a entamé une grève de la faim il y a trois semaines. Le Rouge et le Noir explique :

"Toutefois, celui-ci ne manque pas de préciser immédiatement qu’il ne s’agit pas d’une simple grève de la faim, mais d’un « jeûne eucharistique » (il se nourrit tous les jours du pain céleste), autrement plus efficace aux yeux de Dieu pour coopérer au salut de la France.

Il n’empêche que selon les mots d’Alain, c’est « dur ». « En
réalité, il y a deux difficultés : la première est physiologique ; la
seconde psychologique. Physiologiquement, les trois premiers jours
furent très durs : j’avais faim et ne parvenais pas à m’endormir car je
ne digérais pas. Mais la tête et l’âme sont bien supérieurs au corps.
Tant que le moral tient, c’est faisable.
 »

Depuis trois semaines, Alain se contente donc de l’Eucharistie et de quelques morceaux de sucre : « J’ai 58 ans, je ne peux me permettre de mettre ma santé en danger. »

Arrivé à Paris dimanche, il souhaite désormais offrir son sacrifice
« au plus militant » : il devait témoigner sur le podium de la Manif
pour Tous, mais seuls les veilleurs voulurent de lui. Il avait peur de
manquer à l’élocution, mais sa pensée est étonnamment affinée et
éclaircie par le jeûne : « Soutenu par le Paraclet, le Défenseur, comme
Jésus l’avait promis, mon discours me sembla évident. »"

Partager cet article