Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

En 2016, le rapport d’un chercheur italien, spécialiste des questions d’incendie, alertait sur le risque majeur de catastrophe pour la cathédrale

En 2016, le rapport d’un chercheur italien, spécialiste des questions d’incendie, alertait sur le risque majeur de catastrophe pour la cathédrale

Lu dans Le Temps :

Le quotidien économique italien Il Sole 24 Ore l’a détaillé dans un long article paru dès le 16 avril, soit au lendemain de l’incendie qui a mis à bas le toit de Notre-Dame de Paris: l’hypothèse d’un feu susceptible de dévaster la fameuse «forêt» de poutres, la charpente séculaire de la cathédrale, avait été très sérieusement évoquée en 2016 dans un rapport de l’universitaire Paolo Vannucci, spécialiste des questions d’ingénierie mécanique à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Plus étonnant encore: ce rapport, dont l’auteur est un spécialiste de la structure des monuments historiques et de leur capacité à résister aux chocs sismiques ou thermiques, avait été commandité par le CNRS, le Centre national français de la recherche scientifique. Lequel n’a ni mentionné ce document, ni le nom de ce chercheur dans sa liste d’experts adressée aux journalistes le mardi 16 avril en fin d’après-midi, soit à peu près 24 heures après le sinistre. Il Sole 24 Ore cite en particulier un extrait du rapport selon lequel «la concentration de poussière, stratifiée au cours des siècles, peut avoir un effet explosif. Effet pouvant être activé par un court-circuit ou simplement par les fils électriques des systèmes d’alarme de l’échafaudage utilisé pour les travaux de rénovation»…

Un rapport classé «confidentiel-défense»

L’existence de ce rapport datant de 2016, demandé dans le contexte des attentats terroristes de novembre 2015 en France pour évaluer les risques encourus par Notre-Dame et d’autres monuments emblématiques, était connue des journalistes italiens basés à Paris. Ce qui explique leurs critiques sévères, dès le lendemain de la catastrophe, sur la défaillance des procédures de sécurité dans la cathédrale. L’hebdomadaire français Marianne a finalement été le seul média hexagonal à publier ce jeudi 18 avril un entretien avec Paolo Vannucci, qui n’a pas répondu à cette heure aux sollicitations du Temps. L’intéressé affirme au magazine que le risque d’incendie était particulièrement élevé, et que son rapport préconisait des mesures qui n’ont jamais été prises. Il révèle également que ce document aurait été classé «confidentiel-défense» par le gouvernement du premier ministre Manuel Valls, sans doute pour éviter sa divulgation et le risque de donner des idées à de potentiels terroristes.

«Nous avions dit en effet qu’en cas d’attaque, le risque d’un embrasement de la toiture existait et qu’il fallait absolument la protéger et installer un système d’extinction, explique Paolo Vannucci à Marianne. En vérité, il n’y avait pratiquement aucun système anti-incendie, notamment dans les combles, où il n’y avait aucun système électrique pour éviter les risques de court-circuit et d’étincelles. J’imagine qu’on avait installé quelque chose de provisoire dans le cadre des travaux de réfection, mais je n’en suis pas sûr. Au niveau de la charpente, lorsque nous avons fait notre recherche, il n’y avait aucune protection. Seulement un point d’eau dans la petite cour située entre les deux tours, donc à l’extérieur de la charpente. Nous avions donc alerté le CNRS sur les risques d’incendie. Nous avions aussi dit que même la foudre aurait pu déclencher un feu et qu’il fallait donc installer tout un système de prévention.» La réponse des autorités françaises a jusque-là été justement de dire qu’aucun dispositif électrique n’avait été installé dans les combles, précisément pour éviter les risques de court-circuit. L’existence de ce rapport n’a pour l’heure pas été divulguée officiellement. […]

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services