Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise / Nazisme

En 1930, l’Eglise en Allemagne excommunia le nazisme

Des documents retrouvés en Allemagne le prouvent, comme le relate Zenit :

"Certains documents trouvés en Allemagne par la Pave the Way Foundation (PTWF) prouvent que dès septembre 1930, les évêques catholiques ont excommunié le parti nazi d'Hitler.

Selon les documents trouvés par Michael Hesemann, collaborateur de la PTWF, en septembre 1930, trois ans avant qu'Adolf Hitler n'arrive au pouvoir, l'archidiocèse de Mayence condamna publiquement le parti nazi.

Selon les normes publiées par l'archidiocèse de Mayence, il était « interdit à tout catholique de s'inscrire dans les rangs du parti national socialiste d'Hitler ».

« Il n'était pas permis aux membres du parti hitlérien de participer en groupe à des funérailles ou à d'autres offices catholiques ». Par ailleurs, « un catholique ne pouvait être admis aux sacrements tant qu'il restait inscrit au parti hitlérien ».

La déclaration de l'archidiocèse de Mayence a été publiée en première page de L'Osservatore Romano, avec un article publié le 11 octobre 1930 et intitulé « Le parti d'Hitler condamné par l'autorité ecclésiastique ».

L'incompatibilité de la foi catholique avec le national-socialisme fut alors déclarée. Une personne qui se déclarait catholique ne pouvait pas devenir membre du parti nazi, sous peine d'être exclue des sacrements.

En février 1931, le diocèse de Munich confirma l'incompatibilité de la foi catholique et du parti nazi.

En mars 1931, les diocèses de Cologne, de Paderborn et des provinces du Rhin dénoncèrent l'idéologie nazie, interdisant publiquement tout contact avec les nazis.

V1930 Indignés et furieux de cette excommunication émise par l'Eglise catholique, les nazis envoyèrent Hermann Göring à Rome, avec une demande d'audience au secrétaire d'Etat Eugenio Pacelli. Le 30 avril 1931, le cardinal Pacelli refusa de rencontrer Göring qui fut reçu par le sous-secrétaire Mgr Giuseppe Pizzardo, avec la charge de prendre note de ce que les nazis souhaitaient.

En août 1932, l'Eglise catholique excommunia tous les dirigeants du parti nazi. Parmi les principes anti-chrétiens dénoncés comme hérétiques, l'Eglise catholique allemande mentionna explicitement les théories raciales et le racisme.

Toujours en août 1932, la Conférence épiscopale allemande publia un document détaillé dans lequel elle donnait des instructions sur la manière de s'entretenir avec le parti nazi.

Dans le document, il est écrit qu'il était absolument interdit aux catholiques de devenir membres du Parti national-socialiste. Celui qui désobéissait était immédiatement excommunié.

Dans le document de la Conférence épiscopale trouvé par la PTWF, il est aussi écrit que l'archidiocèse considérait comme « illicite d'appartenir au parti nazi », parce que « les manifestations de nombreux chefs du parti ont un caractère hostile à la foi » et « sont contraires aux doctrines fondamentales de l'Eglise catholique ».

En janvier 1933, Adolf Hitler arriva au pouvoir et les organisations catholiques allemandes diffusèrent un tract intitulé « Un appel sérieux dans un moment grave », où elles considéraient la victoire du parti national-socialiste comme « un désastre » pour le peuple et pour le pays.

Le 10 mars 1933, la Conférence épiscopale allemande, réunie à Fulda, adressa un appel au président allemand, le général Paul von Hindenburg, exprimant « (ses) préoccupations les plus graves qui sont partagées par une grande partie de la population ».

Les évêques allemands se tournèrent vers von Hindenburg, en manifestant leur crainte que les nazis ne respectent pas « le sanctuaire de l'Eglise et la position de l'Eglise dans la vie publique ».

C'est pourquoi ils demandèrent au président une « protection urgente de l'Eglise et de la vie ecclésiastique ».

Les évêques catholiques ne furent pas écoutés".

Et on connaît la suite…

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

10 commentaires

  1. Et on connaît la suite…
    La suite: plus de 64 millions de morts civils et militaires de par le monde.
    La majorité des chrétiens.
    ça aussi messieurs, c’est un holocauste.
    Combien la prochaine guerre, et pour quand ?

  2. Précision utile pour les “non initiés” de passage : le cardinal Pacelli dont il est fait mention n’est autre que le futur Pie XII, par ailleurs fort injustement décrié.
    Je me pose deux questions : comment se fait-il que l’on ne prenne connaissance de ces excommunications que maintenant ?
    Par ailleurs, on se demande pourquoi il n’y a pas eu de représailles contre l’Eglise une fois Hindeburg disparu.

  3. Il faut également admettre que beaucoup de catholiques désobéirent à leurs évêques, ce qui explique aussi la vigueur des premières années de ce régime foncièrement socialiste et donc anti chrétien.
    Car dans le contexte dramatique que traversait l’Allemagne, les premiers succès économiques du régime, l’écrasement du communisme, etc…. firent malheureusement oublier le reste.
    Aujourd’hui, dans un contexte en apparence moins totalitaire, car moins violent physiquement, la plupart de nos frères dans la foi catholique votent pour des partis qui soutiennent l’avortement, refusent les libertés scolaires et familiales, flirtent à la limite de l’euthanasie, et s’apprête à lancer le statut de beau-parent, antichambre légale de la mort du mariage.
    Les catholiques français d’aujourd’hui jugent en pharisiens les catholiques allemands des années 30-40 : ils se ressemblent pourtant tellement.

  4. je ne serais ni déçu, ni surpris , s’il advenait dans les temps à venir que quelques partis pro-mort … devaient se voir excommuniés de fait.
    C’est d’ailleurs probablement ce risque qui en appellent certains zélateurs à tenter de se couvrir par de très cathodiques vitrines,les autorisant , pensent-ils à dénoncer “les catholiques d’extrême droite ” ou “les catholiques intransigeants ” à la mode du buissonnet qui tenterait de cacher la forêt de leur crime prémédité contre l’humanité.

  5. La Sainte Eglise était bien au rendez-vous pour dire la vérité et dénoncer le monstre en route, comme elle l’a toujours fait .
    Il est frappant de voir que le crime de masse de l’avortement, actuel et continu, n’a pas suscité la même réprobation de nos épiscopats et cela hormis quelques rares évêques courageux. En trente ans le bilan est affreusement lourd et écoeurant. Il n’aurait jamais fallu se taire pendant ce temps ni laisser les associations peiner seules…
    Le pilonnage de la “bienpensance” moderne contre les catholiques et l’Eglise est bien pratique pour maintenir ignorés des gens parmiles victimes du nazisme, les nombreuses catholiques Allemands dont on ne nous parle pas bien souvent

  6. une question sans arrière pensée:
    quel était la position de l’Église au sujet de nombreux catholiques qui se sont engagés dans l’armée allemande, non pas par conviction, mais dans le seul but de lutter contre le communisme?
    doit/peut on considérer cela comme un “compromis”, un “moindre mal”, comme pourrait l’être l’adhésion d’un français à un parti ne respectant pas tous les points dictés par l’Église?
    Merci de vos réponses.
    Louis

  7. C’est parfaitement exacte.
    Il faut apporter quelques compléments : Hitler a été financé et principalement intronisé par la banque Oppenheimer (exposé dans “La Gauche antisémite” – éditions La Découverte.
    D’autres confessions et particulièrement la judaïque était avant guerre dans une position de pouvoir la plus forte puisque Léon Blumm était Président du Conseil (équivalent du Président de la République actuel)d’autres aux USA, en Angleterre aussi….
    On se demande pourquoi ces gens n’ont pas parlé ?
    On se demande pourquoi les victimes ont été maintenues dans l’idée d’un mauvais moment à passer mais pas de celle d’une mort certaine.
    L’épisode Rothschild est significative, le milliardaire juif fait venir 5000 juifs en France et ces derniers considérant les conditions offertes modestes préfèrent repartir en Allemagne….
    On se demandera naïvement quelle a été alors la position des autres religions et pourquoi exiger de l’Eglise catholique une sorte d’exercice d’absolutisme.
    Elle s’est prononcé courageusement puisque elle même menacée, n’oublions pas 1905 souvent organisé par ceux la même qui demande sa protection.
    L’église catholique aura été irréprochable, c’est maintenant connu, cela commence à être seulement connu.

  8. Louis,
    Un Etat totalitaire ne donne pas le choix ou la place aux états d’âmes dans la vie publique de ses ressortissants. Pour l’Allemagne de ce temps, privations, prison, Lager, meutres étaient pratiqués si la ligne voulue par le Partei n’était pas appliquée par un quidam ou un membre important du NSDPA.
    Ce fut la même chose en URSS pendant 70 ans,et, de fait, nous cautionnons encore…
    Quant à votre question, je vous propose de relire ce que Pave the way vient de nous donner. Il me semble que c’est clair et sans ambivalence : pas d’engagement sinon exco parce que participation à une entreprise immorale et injuste.
    La force de jugement ex-ante de l’Eglise est littéralement extraordinaire….
    Lire aussi le professeur François Georges DREYFUS sur ces sujets.
    Cordialement
    Ethos

  9. Louis/Ethos :
    Il ne faut pas tout mélanger. Ni les condamnations épiscopales allemandes, ni l’enseignement du pape (notamment MBS, 1937) n’ont assimilé complètement les erreurs nationales socialistes et l’Etat allemand, même si sous un régime totalitaire une telle distinction est délicate.
    Plus particulièrement, les circonstances dans les quelles la guerre mondiale s’est engagée en 1939-41 ne pouvaient objectivement se ramener à la seule perversité de l’état allemand. D’ailleurs, Pie XII n’a évidemment jamais cautionné les entreprises d’un camp contre l’autre, même si Rome a officieusement penché dès le début plutôt du côté allié. En tant qu’état, le Saint-Siège était neutre, en temps que magistère il était impartial, c’est-à-dire qu’il condamnait les errements de tous les protagonistes, et en appelait à toutes les bonnes volontés.
    Précisément, Pie XII fit expliquer très clairement à des catholiques américains dubitatifs que l’Eglise ne faisait pas sienne la “croisade contre le bolchevisme” très habilement mise en avant par l’Allemagne, mais d’autre part jamais elle n’a considéré qu’un soldat de la Wehrmacht respectant les lois de la guerre fût de part la simple exécution de ses devoirs militaires en état de péché mortel.
    Et qui reprocherait à A. Soljénitsyne d’avoir été, avant son arrestation en 1945, un capitaine d’artillerie de l’armée rouge combattant sous les ordres du maréchal Staline ?

  10. L.CHERON,
    Je suis bien d’accord avec ce que vous écrivez.
    La condamnation tombait du fait de l’engagement dans le NSDAP et de l’adhésion aux thèses du national socialisme, pas du fait de l’accomplissement du devoir d’état.
    Quant aux mécanismes qui ont conduit à la guerre, bien sûr, l’Allemagne n’était pas seule responsable, loin s’en faut…
    Je persiste à considérer que la hauteur de vue de L’Eglise lui permettait de voir loin sans pour autant prévoir les péripéties futures.
    C’est encore le cas aujourd’hui.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services