Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Emission “les infiltrés”: les parents d’élèves vont porter plainte

Les parents des élèves filmés lors de l'émission "les infiltrés" intitulée "A l'extrême-droite du père" qui doit être diffusée par France 2 le 27 avril prochain ont décidé de saisir la justice:

Nous avons fait appel à Maître Solange Doumic, une des grandes voix du barreau de Paris. Vendredi, quinze premières familles, représentant 36 enfants mineurs, l’ont mandatée pour porter plainte contre le peu reluisant Pujadas, France 2, Mathieu Maye et la société Capa, sur le fondement de l’article 227-21 du nouveau code pénal qui dispose que « le fait de provoquer directement un mineur à commettre un crime ou un délit est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende. Lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans, que les faits sont commis dans les établissements d’enseignement, l’infraction définie par le présent article est punie de sept ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende ». Les familles qui n’ont pas eu le temps matériel de lui donner mandat le feront dans les prochains jours.

Le Saint-Père a immédiatement été mis au courant par l’intermédiaire du Nonce apostolique qu’une nouvelle manipulation était en œuvre. Son Éminence le cardinal Ricard est également au courant. Ainsi d’ailleurs que la Marie de Bordeaux, l’enseignement diocésain et le rectorat. Il n’est pas question d’étouffer cette affaire ! Pujadas voulait faire exploser l’audimat. Nous allons l’y aider. Mais les victimes ne seront pas celles qu’il croyait. Nous ne le lâcherons plus, lui et ses sbires.

Partager cet article

21 commentaires

  1. “Mais les victimes ne seront pas celles qu’il croyait. Nous ne le lâcherons plus, lui et ses sbires.”
    Si ce père de famille a l’intention de “victimiser” David Pujadas… ce père de famille rend tout au contraire service au journaliste.
    Il ferait mieux d’éviter le vocabulaire “sbires”… parce qu’en lisant ce mot “sbires”, on se dit que son enfant a parfaitement pu tenir des propos peu-cathos, en tout cas passibles de la loi.

  2. Est-ce qu’il pourrait être intéressant d’envoyer un maximum de courriers au CSA, du genre “Nous sommes scandalisés par la diffusion d’une émission qui utilise la personne de mineurs sans leur consentement.”

  3. Bravo !ils vont apprendre que la méchanceté est un boomerang…!

  4. Bonne nouvelle. Il faut de la pugnacité et du “mordant” face à ces pros de la désinformation en boucle!
    “La vérité nous rendra libres”

  5. Bonjour
    Je vous incite ç vous rapprocher de Jean Michel Apathie ; il a à de nombreuses reprises essayer de démonter le scabreux de ces soit disant méthodes journalistiques qui n’en sont pas et qui peuvent être attaquées au pénal .

  6. S’il y a une pétition, on signe où ?

  7. Pujadas, démission !

  8. je suis étonné
    David Poujadas n’est pas catholique?
    je n’arrive pas comprendre que des catholiques, comme sont tous ces gens de la télé,(le France compte une majorité de catholiques) s’en prennent à d’autres catholiques,même s’ils ne sont pas de la même sensibilité qu’eux
    Où est la tolérance dans tout ça?
    et l’intelligence?

  9. Bravo.Il faut espérer que la justice sera juste.Ce sont des agissements qui ne doivent pas rester impunis.Ce sont ceux qui prétendent traquer le nazisme qui pratiquent les mêmes méthodes de manipulation.Le roi du mensonge: c’est qui?

  10. La photo du pseudo journaliste est diffusée sur Novopress Aquitaine
    http://aquitaine.novopress.info/2933/un-journaliste-de-france-2-bientot-derriere-les-barreaux/

  11. Les parents ont-ils été sollicités pour signer une autorisation
    1) de prise d’image de leurs enfants
    2) d’exploiter ces photographies?
    Si la réponse est NON, à l’un ou l’autre de ces deux cas, il y a infraction (pour le moins).
    Les prises de photos dans les classes sont très encadrées sur le plan réglementaire, tout enseignant sait cela.

  12. Je trouve très bien de réagir à ces méthodes très douteuses.
    En revanche, ne soyons pas naïfs: à lire certains, on a l’impression que France Télévision va être éclaboussé par le scandale des méthodes employées. C’est un peu prétentieux vues les forces en présence.
    De plus, d’un point de vue chrétien, il faut, comme certains l’on noté, traiter ces ennemis avec amour et non pas avec mépris ou haine.

  13. “De plus, d’un point de vue chrétien, il faut, comme certains l’on noté, traiter ces ennemis avec amour et non pas avec mépris ou haine.”
    Vous avez entièrement raison. Et comme qui aime bien châtie bien, invoquer la justice des hommes – à défaut de la justice divine – pour que nos ennemis soient justement condamnés, châtiés et puissent ainsi retrouver le droit chemin est notre devoir de chrétien !

  14. @C.B.
    “De plus, d’un point de vue chrétien, il faut, comme certains l’on noté, traiter ces ennemis avec amour et non pas avec mépris ou haine”
    Tendre l’autre joue? C’est cela que vous suggérez? Ne pas réagir lorsqu’on est traîné dans la boue avec des méthodes “pas catholiques”?
    Je crois au contraire que rétablir la vérité et son droit en justice est faire preuve de charité. Je ne vois pas où est la haine dans ce cas.

  15. Je ne sais pas si une plainte contres ces gens là peut aboutir!
    Mais on peut espérer et prier: j’ai vu des miracles plus importants se réaliser.
    Ceci dit ne faisons pas d’angélisme : on peut être catholique sans employer obligatoirement un langage diplomatique!
    Le mot sbire est parfaitement adéquate dans le cas présent
    Ces journalistes ou plutôt ces journaleux emploient des méthodes de voyons et sont donc à considérer comme tel!
    D’accord pour traiter ses ennemis avec amour, sans mépris et sans haine, mais aussi sans pitié, sans concession, et sans sentimentalisme dégoulinant!
    Les bonnes âmes qui donnent des leçons aux victimes seraient plus éclairées de montrer plus de pitié pour les victimes que pour leurs agresseurs!
    C’est encore un méfait de la démocratie chrétienne et du libéralisme!
    Cela participe à l’inversion des valeurs que nous constatons, poussée à son paroxysme à notre époque!

  16. Bougez-vous et écrivez comme je l’ai fait à Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions, 7 Esplanade Henri de France, 75907 Paris Cedex 15

  17. Je m’aperçois que mon message manquait de clarté: je suis 100% d’accord pour que les journalistes soient attaqués en justice pour des faits délictueux.
    En revanche, il est nécessaire d’éviter des formulations aggressives du type “Nous ne le lâcherons plus, lui et ses sbires” qui ne font que mettre de l’huile sur le feu.
    L’Evangile dit “Aimer vos ennemis”, elle ne dit pas qu’il n’y a pas d’ennemis.

  18. Il est bien évident que des gamins de 15 ans ne sont pas de taille face à des professionnels de la manipulation. On en a vu de plus aguerris se faire prendre au piège.
    Il n’est que justice de ne pas se laisser faire et j’espère que cela apprendra à ces très jeunes gens à réfléchir avant de parler. Au lieu d’abonder dans le sens des propos racistes de leur surveillant, ils auraient dû avoir le courage d’opinions chrétiennes. Mais quand on a 15 ans, un prof ou un surveillant ont une autorité à laquelle il n’est pas facile de résister.
    Le procédé utilisé par ces adultes soi-disant vertueux est minable et ne leur fait pas honneur.

  19. Quand j’ai eu l’occasion de voter pour le Bobard d’Or,je ne l’ai pas fait car je ne savais qui le méritait, outre que la moitié de ces gens m’étaient inconnus.
    Si c’était encore possible de le faire, je voterais pour Pujadas car s’attaquer à des enfants c’est vraiment hideux, autant que ce qu’il dénonce contre les “affaires” de l’Eglise.

  20. Dans le langage courant, le sbire est “un homme à tout faire, un homme de main que l’on emploie à des opérations de basse police”.
    Cette définition correspond parfaitement aux méthodes de Mathieu Maye, “l’homme de main” de David Pujadas qui a employé des méthodes de “basse police” pour piéger des enfants.
    Il n’y a rien d’insultant, ni d’excessif dans cette expression.
    “Nous ne le lâcherons plus” : les familles ayant porté plainte, il n’est pas surprenant qu’elles souhaitent aller jusqu’au bout de la procédure, c’est-à-dire jusqu’à la condamnation de ce Mathieu Maye. Demander à la justice de condamner un comportement délictueux n’est pas, à ma connaissance, contraire à l’Evangile.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services