Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Emeutes : la France en chute libre sur la scène internationale

Depuis les émeutes, aucun pays n’aura résisté à l’envie de retourner contre la France les leçons qu’elle a cru bon de leur donner. Ainsi, on a vu l‘Iran demander à la France de respecter les droits de l’Homme, on a entendu Khadafi proposer son aide (comment?) à Chirac, on voit l‘Europe fuir la France et se méfier de ce pays devenu faux-frère en découvrant qu’il n’y existe pas la force et la cohésion que prétendait posséder ce moteur de l’Union européenne.

Aujourd’hui, la France est encore une fois la risée des Etats-Unis, surtout depuis que le gouvernement a tiré sa dernière cartouche avec Villepin hier soir. Les titres de la presse d’outre-Atlantique n’offrent aucun doute : 
"Alors que Paris brûle, le gouvernement français semble n’avoir aucune idée ce qu’il faut faire et avec qui parler"… "autant les émeutes sont choquantes, autant la réponse du président Chirac et de ses ministres qui se débattent sans résultat, l’est aussi" (New-York Times).
"Pris par surprise, lent à réagir, gêné par des rivalités politiques, le gouvernement français montre ainsi qu’il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que l’on réagit mal à une crise" (Cf l’attitude du gouvernement français au moment du cyclone Katrina) lit-on dans le Washington Post qui traite Chirac de "Canard boîteux".

La Russie, le Japon et tant d’autres ont demandé à leurs ressortissants d’éviter la France, désormais bien esseulée.
Où l’on constate amèrement que la France n’est plus ce qu’elle était et n’est pas ce qu’elle croit encore être. Car, si le proverbe dit qu’il faut d’abord balayer devant sa porte, la France a des tonnes de gravas à charrier avant de pouvoir être à nouveau crédible sur la scène internationale.

Lahire

Partager cet article

1 commentaire

  1. En effet ! Les petites mesquineries personnelles ont fini de tomber, dévoilant ainsi la réalité qu’elles masquaient : le néant.
    Comment ne pas songer au film “Matrix”, et à la scène où le héros se retrouve au milieu d’un désert en s’entendant dire “bienvenue dans le monde réel !”
    Sommes-nous encore une nation ? J’entends encore résonner “aujourd’hui la Serbie, demain la Seine Saint Denis”, il y a 10 ans, ce qui apparaissait comme des propos fascisants à l’époque…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services