Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Elle a tué mon fils

Simon15semainesCe petit garçon s’appelle Simon. alors qu’il vivait in utero depuis 22 semaines, sa mère décide de le tuer et en moins de 48 heures, par un aller-retour éclair en Espagne, elle supprime le bébé. La page est tournée, Simon est mort.

Le père n’avait pas été mis au courant de l’intention de la mère. Il a tout découvert trop tard, a quitté sa compagne et a ouvert un site internet sur lequel il laisse exploser à la fois sa tristesse, sa colère et son impuissance.

Cette attitude révèle la subversion par laquelle est arrivée la légalisation de l’avortement contenue dans cette ineptie : la grossesse et l’avortement ne concernent que la mère.
Pour arriver à ce résultat, il a fallu que les idéologues, après avoir écrit sur les barricades de mai 68 "il faut tuer le père", fassent accepter le faux argument du pseudo droit de la femme à disposer de son corps qui, fut-il vrai, ne donne à la mère aucun droit sur le corps et la vie de son enfant.
S’il est évident qu’il ne peut y avoir de transmission de la vie sans le père, il devrait l’être aussi que le père devient de fait co-responsable avec la mère de la vie de son enfant, personne humaine à part entière. Cette responsabililté prend effet dès le premier jour de vie de l’enfant et se poursuit encore de longues années.
Il est heureux qu’un père ressente et exprime son implication et sa responsabilité de la vie de son enfant.

La restauration de la famille passe par celle du père de famille. Que l’exemple de ce papa soit donc connu et touche tous les esprits, en particulier les pères irresponsables qui parfois même s’ignorent et qui, par veulerie et lâcheté, ont abandonné leur bébé bien avant leur premier souffle…

Lahire (Merci à VM)

Partager cet article

11 commentaires

  1. La prière est la seule réponse qui me vient tellement le reste me paraît dérisoire…
    Oui, le choc est grand.
    Si beaucoup pouvaient voir ce blog, même des ados…
    On les place bien face à la réalité de la guerre et du terrorisme avec des images aussi crues à chaque journal télévisé.
    Pourquoi leur masquer LE crime suprême?

  2. Il s’agit du Portugal ? Vous avez omis de préciser de quel pays est partie la mère.

  3. Boulversant mais pédagogique. Pleins de trucs à y trouver, comme le fait que la fondatrice du planning familial se soit lancé dans le combat SOS-Papa…

  4. @ Bartalin
    Sur le blog, on signale que la mère est partie de Cognac vers Barcelone.

  5. Merci mariemarie, je n’avais pas vu le lien !

  6. Les révolutionnaires de tout poil ont en effet comme slogant : “pour détruire l’Etat, il faut détruire le patriarcat”.
    Cette destruction du patriarcat est la phase actuelle de la révolution (=de la destruction de la société chrétienne). Cela passe par tous les moyens dont use la révolution :
    -la calomnie : le mari violent et violeur … (d’où les lois à la con contre la “violence conjugale”)
    – la confiscation de ses droits éducateurs : le moindre petit juge peut enlever les “droits familiaux” à un automobiliste qui grille un feu rouge !!!
    -la destruction de la potestas paternelle
    -la rupture du lien naturel avec ses enfants : possibilité de transmettre le seul “nom de la mère” à l’enfant; interdiction pour la femme de porter le nom de son mari; interdiction de la reconnaissance de l’enfant naturel après 10 ans (ou 8 ans ?)
    -etc. etc. etc.
    Et avec tout cela qui se passe devant nous, on croit encore dans la démocratie ou dans la société laïque ! C’est un leurre : il n’y a que dans la société chrétienne (donc anti laïque, anti liberté religieuse, anti démocratique) que les droits humains fondamentaux peuvent vivre.

  7. Les chrétiens doivent rompre radicalement avec cette société mortifère. Plus ils seront en rupture plus ils représenteront une espérance. La laicité est un piège, seul Le Christ doit inspirer nos lois. Vive la théodémocratie!

  8. @Rabassa
    vous justifiez donc la charia, qui instaure une théocratie ???
    S’agissant des catholiques, je crois que nous devons être DANS le monde, mais pas DU monde. Ce qui, j’en conviens, est extrêmement exigeant.

  9. l’image que vous montrez et la narration qui s’en suit sont terribles!
    pour tous ceux qui ont eu la chance d’avoir des enfants, et les aiment, on ressent vraiment une incommensurable tristesse
    au vu de la décision inopinée de la mère, on se demande si certaines femmes (et certains hommes) possèdent vraiment toutes leurs facultés
    à côté de l’aspect mécanique de la création,
    donnée sur laquelle il devrait être impossible de revenir, car l’homme et la femme, en créant, accomplissent un acte quasi divin, on peut se demander si la société, malgré tout, ne pourrait pas avoir un droit, ne fût-ce que pour la défense de l’enfant à naître, pour empêcher ce genre de décision intempestive
    un médecin une fois m’a dit que certaines femmes recourrent à l’avortement car leur accouchement risquerait de se produire pendant leurs vacances…

  10. Quand on voit la photo sur le site, on ne peut pas douter une seconde qu’il s’agisse d’un être humain…

  11. Entre la charia et l’ évangile nulle comparaison n’ est possible!Pour sixtine.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.