Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Italie

Elections régionales en Italie : échec ou progression de la Ligue ?

Elections régionales en Italie : échec ou progression de la Ligue ?

Dimanche, deux régions italiennes votaient pour renouveler leur conseil régional. La presse annonce la défaite de Matteo Salvini. De fait, en Emilie-Romagne, si la coalition de droite a progressé à 43,7% la région reste aux mains de la gauche. Sauf qu’il est nécessaire de regarder aussi la progression de Salvini, dans cette région fortement ancrée à gauche. Entre 2014 et 2020 en Emilie Romagne, la Ligue passe ainsi de 19,42% à 31,95% (+12,5%) avec 461 000 voix supplémentaires. Ce n’est pas exactement une dynamique de défaite.

En Calabre, la coalition de droite a renversé la gauche haut la main, en obtenant 55,4%. Mais il s’agit d’abord d’une victoire de Forza Italia, qui y voit un « rééquilibrage » par rapport à la Ligue. Le candidat de centre gauche décroche 30,14 % alors que Francesco Aiello, pour le M5S, reçoit 7,35 % des voix. La Ligue obtient 12,25 % et 4 sièges et Frères d’Italie 10,85 % et 4 sièges, alors que Forza Italia a 12,34 % et 5 sièges. Le M5S n’a pas d’élu. Par rapport au scrutin précédent, en 2014, la candidate du centre droit obtient plus du double, en pourcentage, du score de la candidate de cette tendance politique de l’époque. Forza Italia se maintient, la Ligue fait son apparition et Frères d’Italie multiplie son score par 5. Le M5S progresse en passant de moins de 5 % à près de 7,5 %.

Ces deux élections régionales représentent donc une nouvelle progression pour la Ligue, bien que l’Émilie-Romagne soit restée à gauche. L’objectif de prendre cette dernière afin de tenter de faire tomber le gouvernement national a échoué, mais il constitue une sorte de but impossible à atteindre pour le moment.

Une nouvelle salve d’élections est prévue pour mai-juin 2020 au sein de six régions.

Sur un total de 20 régions, 13 sont désormais gouvernées par la droite, 6 par la gauche et une par les autonomistes.

A lire aussi ces analyses de Marie d’Armagnac parues dans Le Figaro et Sputnik.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Toujours aussi menteurs bfm/rmc qui ont annocé la defaite de mr Salvini. Je n imagine même pas sur trans enter la fausse propagande.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services