Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Eglises vidées, cultes locaux abandonnés = églises à vendre

C'est le cas dans cette commune du Lot-et-Garonne :

"« Si je l’avais vendue sans rien dire, personne ne l’aurait remarqué. » Arnaud Devilliers, maire de Penne-d’Agenais, n’y a même pas pensé, mais traduit ainsi l’état d’abandon dans lequel se trouve la petite église de Noaillac. Son projet de mise en vente a d’ailleurs fait l’objet d’une délibération au dernier conseil municipal afin de l’autoriser, dans un premier temps, à solliciter les Domaines pour obtenir une estimation. Une seule voix a manqué pour faire l’unanimité. L’élu le sait, « ce n’est pas un bien lambda ». Certaines voix, en effet, s’élèvent déjà pour « sauver » l’église, l’une des huit que compte la commune".

Il est évident que retrouver le sens des cultes de proximités, des traditions locales avec leurs saints, les pèlerinages, leurs dévotions, etc. serait un moyen efficace de sauver nos églises et de retrouver nos racines chrétiennes, les vraies, celles qui enracinent chacun dans sa paroisse, parcelle de chrétienté, terre de nos martyrs et de nos pères.

Partager cet article

5 commentaires

  1. retrouver nos racines chrétiennes…
    Ce qui est dommage, on a un pape qui préfère marcher dans l’ambiguïté !
    Ce qui explique pourquoi il faut non seulement sauver les églises mais aussi la doctrine catholique. D’où cette signature de la supplique ci-jointe que tout le monde devrait faire :
    http://dubia-amoris-laetitia.org/petition.html

  2. C’est hallucinant de voir des villes possédant une magnifique église ET un curé mais dans lesquelles 4% des habitants vont à la messe le dimanche! A quoi pensent les gens? Ne se soucient-ils pas de leur salut, de celui de leurs enfants, de celui de leur pays? Comment faire pour leur annoncer la Bonne Nouvelle?
    Alors que les communautés musulmanes et africaines sont très soudées dans notre pays, notre société à nous s’est totalement délitée depuis que nous avons tourné le dos au Christ et à son Eglise. Les riches versaillais ou autres parisiens du 7e peuvent-ils se rendre seulement compte de la misère intellectuelle et spirituelle, de la très très grande pauvreté de ces populations provinciales et rurales?
    Ces gens m’a confié un prêtre sont dans des états de santé très mauvais, sont très peu éduqués, très pauvres. La vraie misère est là. Et en plus ils n’ont même plus Dieu avec eux… Quelle catastrophe…
    On voit des associations comme “Oasis des cités” ou “Fondation espérance banlieues” qui envoient des jeunes au coeur des banlieues islamisées, mais mon coeur se serre quand je vois que ces associations n’envoient personne au coeur des campagnes, parmi des familles françaises de souche que tout le monde a oublié sauf les quelques prêtres présents là mais qui ne peuvent faire grand chose tous seuls.
    Il nous manque un saint Vincent de Paul. On peut sentir parfois presque matériellement l’absence de Dieu dans nos pauvretés non seulement matérielles mais aussi spirituelles, culturelles, dans tout cet abandon. Tout cela résulte d’avoir tourné le dos à Dieu et à son Eglise. Quelle tristesse que tous ces Français laissés à l’abandon de tous. Quelle tristesse que la belle Parole de Dieu résonne chaque jour pour un ou deux vieillards, et chaque dimanche pour des assemblées d’une centaine de personnes dans des villes de 2000 habitants.
    Ah si nous retrouvions la foi, l’unité entre nous, si les riches pouvaient enfin vraiment se soucier des pauvres (pas seulement de leurs pauvres du 7e, mais des “ploucs” de France qui sont leurs frères… et que cela se traduisît en politique…)

  3. Le problème pour un maire est simple : une église bâtie avant 1905 qui n’est plus utilisée est un “local” public qu’il faut entretenir…
    Les cathos français, et leur clergé en premier lieu, seraient bien avisés de se réveiller et d’agir ! Sinon, ce sont les bonnes claques islamiques qui nous réveilleront !
    D’ailleurs, les claques ont commencé…et le réveil tarde…

  4. Si les églises sont désertes, c’est…parce que nous ne croyons plus à la Présence de “Dieu venu chez nous”. J’ai soumis au Pepe avant les JMJ, parce que lui seul peut faire un tel appel: former des groupes de quatre ou cinq jeunes pour proposer de venir dans un village, passer trois semaines (avec l’autorisation de l’Ordinaire du lieu) et là, garde l’église ouverte, sonner les cloches proposer prière du matin et du soir; jouer avec les enfants, visiter les personnes seules et malades, et adorer Jésus…Hébergement ? Pas difficile à trouver; nourriture? Les habitants seront heureux d’inviter ces jeunes ou de leur porter un “panier-repas”. Nous avons déjà expérimenté la chose à Cadouin et à Pont-Croix. Chaque fois, “il y a du bonheur dedans les familles” et…des demandes de baptêmes et même, des mariages !!! Qui veut essayer la formule?

  5. Merci Ode pour votre courriel.
    J’ai traversé la France à pied du nord au sud cette année et j’ai vu ce que vous dites.
    Mais j’ai vu aussi au tréfonds de nos pays ruraux et même citadins une grande charité, une grande solidarité au sens chrétien pas au sens socialope, une grande espérance.
    Il ne faudrait pas grand chose pour qu’il y ait un réveil français.
    Comme vous le dites : un saint Vincent de Paul contemporain.
    Ayons aussi bien confiance en Dieu.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]