Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : L'Eglise en France

“Edmond Michelet est-il un saint ? “

Sont en ligne les actes d'un colloque troublant qui se voulait historique et à l'entrée duquel étaient distribuées des images pieuses à l'effigie du ministre des Sceaux de De Gaulle et grand-père de l'évêque d'Autun-Mâcon-Chalon.

Heureusement, les commentaires de Bernard Zeller jalonnent ces actes et viennent éclairer cette question que nous avons déjà traitée ici. Citons-en au passage :

"dans Le Monde du 31 mars 1957 dans lequel Edmond Michelet écrit « La retraite française d’Algérie serait la définitive victoire posthume d’Hitler ». En décembre 1958, Edmond Michelet, ministre des anciens combattants, de retour d’un voyage qui l’a mené en Algérie, reprend lors d’une interview à la Radiodiffusion Télévision Française la formule prononcée par le général de Gaulle à Alger le 4 juin 1958 : « Il n’y a plus que des Français à part entière ».

Quel commentaire à la suite de cette communication très riche faite par un excellent connaisseur de la guerre d’Algérie ? Edmond Michelet a affiché en public une position en faveur de l’Algérie française alors qu’il n’en était pas partisan et qu’il savait depuis 1955 que le général de Gaulle ne l’était pas. En effet, il était conscient que prôner publiquement l’Algérie française était le seul moyen d’obtenir le retour au pouvoir du général de Gaulle. Sans avoir besoin de faire appel à la théologie, cela ressemble fort à une dissimulation doublée d’une tromperie, attitude fort peu chrétienne.  Et que penser du soutien apporté à partir de 1959-60 au F.L.N. stigmatisé deux ans plus tôt pour "son racisme frénétique analogue à celui d’Hitler" et pour son" utilisation de moyens identiques aux siens" ? Entendons-nous bien, il ne s’agit pas ici de prôner, cinquante ans plus tard, telle ou telle politique de la France en Algérie mais d’analyser les positions et les méthodes d’action politique d’Edmond Michelet lors du conflit algérien". 
Ou encore :
"A noter que sa diatribe contre les évêques de France coïncide avec la campagne électorale pour le référendum, perdu par le général de Gaulle : le gaullisme est toujours prégnant chez Edmond Michelet".  
On lit ailleurs l'action de Michelet en concentration :
"Sur la période 1943-1945, Etienne François rappelle la relation avec l’abbé Franz Stock à Fresnes et, moins connue, avec son adjoint, le sergent Diehl qui sera envoyé sur le front de l’est. A Dachau, camp ouvert depuis 1933, qui n’est pas un camp d’extermination, il y a beaucoup de germanophones, allemands et autrichiens communistes, monarchistes, ou sociaux-démocrates. Il y a plus de mille prêtres polonais et de nombreux prêtres allemands et autrichiens. Il y a une chapelle tenue par les allemands et les autrichiens.
Edmond Michelet a des conditions de détention relativement favorables. Il est à la tête d’un commando intérieur. Il fait la connaissance de Joseph Rovan (né Rosenthal et converti), d’Adolf Meislingen, membre du parti communiste allemand et kapo, qui aurait aidé Edmond Michelet : "Ce communiste munichois rayonnait d’une douceur française". 
Le bilan est sans appel :

"Edmond Michelet n’est pas un être tout de lumière ; il y a des zones d’ombre qu’il faudrait éclairer ; elles ont été citées au fil des commentaires accompagnant les recensions des communications. Un point majeur ressort de l’ensemble, c’est le gaullisme intégral d’Edmond Michelet ; c’est la clé permettant de comprendre l’homme politique Michelet. Sans porter ici de jugement de valeur sur le gaullisme, il faut admettre que ce gaullisme intégral a conduit Edmond Michelet à des actes et à des comportements dont, sans être théologien, on peut estimer qu’ils ne relèvent pas d’un esprit chrétien. On peut en citer trois, mis en évidence au cours du colloque:

-         l’équivoque entretenue sur la question de l’Algérie française afin de permettre le retour du général de Gaulle au pouvoir en 1958, qui a trompé nombre de personnes de bonne foi avec les conséquences que l’on connait,
-         le rétablissement, en tant que Garde des Sceaux, de la peine de mort pour crime ou délit politique et les pressions pour la faire appliquer, qu’il serait bien faible de justifier par une raison d’état,
-         le silence sur le massacre des harkis et les enlèvements d’européens en 1962 et 1963.
Que ce soit clair, il ne s’agit pas ici des positions politiques sur l’Algérie et sur le général de Gaulle qui sont en jeu, il s’agit de la manière pour un chrétien de prendre des responsabilités politiques. S’agissant d’hommes politiques autres qu’Edmond Michelet, ces comportements seraient considérés comme relevant des règles habituelles du jeu politique. S’agissant d’Edmond Michelet candidat à la béatification, l’exigence devient toute autre".   

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. Beatifier Michelet est une insulte. Si benoit xvi veut béatifier en France, qu’il béatifie les 24 prêtres assassinés en Dordogne en 1944

  2. Si on béatifie Michelet, on aura qu’à béatifier De Gaulle dans la foulée…
    Et pourquoi pas Edgar Faure, Georges Marchais ou Simone Veil ?

  3. A bas l’imposture de la démocratie chretienne!

  4. Edmond michelet, le prototype du “soldat allié” : crimes contre Dieu au nom du bien et de la démocratie chrétienne moderne

  5. Ce serait vraiment très gênant pour la Sainte Église de canoniser un tel individu; cela jetterait le trouble sur toutes les autres canonisations.
    Que peut on faire pour empêcher ce crime ?

  6. La béatification s’appuie, me semble-t-il, sur l’héroïcité des vertus chrétiennes, pas sur des prises de position politiques, médiatiques ou humanitaires: c’est ce que ne comprennent pas les non-catholiques à propos de la cause de Pie XII, ce en quoi il y a probablement bien des contre-sens à propos de la cause de Jean-Paul II ou de celle de Mère Térésa. Il me semble aussi qu’elle porte sur l’ensemble de la vie, et pas seulement sur une période propice à la manifestation d’un héroïsme “naturel” (“laïc”?).
    La béatification n’est ni la légion d’honneur, ni une “médaille superman”.

  7. Je ne suis pas théologien ni membre du clergé. Tout ce que je sais; c’est que M. Michelet était un homme animé d’une foi sincère. Lorsqu’il racontait ses aventures ministérielles à table, sa femme le grondait parfois: “Edmond, tu n’es qu’un orgueilleux, va te confesser”. Et il y allait ! Merveille que sont nos soeurs les femmes pour nous remettre dans le droit chemin !

  8. Mais pourquoi se battre pour cela, les juges de l’officialité en charge du dossier savent ce qu’il font et ce n’est pas parce que sa famille veut qu’il soit béatifié qu’il le sera. Quand on remet en place la peine de mort pour des officiers qui ne sont pas d’accord avec vous et qu’on intervient auprès des juges et procureurs pour que ces mêmes officiers soient condamnés je ne vois très bien les raisons d’une béatification!!!!

  9. D’accord avec tous les commentaires ci-dessus.
    Pour Charles de Foucauld, on attend toujours.

  10. Il y a trop de béatifications. C’est comme pour la légion d’honneur. Laissez passer un siècle ou deux. Pour décanter.

  11. L’on parle de béatification quand Pie XII paye une désinformation et une intoxication tchecoslovaque depuis des années (dixit Volkoff). Or ce saint Pape a vraiment oeuvré pour l’Eglise.
    Qu’en est-il , avant de parler de ce politicien de bas-étage, de la cause de MGR LEFEBVRE? En effet, lui a toujours mené un combat pour la foi, sans forfaiture, meurtre ou autres veuleries… Halte aux béatifications scandaleuses et sans fondements…

  12. Il est hors de question de béatifier Mgr Lefebvre qui est mort dans la désobéissance
    Quel exemple !!!!
    Quand on voit aujourd’hui les difficultés que cela engendre au sein de l’Église !!

  13. les dificultés au sein de l’Eglise ne sont-elles que le fait de Mgr Lefebvre ou plutôt de tous ces soixante huitards attardés qui ont voulu transformer l’Eglise en une sorte de protestantisme à la noix et dont on voit bien que notre St Père a bien du mal à remettre les pendules à l’heure, il suffit d’aller de pseudo messes en pseudo messes pour se rendre compte que malheureusement c’est un peu partout du n’importe quoi et que les fidèles se réduisent de plus en plus à la portion congrue. Si vous avez envie de voir une belle liturgie allez sur KTO et regardez le reportage sur les moines du Barroux et posons-nous la question , comment se fait-il que chez eux il y ait autant de jeunes, qu’ils en refusent et que les congrégations qui ont tout envoyé “valser” latin, habits, etc aient si peu de recrues?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services