Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Economie : le programme du FN est trop modéré selon Contribuables associés

D'Alain Dumait dans Les 4 Vérités :

4"Mardi 14 février, dans le cadre des petits-déjeuners débats du «Cri du Contribuable» – organe des Contribuables Associés –, dont je suis le responsable, je recevais Louis Aliot, vice-président du Front National. Nous l’interrogions notamment sur les propositions de notre association pour 2012. Comme nous le trouvions soit réservé, soit prudent sur plusieurs points de ce programme («rétablir rapidement l’équilibre du budget de l’État», «supprimer le financement public des syndicats», «modifier le statut de la fonction publique»…), quelle ne fut pas notre surprise de l’entendre nous qualifier « d’extrémistes »! À la lumière de cet échange, et passant en revue les 40 années de la vie du FN, j’en suis arrivé à la conclusion que la principale critique qu’il y a à lui faire est d’avoir été, sur plusieurs plans, bien trop « modéré »! […]

S’agissant de ses positions économiques, force est de constater que le FN a plutôt vasouillé. De reaganien dans les années 80, il est devenu, aujourd’hui, clairement interventionniste. Son programme parle de « services publics sanctuarisés », d’un «coup d’arrêt donné aux privatisations», de «tarifs fixés par l’État», et, pour la filière de l’eau, de «remunicipalisation»… Une lecture du projet de Marine Le Pen le confirme : avec elle, il n’y aura pas de réduction générale de la sphère publique, en particulier pour l’Éducation nationale, qui est au coeur de ce bloc, et dont on nous dit que désormais les départs à la retraite «seront intégralement remplacés». C’est étrange, cette façon de dénoncer le système oligarchique français, tout en reproduisant largement ses mythes et ses tabous ! Car quoi de plus faux que l’affirmation selon laquelle un pouvoir fort, même juste, serait plus clairvoyant qu’un marché libre et concurrentiel ?

Pour déterminer un programme économique efficace, point n’est besoin d’avoir recours aux grandes théories, il suffit de voir, sur cette période de 40 ans, ce qui a marché et ce qui n’a pas marché ailleurs. On peut classer les politiques économiques et monétaires en deux grandes catégories. D’un côté, celles qui prétendent favoriser l’activité par la dette (crédit) et le laxisme monétaire (taux d’intérêt bas); de l’autre, celles qui s’en tiennent au financement par l’épargne, sans fabrication de fausse monnaie. Les politiques du premier type, relevant de la pensée magique, séduisent les apprentis sorciers, tandis que les politiques du deuxième type sont soutenues par les partisans du bon sens. L’oligarchie technocratique vote pour Marx ou Keynes. Le peuple préfère Mises et Hayek, quand bien même il n’a jamais été présenté à ces deux illustres économistes ! […] Et c’est sans jamais consulter le peuple, ni lui laisser prendre la parole que, dans la plupart des pays développés, ont été mises en place des politiques laxistes, qui ont provoqué les crises et généré la toute-puissance de la finance, corps d’élite de l’oligarchie technocratique. Selon moi, le Front National n’a rien à faire avec ces coquins qui ont ruiné notre pays. Mais cela veut dire qu’il doit, logiquement, rompre avec la culture étatique ce ceux-ci. Et prôner, au plan économique, des idées de bon sens, à la mode suisse ou à la façon suédoise."

Partager cet article

15 commentaires

  1. Le programme du FN version Marine est un programme national & socialiste…

  2. Bah ! Les discours de Contribuables Associés ne sont pas “paroles d’Evangile”. Rien ne nous dit que ce sont eux qui ont raison…

  3. Le FN a toujours été un parti national, si maintenant il devient en plus socialiste, la cuisine risque de ne pas être vraiment digeste au regard du précédent fâcheux dans l’Histoire récente…Bon la remarque est un peu perfide et facile et Jean Bernard m’a précédé sur ce terrain vaseux.
    Une grosse louche pour la Vie, un bonne dose de DSE ( pas de DSK !) dans les orientations économiques pour tordre le cou au matérialisme hédoniste libéral, voilà ce qu’il faudrait adjoindre au programme du FN. Mais peut-être est-ce trop demander ?

  4. Contribuables associés ont exactement le même raisonnement du FMI de l’UE et du système qui nous gouverne ! Au lieu de chercher les vrais causes de nos déficits on serre la vis !
    Sortir des marchés financiers (50 milliards par an), stopper l’immigration (75 milliards), sortir de l’UE (7 milliars), supprimer la niche Copé (3,5 milliards) : voila des économies réalistes QUI NE PENALISENT PAS NOTRE CROISSANCE !!!
    Même si effectivement la fonction publique et l’éducation nationale nous coute une fortune et qu’elle pourrait mieux servir ailleurs, si on supprime cette dépense de l’état par économie ON CREE DU CHOMAGE ET ON PENALISE LA CROISSANCE !!!
    Autant je trouve Marine le Pen insuffisante sur les sujets familiaux, culturels, etc, mais sur l’économie rien à dire !
    Et au sujet des privatisations, nous sommes tous heureux de celle des autoroutes ou prochainement de la sécurité et de la défense nationale !

  5. il manque un parti conservateur en France. De plus, je pense que l’option souverainiste du front national l’empêche de réunir plus de soutiens, puisqu’une très grosse majorité de Français soutient l’Europe et l’euro. La question est : quelle Europe

  6. Oui, sur le plan économique comme sur les autres plans (notamment la loi naturelle) le FN est peu clair.
    Du coup, pour la première fois de ma vie je ne sais pas qui voter ni si je dois voter.
    En tant que catholique (ou même tout simplement en tant que personne de bonne volonté) on ne peut jamais voter pour le mal, même moindre. Par contre on peut voter pour une amélioration, à défaut même légère.
    Jusqu’à présent ces simples critères m’avaient largement suffit pour voter ou ne pas voter. Et du coup je n’ai jamais pris le temps d’étudier les programmes des uns et des autres, tout était clair et immédiat: pour caricaturer il y avait les méchants revendiqués et les un peu gentils.
    Là c’est une autre affaire… en dehors de Carl Lang, dont on ne sait pas s’il pourra se présenter, j’ai du mal à distinguer les “un peu gentils”.
    J’imagine qu’on est pas mal à se trouver bien embêtés devant ce nouveau cas de figure.
    Et malheureusement en France on n’a pas des évêques qui sont prêts à l’ouvrir pour nous faciliter la tâche, et quand ils l’ouvrent c’est souvent pire que tout…
    Faut-il donc voter blanc dès le premier tour ? Vers qui se tourner pour avoir des infos fiables et claires (en dehors du SB) ?

  7. Le FN national et un peu socialiste ?
    J’avoue y avoir déjà pensé il y a qq mois avec frayeur. Et si on ajoute le mode de pensée de L. Alliot qui adopte la bien-pensance assez facilement…je crains de me retrouver dans ses cibles pour mes opinions “extrémistes”.
    La réplique d’Epaulard est intéressante car l’application du principe de subsidiarité implique à la fois un Etat très resséré sur ses fonctions régaliennes et fort pour protéger.
    Cependant l’Etat n’est pas là pour protéger de tout, et je crois que c’est là l’un de problèmes du FN actuel: beaucoup de protections (raisonnables car on ne saurait être protégé de tout) sont à mettre en oeuvre à un niveau très proche de la base.
    La nécessité d’aujourd’hui veut-elle que l’Etat assume des responsabilités à titre de suppléance (car les corps intermédiaires sont défaillants).

  8. D’accord avec roro… A part Carl Lang, s’il se présente, pour qui voter?

  9. J’aimerais bien savoir sur quoi se base l’auteur de l’article pour dire que le peuple français soutient naturellement les solutions libérales.
    Tout, au contraire, tend à indiquer le contraire. Et c’est bien, je suppose, la raison du virage socialiste du Front national.
    La France, seul pays communiste restant au monde avec la Corée du Nord. Même Fidel Castro (à moins que ce ne soit son frère ?) a reconnu la nocivité du communisme.
    Les communistes ont pris le pouvoir en France en 1945 et ne l’ont jamais lâché. La parti communiste, devenu inutile, a pratiquement disparu. Les communistes tiennent désormais l’école, l’administration, l’université… et même de grandes entreprises (la figure typiquement française du “patron de gauche”).
    Mission accomplie.
    [Autant pour moi, j’avais coupé ce passage :
    “C’est si vrai qu’en Suisse, c’est une initiative populaire qui a obligé l’État fédéral, en juillet 2000, à adopter un article constitutionnel connu sous le nom de « frein à l’endettement » (sorte de « règle d’or » budgétaire), tandis que c’est un référendum qui, en 2003, a empêché la Suède de passer à l’euro. Et c’est sans jamais consulter le peuple, ni lui laisser prendre la parole que, dans la plupart des pays développés,
    ont été mises en place des politiques laxistes, qui ont provoqué les crises et généré la toute-puissance de la finance, corps d’élite de l’oligarchie technocratique.”
    MJ]

  10. Sans références à Dieu, le FN n’est qu’un roseau agité par le vent.
    Le Christ est-il la nouvelle voix qui crie dans le désert : “SANS MOI VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE ”
    Les faits sont têtus, mais perseverare diabolicum.

  11. Plus d’Etat avec le nouveau FN…
    Mais c’est l’inverse que l’on veut afin que l’individu reprenne ses responsabilités…

  12. A vrai dire, c’est du bon sens ue de dire que le peuple cherche des solutions plus libérales… Le pays réel n’a pas besoin de l’Etat, nous petites gens nous ne demandons qu’à vivre et qu’à disposer de notre argent…

  13. La véritable question n’est pas qu’ils soient “un peu gentils”, ou non, mais sont-ils vrais ?
    Quel candidat est-il vrai ?

  14. Ce virage vers l’étatisme techno façon Vème République a commencé à polluer le Fn avec l’arrivée des énarques et polytechniciens issus de la Nlle droite, fin des années 80. Il s ont ainsi causé la stagnation de 1995 (présidentielles au même niveau que celles de 1988, les classes moyennes ayant préféré la promesse chiraquienne de quitter le socialisme), qu’ils ont ensuite imputée à JM LP pour faire le MNR après scission.
    Mais leur départ n’a pas consacré un retour aux racines populistes anti étatisme au FN : la vieille garde a gardé cette orientation étatique, en défendant le ”social” et la Sécurité Sociale de Maurice Thorez (articles nombreux dans ce sens de Carl LANG dans Français d’Abord).
    Cela reprend maintenant avec un nouvel énarque, brillant certes par ailleurs, mais étatiste : on ne peut demander à un fonctionnaire de proclamer la mort de l’étatisme.
    Le problème c’est qu’en 2007, après déjà 1995, les classes moyennes indépendantes et les cadres ont chaque fois fait défaut au FN.
    Or elles avaient en partie lâché Chirac au premier tour de 2002, pour promesses non tenues. Cela devrait servir de leçon.
    Car en 2012, même si SARKO a déplu, le côté très étatisme affiché du FN, repousse le vote classes moyennes indépendantes et les cadres : avec une annonce présentée trop brutalement sur le départ de l’€uro, ce programme de renforcement de l’Etat a fait se retourner vers SARKOZY de sgens très attirés au printemps dernier par le vote pour M LE PEN, quand elle dépassait 20 % dans les sondages.
    Je pense que le Fn confond classes populaires et redistribution : la solidarité nationale ne passe pas nécessairement par le socialisme.
    Mais à la décharge du FN, il faut quand même reconnaître l’addiction étatique des Français, y compris chez les catholiques de droite attachés à la DSE : ils interprètent souvent celle-ci comme une troisième voie. Selon un cocktail incertain qui mêle redistribution selon les droits acquis par ”justice sociale” (allocations familiales par exemple) et prélèvements pour ”les autres”….. Il suffit de lire les commentaires qui accompagnent les postes du Salon BEIGE sur les libertés économiques, , assimilant libéralisme économique et absence de morale, comme si l’état est moral par essence, et la liberté et la responsabilité, amorale par définition.
    Là encore, avec la DSE, comme sur les PNN les catholiques ont des clefs : ils ne les utilisent que très peu et de ce fait la droite française oscille en permanence entre socialisme jacobin et tentatives vite avortées de reformes de surface.
    Que cela atteigne le FN n’a rien d’étonnant.
    Michel JANVA a oublié la conclusion d’Alain DUMAIT qui précise sa préférence FN : la procédure référendaire populaire lui semble la plus prometteuse de vraies réformes, comme ce fut le cas aux USA, en Suisse etc….
    C’est cela qui avait inspiré JM LP et le FN actuel ferait bien de retrouver certaines des vraies racines du populisme authentique : aussi anti étatique que conservateur dans les valeurs, aussi souverainiste que réformateur de l’Etat.

  15. Le programme économique de tous les candidats principaux est trés flou et finalement c’est le candidat qui affichera le plus de determination et de pragmatisme qui l’emportera, Hollande par sa mollesse et Bayrou par son manque de charisme vont avoir du mal à seduire les français ,Lang carl est inexistant .Le choix va etre entre Sarko, mais il semble que la mayonnaise election ne prenne pas contrairement à Chirac,et Le Pen qui aprés un passage à vide semble remonter .Je comprend tout à fait la prudence de Aliot quand l’argument massue des umpistes est que le programme du front aménera la ruine du pays .Meme si le vote blanc peut etre tentant ,la grosse et minable artillerie de la désinformation contre le fn actuellement va donner à Marine un surcroit de popularité.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services