Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Economie : il faut s’intéresser surtout à la situation des classes moyennes

Bruno Mégret est interrogé dans Paris Match. Extraits :

"[…] Dire que la gestion des villes FN a été mauvaise, c’est de la désinformation pure. Si je prends l’exemple de Vitrolles, que je connais le mieux, nous avons réduit l’endettement de 130 millions à 100 millions d’euros en six ans. Dans le même temps, il n’y a pas eu d’augmentation d’impôts. La taxe sur les ordures ménagères a été réduite de 25% et le prix de l’eau de 10%. C’est ce que j’appelle une gestion triple A. Et tout cela en continuant à investir, sans subventions ni du conseil régional ni du conseil général. Quant à la délinquance, elle a baissé de 17% sur la durée du mandat. Une bonne gestion qui a d’ailleurs valu à mon épouse d’être réélue en 2001 ! Même si un recours a ensuite cassé l’élection.

Le vote FN est-il aujourd’hui un vote d’adhésion, comme l’assurent ses dirigeants ?

Il y a une adhésion aux thèses traditionnelles sur la question de la sécurité et de l’immigration, c’est clair. Au delà, je ne le pense pas. Sur la question de l’économie ou celle de l’Europe, le projet du FN manque de crédibilité.

Vous pensez à la sortie de l’euro ? Ou à la retraite à 60 ans ?

Personnellement, je ne suis pas pour la sortie de l’euro. Je considère que la devise européenne devrait être utilisée pour servir les économies de l’Union comme le dollar sert l’économie américaine.  Il faut faire baisser le cours de l’euro d‘au moins 30 % et obtenir que la Banque centrale européenne soutiennent financièrement les Etats, comme le font les autres banques centrales. Sur la retraite, je suis partisan d’aller au-delà des 62 ans, en instaurant par exemple un système de retraite par points, avec des départs à la carte dans une fourchette entre 60 et 70 ans.

Marine Le Pen, elle, a développé un discours beaucoup plus étatiste et antilibéral…

Le FN actuel, c’est le discours ancien de Jean-Marie Le Pen réorienté à gauche sur le plan économique. Moi je pense qu’il faut s’intéresser surtout à la situation des classes moyennes. La France, ce n’est pas seulement les classes défavorisées du nord de la France. C’est d’abord une majorité d’artisans, de chefs de petites entreprises, de cadres, de membres des professions libérales qui créent la richesse et qui sont systématiquement pénalisés.

Selon vous, le FN peut-il encore progresser ? Ou est-il arrivé à un plafond ?

Je pense que la configuration politique rend possible l’émergence d’une force alternative au système."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services