Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Échos de l’abbaye de Nový Dvůr

Échos de l’abbaye de Nový Dvůr

Nous avions déjà évoqué l’abbaye de Nový Dvůr, en République tchèque, fille de l’abbaye trappiste de Sept-Fons, en Bourgogne. Ce monastère dynamique rayonne par la jeunesse de ses membres, et ne manque de susciter la curiosité dans une région durement marquée par l’athéisme au XXe. Construite dans une ancienne ferme, les moines y travaillent la terre et élèvent des moutons, mais réalisent aussi d’excellentes moutardes.

Le 2 septembre, les moines célébraient le quinzième anniversaire de la dédicace de leur église avec Monseigneur František Radkovský, évêque de Plzen.

Frère Siméon a prononcé ses vœux solennels le 15 août. L’après-midi, les moines ont processionné dans le cloître derrière une image de la bienheureuse Vierge Marie portée sur les épaules de quatre frères.

Le gros-œuvre de la chapelle des hôtes est terminé. Il permet de découvrir les proportions modestes d’un lieu sacré qui promet d’avoir une belle acoustique. Ces travaux avanceront au rythme des possibilités en alternance avec la réfection des façades du monastère. Pour l’heure, les ouvriers travaillent sur l’aile nord, où se trouve l’église abbatiale. Ils font parfois un bruit assourdissant à l’heure de la prière personnelle que les frères supportent, comme les fondateurs supportaient les travaux d’achèvement du monastère.

Non loin du monastère, au hameau de Dobrá Voda, les moines ont fondé il y a presque vingt ans une association, Český Západ (Bohême de l’Ouest), qui a pour but de permettre aux familles Roms du voisinage, qui sont nombreuses, de « tenir leur vie en main », pour reprendre le slogan de cette association. De nombreux directeurs et directrices se sont succédés à la tête de cette association. Les moines font partie du conseil d’administration non sans demeurer à distance, et subventionnent maintenant moins d’un dixième du budget annuel.

Le jour anniversaire de la fondation, le 20 août, le père abbé a rappelé, au cours de l’homélie, que saint Macaire-le-Grand, anachorète d’Égypte (+ vers 391), ouvrait son cœur à ceux qui lui signalaient ses erreurs, mais fermait sa porte à ceux qui l’admiraient. Le monastère qu’il a fondé demeure vivant aujourd’hui, entre Le Caire et Alexandrie. Il n’y a rien d’admirable à Nový Dvůr, mais un groupe de moines qui vieillissent d’un an chaque année et qui s’efforcent de transmettre à ceux qui les rejoignent ce en quoi ils croient.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services