Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Ebola : une bombe à retardement

Le virus Ebola progresse en Afrique de l'Ouest, et se répand dans les pays limitrophes de la Guinée, sans qu'on puisse apparemment l'endiguer. C'est l'organisation "médecins sans frontières" qui a donné l'alerte vendredi, en déclarant que l'épidémie en Afrique de l'Ouest était désormais "complètement hors de contrôle". Le directeur des opérations de MSF à Bruxelles, Bart Janssens, a prévenu que l'épidémie est loin d'être terminée et qu'elle sera probablement la plus mortelle jamais vécue. Les plus récentes données de l'Organisation mondiale de la santé font état de plus de 330 morts en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, et l'on recense maintenant quelques cas suspects au Mali. 

Les comportements des populations devraient évoluer pour prévenir et contenir la maladie, mais ce n'est absolument pas le cas: bien que prévenus, de nombreux Africains de l'Ouest continuent de se nourrir de chauves souris, de singes, de rongeurs divers et de viande "sauvage" (viande de brousse), alors que certains épidémiologistes ont reconnu l'incidence de ces viandes dans la transmission du virus. Une fois infecté, le malade se met à tousser, se sent très fatigué, puis des vomissements, diarrhées et émorragies l'emportent en une semaine, dans la majeure partie des cas. Ebola ne se soigne pas, et se transmet extrêmement rapidement.

Ce qui est très inquiétant, en Europe, c'est l'importation des viandes en provenance d'Afrique de l'Ouest, qui se retrouvent à Roissy, et sont distribuées partout en France: 

"Le grand souci, c’est notamment le trafic de viandes de brousse entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe. Une enquête publiée en 2010, sur base du travail des services de douane ainsi que de la société zoologique de Londres, avait estimé que cinq tonnes de nourriture « potentiellement contaminée » débarquaient chaque semaine à l’aéroport Charles de Gaulle en provenance du Cameroun, de Centrafrique, du Congo,…"

Ces chiffres ont été confirmés en octobre 2012 et décembre 2013:

"Plus récemment encore, en décembre 2013, la police et les services sanitaires avaient fait une descente dans le quartier Château-Rouge (XVIIIe arrondissement de Paris), connu pour ses boutiques et restos africains. Les découvertes avaient été significatives : morceaux de viandes de singes, de gazelles, de rongeurs et… de chauves-souris."

Même si les hôpitaux parisiens sont avertis sur la conduite à tenir en cas d'apparition du virus sur le sol français, il est plus qu'urgent de contrôler étroitement tout ce qui provient d'Afrique de l'Ouest, et notamment ses populations. Les Etats africains concernés n'ont que très peu mis en oeuvre cette forme de protection des frontières, sauf le Sénégal, et c'est vraisemblablement ce qui a permis la propagation aussi rapide d'Ebola. 

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique