Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Homosexualité : revendication du lobby gay

D’une mère de marcheurs -résistants – veilleurs – frondeurs

Elle nous rappelle que si nous sommes d'une génération, nous venons avant tout d'une lignée, d'une filiation :

"Merci…

S’il est vrai que l’ennui  naquit un jour de l’uniformité, on n’est pas prêt de s’ennuyer en France dans les mois, voire les années qui viennent. Je me surprends à rêver que cette entente, ces alliances, cette unité dans la diversité, que l’on espérait sans plus y croire depuis des décennies, vont enfin voir le jour… Il y avait bien quelques rapprochements ici où là, annonciateurs du printemps, du renouveau : des chachas marchant vers Chartres avec des tradis en soutanes, des élus FN et UMP jeûnant dans la même chaine pour Mère de Miséricorde…  Cela faisait des années que nous vivions, sinon ensemble, au moins à côté.  Mais dès qu’il s’agissait d’agir officiellement et publiquement, chacun s’agrippait à sa barque, défendant avec rage SA façon de faire, SA vision du monde, de l’église, de l’homme, du pays, de la messe…

Et puis soudain, sentant sans doute que c’était la dernière chance de sauver ce qu’il restait de la France et de son Humanité,  nous nous sommes tout levés, pour une fois comme un seul homme. Et nous avons marché ensemble, tous ensemble, à droite, à gauche, au centre du cortège, peu importe ! Nous avons marché, et on ne nous arrêtera plus.

Et aujourd’hui, quand je vois cette foule qui marche, tous ces jeunes et ces moins jeunes qui veillent, frondent, manifestent, parlent, crient, chantent, pleurent, résistent, ce n’est pas sans émotion que je pense à tous ceux qui, de là-haut ou d’ici-bas regardent probablement avec un immense bonheur se lever ce grand mouvement, je pense à tous ceux qui  sont un peu les pères de cette résistance. Car si l’on a pu dire que ce qui se passait aujourd’hui était comme un anti-mai 68, c’est bien parce que depuis  mai 68, justement, certains ont résisté, avec courage, avec détermination, subissant souvent diabolisation, ostracisme, exclusion, mépris ou dérision

Il n’est qu’à regarder la foule qui se lève pour y reconnaître  les petits-fils spirituels, les fidèles, les militants, les étudiants, les lecteurs, les amis, les disciples de ceux qu’on pourrait appeler les Résistants de 70, et dont j’ébauche ici une liste qui ne se veut en aucun cas exhaustive, que chacun  augmentera et enrichira : Qu’ils aient été des résistants politiques, religieux, ou culturels, qu’ils aient été des résistants de la presse, de l’éducation ou de la vie, tous à leur façon,  ont protégé et gardé   les valeurs que les années 70 – 80 ont tenté de détruire, tous, sans le savoir ont permis qu’aujourd’hui, 20 ou 30 ans plus tard, des centaines de milliers de plus ou moins jeunes se lèvent et dénoncent l’effroyable  mensonge qui sonne comme le coup de grâce que les puissants  veulent imposer à la France : A vous tous,  Jean-Marie Le Pen, Philippe de Villiers, Christine Boutin, Monseigneur Lefèvre,  Dom Gérard, le Père Marie Dominique Philippe, l’Abbé Guérin, le Père Daniel Ange,  Marcel Clément, Jean Madiran, Pierre Debray, Jacques Mercier,  Jean Ferré, le Docteur Dor,  Le Professeur Lejeune, Marie-Hélène Matthieu, Jean Vanier, Bernard Antony,  les dominicaines, du Saint esprit ou d’ailleurs, André Clément, l’Abbé Houard, Michel Menu, le Père Revet,  à vous qui avez, à la FSE, chez les SUF, au MJCF, accompagné les jeunes dans leur marche à contre-courant, je dis un immense merci. De toutes vos résistances parfois solitaires, souvent isolées, moquées, calomniées, diabolisées, méprisées, de tous ces foyers de résistance séparés, voire rivaux, surgit aujourd’hui une multitude de résistants prêts enfin à s’allier  et à agir ensemble, non seulement malgré leur différence, mais forts de ces différences. Comme si enfin, on avait compris qu’il y a plusieurs demeures dans la maison du Père…

Si nos enfants peuvent veiller aujourd’hui c’est grâce à tous ces ainés qui ont combattu et agi avec persévérance pour nous transmettre la flamme, celle de la Vérité loyalement et courageusement recherchée, qui permet aujourd’hui à nos enfants de porter celle de l’Espérance.

Alors, malgré nos différences de sensibilité, de méthode, de stratégie, de conception de l’action et de l’engagement, malgré même quelques désaccords sérieux sur la messe, la France et l’Europe, malgré surtout les erreurs, les faux-pas commis par les uns ou par les autres, c’est une profonde  gratitude que je veux exprimer ici aujourd’hui à ceux qui sèment depuis 40 ans une même vision de l’Homme, un même respect de la Vie, un même amour de notre Civilisation".

Partager cet article

10 commentaires

  1. Un grand merci, chère Madame, pour avoir lancé ce cri de ralliement! Pensons aussi à tous ceux qui n’ont pas eu la chance de rencontrer ces “résistants de 70”: tous ces jeunes sacrifiés sur l’autel de pseudo-pédagogues, isolés dans des banlieues sordides, sans vrai métier, déracinés et sans repères. Il est urgent d’aller, eux aussi, les prendre par la main!

  2. Elle a raison de le rappeler cette mère.
    Si aujourd’hui tant de jeunes se lèvent, alors que la génération d’avant s’est enfouie dans un quasi-silence général, c’est certes parce qu’il y a eu nos bons Papes et quelques bon guides dont elle cite quelques noms, mais c’est aussi parce qu’une génération entière de parents, qui aujourd’hui atteignent l’âge d’être grands-parents, ont élevé des familles souvent nombreuses dans la foi, en veillant à bien transmettre les valeurs qu’ils ne pouvaient pas exprimer sans être aussitôt ostracisés, vilipendés et exclus… même par le clergé parfois !
    Il faut leur rendre cette justice. Merci à cette génération qui était jeune en 68 et qui a tenu bon dans le secret de leurs familles, restées des sanctuaires inviolés…
    Et c’est pet-être bien pour ça que la famille (ce bastion qui a résisté) doit être détruite !

  3. Oui, vous avez raison, madame, de rendre hommage à nos aînés qui ont su résister et proclamer la vérité envers et contre tout. Pour ma part, en tête de liste, j’aurais mis Jean Paul II et Benoît XVI. C’est grâce à eux si tant de jeunes se lèvent aujourd’hui. Beaucoup ont participé aux JMJ et sont ainsi ancrés dans la foi et l’espérance.

  4. Ah ! Si nous pouvions faire taire un peu plus souvent nos querelles de personnes et de sensibilités pour être unis sur ce qui n’est pas négociable … Nous serions tellement plus fort et le tâche des ennemis de la civilisation chrétienne tellement plus difficile !
    Hélas ! c’est aussi vieux que Caïn et Abel.
    Avec la grâce de Dieu nos enfant y parviendront peut-être ? Espérons le.

  5. Peut-être pourrions-nous remercier également l’Esprit Saint qui n’a pas abandonné la France et qui donne à nos enfants l’intelligence, la force et le courage de résister au Malin.

  6. Vrai et beau.
    Si aujourd’hui mes 3 sœurs, mon frère et moi enchaînons les manifs, les actions, les discussions, les tweets en faveur de la famille (on ne fait pas tout mais à nous cinq, rare qu’une action se fasse sans au moins un membre de la fratrie) c’est grâce à nos parents. Eux aussi se mobilisent en province, montent à Paris pour les manifs, nous parlent du temps glorieux ou eux aussi collaient des affiches, faisait mourir les grèves du jeune Montebourg à la fac de Dijon… C’est leur engagement quotidien auprès de nous qui nous fait tenir droit dans nos bottes aujourd’hui, et choisir ce combat librement, pour que d’autres enfants aient la chance de connaitre une vraie famille…. Et nous aussi, plus tard,nous transmettrons la flamme à nos propres enfants, leur racontant le temps glorieux ou nous manifestions au sein de LMPT, veillions aux invalides… ONLR JJJ!

  7. “Quel profit en effet aura l’homme, s’il gagne le monde entier, mais perd son âme?” Matth XVI 26
    Quel profit auront ceux qui s’unissent pour l’Humanité et la Civilisation, s’ils viennent à perdre leur âme?
    Les catholiques doivent mener ces combats par Charité: c’est à dire par amour de Dieu par-dessus tout, PARCE QUE ce sont les lois de Dieu qui sont bafouées et les âmes qui se perdent.
    Et la Charité est fille de la Foi, il n’y a pas de vraie charité hors de la Foi.
    Donc le premier de tous les combats est le combat de la Foi, selon les dessins que Dieu a sur chacun.
    “32 Celui donc qui me confessera devant les hommes, moi aussi je le confesserai devant mon Père qui est dans les cieux;
    33 mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est dans les cieux.
    34 Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; JE SUIS VENU APPORTER NON LA PAIX MAIS LE GLAIVE.
    35 Car je suis venu séparer le fils de son père, la fille de sa mère, et la bru de sa belle-mère;
    36 et on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.
    37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi.
    38 Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi.
    39 Celui qui cherche à conserver sa vie, la perdra; et celui qui perd sa vie à cause de moi, la retrouvera. ” Matth X 34-42
    Notre-Seigneur n’a pas cherché à rassembler tous les juifs, quelque soient leur “tendance”, pharisiens, saducéens, hérodiens, publicains, etc…, pour FAIRE DU NOMBRE en vu du royaume de Dieu sur la terre, Il a prêché la Vérité, à temps et à contre-temps, demandant à ses disciples de faire de même.
    “63.C’est l’Esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.
    64.Mais il y en a parmi vous quelques-uns qui ne croient point.” Car Jésus savait, dès le commencement, qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le trahirait.
    65.Et il ajouta: “C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi si cela ne lui a été donné par mon Père.”
    66.Dès ce moment, BEAUCOUP DE SES DISCIPLES LE QUITTÈRENT, et ils n’allaient plus avec lui.” Jean VI
    S’il faut souffrir, peiner, subir, c’est pour le salut des âmes, en enseignant la vérité:
    “Allez, enseigner toutes les nations et baptisez-les: celui qui croira et sera baptiser sera SAUVE, celui qui ne croira pas sera condamné”.
    Et l’enseignement de l’Église UNE, sainte, catholique et apostolique a toujours été le MÊME depuis Notre-Seigneur.
    Aussi saint Paul n’hésite-t-il pas à affirmer: “Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un
    autre Evangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème !” Gal 8
    APPAREMMENT POUR NOTRE-SEIGNEUR et les apôtres, et tous les papes de la sainte Eglise, les désaccord ne sont pas des petits détails secondaires…
    Nos vrais ancêtres ne sont pas les “combattants” des dernières décennies, ce sont les SAINTS, c’est eux qu’il faut suivre, imiter, vénérer:
    ” Qui est ma mère et qui sont mes frères? ”
    49 Et étendant la main vers ses disciples, il dit : ” Voici ma mère et mes frères.
    50 Car QUICONQUE FAIT LA VOLONTE DE MON PERE qui est dans les cieux, celui-là est pour moi frère,
    sœur et mère. ” Matth XII 46

  8. Merci, Madame, vous exprimez parfaitement ce que nous les anciens pensons. A cette liste des “réveilleurs de l’âme française”, complétée par le nom de nos deux derniers papes, permettez-moi de rajouter celui d’un grand homme totalement oublié aujourd’hui: Jean Royer, que j’ai bien connu lors de sa campagne présidentielle en 1974 et qui, avec un courage admirable, s’est battu contre toutes les dérives vers lesquelles se précipitait notre société.

  9. Merci Madame…merci à nos papes…tous…et en particulier Jean-Paul II et Benoît XVI, à notre pape François qui ne mâche pas ses mots…à nos enfants des générations JMJ…

  10. Totalement contre-productif !
    Certes, la nécessité que la droite française se réorganise profondément est une idée largement partagée. Certes, morale et spiritualité devraient alimenter l’engagement politique.
    Mais associer des personnages politiques à des mouvements d’éducation, scouts notamment, est inacceptable. Ces associations n’ont pas quitté les SDF pour suivre un autre engagement politique mais pour être indépendants de toute récupération politique. Si les SGDF veulent aujourd’hui continuer dans cette voie, par exemple en soutenant la théorie du genre, grand bien leur fasse. Mais je refuse de tomber dans l’erreur inverse.
    Cet article est néfaste et me conduit à reconsidérer gravement certains rapprochements dont je me réjouissais jusqu’à présent.
    [Réaction très surprenante à l’heure où toutes les formes de service de la Cité convergent – certes tant bien que mal – vers le Bien commun.
    Attention de ne pas se laisser dépasser par une vision stéréotypée ou vieux-jeu d’un système politique à l’agonie.
    JL]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services