Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Du « positif » au gouvernement ? Que nenni !

Du « positif » au gouvernement ? Que nenni !

De Bernard Antony :

Pour l’heure, ce n’est hélas que chez le Premier ministre Castex que l’on vient encore de trouver du « positif » !

Mais il ne s’agit que des résultats d’un test entraînant le fait qu’il soit à nouveau, en matière de Covid déclaré «  cas contact ». Donc, à isoler.

Et à ne pas envoyer d’urgence dans nos îles des Antilles où la fièvre ne retombe pas.

En matière de vaccins contre le covid tout le monde s’accorde à peu près sur le fait que les deux successifs gouvernements macronéroniens ont menti. Les discussions peuvent porter non pas sur le fait de savoir s’ils ont beaucoup menti (sur l’hôpital, sur le confinement, sur les masques, sur les vaccins…) ou s’ils ont beaucoup, beaucoup plus, encore plus menti.

Pour l’heure, c’est aussi une triste incapacité à assurer la paix à la Guadeloupe dont fait preuve le gouvernement. A se demander si la nouvelle exigence « sanitaire » pour Jean Castex de rester à nouveau en isolement pendant 10 jours n’était pas pour lui curieusement providentielle.

Etant « cas contact », il peut donc se dispenser d’aller d’urgence au contact des émeutiers, vers lesquels ce gouvernement de cinglés a préféré envoyer en ambassade le Raid et le GIGN !

Et comme la fièvre guadeloupéenne, mêlée de virus « woke » menace de virer en pandémie indigéniste, martiniquaise, guyanaise, réunionnaise, comorienne, néo-calédonienne, on imagine aisément ce qu’il va falloir de génie au divin Macronéron, assisté de son Lecornu de ministre des Outre-mer pour trouver et appliquer les thérapeutiques adéquates pour un retour au calme.

La réalité, c’est que le « cas contact » Castex, « empêché », il ne semble pas que l’on se bouscule au gouvernement, ni Lecornu, ni Darmanin pour aller éteindre les foyers de contamination insulaire « viralo-wokistes ».

Et il n’est personne de sérieux pour penser que cela pourrait relever des compétences du Raid et du GIGN dont l’envoi en Guadeloupe ne relève que d’une gesticulation politique.

Aussi, de Pointe-à-Pitre à Nouméa c’est Macron que l’on attend.

Et comment ce dernier, si narcissiquement persuadé qu’il est des vertus magiques de son verbe intarissable et de ses dons incomparables de pédagogue pourra t-il ne pas relever ce défi ?

Car chaque jour qui passe, c’est avec l’obligation maintenue du passe-sanitaire, le trépas sécuritaire de la paix civile qui s’annonce dans nos îles lointaines.

Or on ne sait pas quels pourraient être, très vite, les effets en métropole d’une révolte mimétique.

Alors, Macron ira-t-il dans ces îles volcaniques ?

S’il y va et rentre à Paris sans ramener la paix l’échec sera sans doute fatal.

Je pensais de plus en plus m’être trompé lorsque j’écrivais il y a quelques années sur ce blog que je ne le voyais pas bien finir son mandat, persuadé que j’étais qu’il ne saurait pas affronter une crise majeure, comme toujours inattendue.

Et voilà que s’annonce pareille crise, à quelques mois seulement de l’échéance électorale.

Sans doute ce qui menace nos îles et ce qui menace la métropole n’est-il pas bon pour la France et les Français. Mais si cela entrainait  l’effondrement de Macron et la fin de son exécrable régime totalitaire, alors viendrait peut-être enfin l’heure d’un renouveau pour la France et ce qui demeure aujourd’hui de son empire.

Partager cet article