Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Désinformation sur la campagne américaine

De Dominique Aubuisson, français résidant dans le Michigan :

Pravda "[L]a manière dont la campagne américaine est répercutée en France est tout simplement atterrante. Depuis un an, les médias nationaux, de quelque tendance qu’ils soient, content aux français une histoire pleine de rebondissements imprévus, de détails « qui en disent beaucoup », et d’analyses définitives. Seul hic ! dans le scenario : il s’agit d’une création imaginaire, fruit d’une distillation de sources non critiquées, et que la réalité ne cesse de déjouer. Il faut du temps pour l’admettre […] mais la vérité est que les journalistes ne font pas leur travail correctement. […]

Rappelons-nous un instant les manchettes de l’année dernière sur l’irrésistible ascension d’Hillary. […] Pendant que la France se passionnait pour Ségolène Clinton, l’Obamania se mettait en place aux États-Unis. Oups ! Premier décalage. […] Car il était bien entendu que les candidats républicains n’étaient que de pauvres bougres de conservateurs honnis de tous. Et la preuve était que leur tête de liste s’avérait être un homme de 72 ans, vétéran du Vietnam. Pas même besoin d’en parler. En dire du mal de temps en temps suffisait. […]

Lm [A] suivre les médias français depuis un an, le coude-à-coude entre McCain et Obama dans les sondages est tout simplement incompréhensible. Vous vous résoudrez donc à gober l’explication ultime, le mistigri des analystes paumés : l’Amérique est toujours aux mains des racistes, des brandisseurs de Bible, des manieurs d’armes à feu et des ploucs. La preuve : le choix de Sarah Palin, chrétienne décidée, chasseresse à ses heures et ancien maire d’un trou en Alaska où l’on n’a rien d’autre à faire que de s’offrir un caribou et de chevaucher sa motoneige. Ou l’inverse. La belle analyse. […]

Cette histoire qu’on nous raconte depuis un an est une chimère. Elle est le résultat d’une transmission partiale des événements, repassée au filtre des attentes supposées de la société française. […] Lire aujourd’hui les journaux français sur l’Amérique, c’est à peu de choses près lire l’Humanité il y a trente ans sur l’Union soviétique : au-delà des variantes, un unique son de cloche."

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. Comme du temps de la candidature de Reagan : Fabius ironisait sur la volonté de Reagan à mettre en place la défense des Etats unis, en instaurant “la guerre des étoiles”.
    Et Chaban de se gondoler en demandant si un ancien de Hollywood était capable de gérer un pays…
    On connaît la suite…

  2. Les médias français peuvent bien désinformer ce qu’ils veulent quant à la campagne électorale aux Etats-Unis, qui participera à cette élection en France?

  3. Qui croit encore les médias français? Pfeu!

  4. La grande majorité des Medias de notre pays font preuve de malhonneteté intellectuelle .
    s’agissant de journalistes en principe compétents cela suppose une volonté délibérée de desinformer ….ils decrivent le monde qui nous entoure avec des besicles sovietoïdes ! ce sont des reporters sans scrupules plus que sans frontières

  5. Au fond, ce n’est pas une mauvaise nouvelle !

  6. http://www.stephane.info/show.php?code=weblog&direct=1359&lg=fr
    La force de la vérité
    Stéphane, Meilleur des Mondes, 28 Septembre 2008
    Les Républicains doivent avoir le courage de dévoiler l’implication des Démocrates dans la crise des subprimes.
    Il y a quelques jours j’expliquais ici même que Barack Obama n’avait plus guère de chances d’être élu. Depuis, une tempête financière majeure s’est révélée, plusieurs banques ont fait faillite, George W. Bush a engagé le contribuable américain dans un plan de relance de 700 milliards de dollars et John McCain a même suspendu sa campagne pendant quelques jours.
    Certes, depuis, les affaires ont repris leurs cours, si j’ose dire. Les uns crient à l’inévitable fin du capitalisme prophétisée par Marx il y a plus d’un siècle ; les autres, qui la veille méprisaient la bourse et les marchés, se mettent à claquer des dents à l’idée que leurs économies partent en fumée ; d’autres encore, s’enorgueillissant du désastre frappant Wall Street, s’inquiètent qu’un ralentissement économique mondial ne vienne les atteindre de ce côté de l’Atlantique. La plupart des gens n’ont rien compris à ce qui vient de se passer. Et la campagne américaine a repris.
    Le premier des trois débats entre John McCain et Barack Obama n’a pas tenu toutes ses promesses. Le lendemain de la confrontation, Obama a été désigné vainqueur aux points par les médias. Comment aurait-il pu en être autrement! Ceux-ci ont perdu toute objectivité depuis longtemps. Ils font simplement campagne pour leur candidat. Un article de Steve Gill du 25 Septembre explique par exemple comment le Washington Post a réussi à donner “neuf points d’avance” au sénateur de l’Illinois, chiffre considérable repris par toutes les télévisions du monde : les sondeurs ont simplement accepté un échantillon biaisé. Lorsqu’on demande qui serait le meilleur président à un panel comportant 38% de personnes s’identifiant comme des Démocrates contre 28% comme des Républicains, pas surprenant que M. Obama soit plus souvent cité…
    Le New York Times continue quant à lui son petit bonhomme de chemin, s’approchant toujours plus de la trajectoire de la Pravda, sous-entendant (faussement) que le manager de campagne de John McCain, Rick Davis, aurait été payé par Freddie Mac jusqu’au mois dernier, ou déclarant en gros titre que le candidat républicain aurait touché de l’argent des banques de Wall Street… en oubliant que son adversaire en a touché dix fois plus. Citant un commentaire d’OpenSecrets, site indépendant dédié à la révélation des liens financiers des politiciens:
    Pourquoi [Barack Obama] tire environ 300 000 dollars par an de Goldman Sachs, Lehman Brothers, Bear Stearns, Fannie Mae, Freddie Mac, AIG, Countrywide Financial, et Washington Mutual? Il n’a même pas terminé son premier mandat au Congrès, et a reçu un total de 1 093 329 $ de ces huit sociétés et de leurs employés. Sur la période 1990-2008, donc 18 ans de données, les chiffres de John McCain montrent une collecte de seulement 549 584 $. En d’autres termes, Barack Obama reçoit 273 582 $ par an (et l’année 2008 n’est pas terminée) tandis que McCain ramène misérablement $30 532 $.
    Vous en voulez encore? Barack Obama a reçu davantage d’une seule source –Goldman Sachs, pour plus de 500 000 $ – que ce que McCain a reçu, tous donateurs confondus. Lequel des deux est le plus vendu aux lobbyistes?
    Les liens financiers entre Barack Obama et les compagnies au coeur de la tourmente de Wall Street ne sont pas surprenants.
    Les Démocrates sont mouillés jusqu’au cou dans la crise des subprimes. Ils en sont à l’origine, avec le Community Reinvestment Act imaginé par Carter [en 1979] puis dopé par Clinton[en 1995}, permettant à des gens de contracter des hypothèques alors qu’ils étaient incapables de les rembourser dans la durée. Ces hypothèques étaient prises par le biais de Fannie Mae et Freddy Mac et d’autres banques, commerciales, forcées de s’aligner sous peine d’amende. La bombe à retardement a été identifiée par beaucoup de gens à l’époque, dont Alan Greenspan, qui déclarait au Congrès américain en 2005 :
    “Si Fannie and Freddie continuent de croître, continuent d’avoir le faible capital dont elles disposent, continuent d’ engager leurs portefeuilles dans une gestion dynamique des risques [la fameuse tritisation], ce dont elles ont besoin pour lutter contre les taux d’intérêt élevés, elles créent un risque systémique toujours croissant plus loin dans la chaîne,” expliqua-t-il. “C’est l’intégralité du système financier futur que nous soumettons à un risque majeur.”
    Mais l’origine de la crise n’est pas due qu’à des politiques des années 90. Celles-ci ont été poursuivies pendant les années Bush avec des Démocrates inamovibles. Tous les conseillers économiques de Barack Obama –Franklin Raines, Jim Johnson, Jamie Gorelick, Barney Frank, et même Chris Dodd, membre de la Commission des Affaires Bancaires du Sénat– tous sont impliqués. Tous avaient des positions dirigeantes dans les organismes dont l’implosion emporte les bourses du monde.
    Comme l’écrit James Lewis dans les colonnes de l’American Thinker, le scandale représente, pour les Républicains, l’occasion du siècle.
    Plus les Américains s’intéresseront à la crise des subprimes, plus les responsabilités seront révélées, plus les mécanismes seront compris, plus les Démocrates seront exposés. Pourquoi les Républicains ne révèlent-ils pas tout cela au public? Pourquoi John McCain se bat-il à fleuret moucheté en laissant son adversaire lui jeter du fumier ? J’avoue que je ne comprends pas. J’espère beaucoup que Sarah Palin aura l’audace de dévoiler au public la simple vérité.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]