Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

« Droitiser » la droite par des primaires

De Pierre Baudouin dans les 4 Vérités :

"Il semble que Nathalie Kosiusko-Morizet commence à se
faire du souci pour les primaires
UMP en vue des élections municipales
à Paris. Tout s’annonçait
pourtant merveilleusement. Le
système médiatique avait décidé
que « NKM » était la « bonne »
candidate pour la droite parisienne,
la seule capable de reprendre la capitale
à la gauche.
Mais voilà que ces primaires s’annoncent
plus difficiles que prévu.
Oh, certes, la candidate du système
est toujours créditée d’un score de
république bananière. À en croire un
récent sondage, elle l’emporterait sur
ses concurrents avec 82 % des voix !
Mais les sondages pour des primaires
ne valent pas grand-chose. Et, surtout,
il y a trop peu d’inscrits pour
que NKM triomphe aisément
. À
l’heure actuelle, il y aurait moins de
10 000 inscrits, dont probablement
un bon tiers d’anti-NKM résolus. Et
les prochaines inscriptions ont toutes
les chances d’aggraver encore la
situation. À tel point que la possibilité
d’une défaite de la favorite n’est
désormais plus à exclure
.

Kosciusko-Morizet est, en effet, une
parfaite icône de la droite « convenable
» pour les médias… et un parfait
repoussoir pour l’immense majorité
des électeurs de droite.
Entre son image « bobo » et son
refus de voter contre le « mariage
pour tous », sa haine du Front national
et son « principe de précaution »,
son « Grenelle de l’environnement »
et son opposition à la « droitisation »
de la campagne de Nicolas Sarkozy,
NKM est une remarquable représentante
de ces élus de droite qui cherchent
à plaire à la gauche, tout en
méprisant leurs électeurs
.
Les primaires qui devaient être une
consécration s’annoncent donc plus
difficiles que prévu.
Il est trop tôt pour savoir si NKM
l’emportera malgré tout.
Mais il est certain, en tout cas, que
ces primaires sont la première occasion
qui s’offre aux électeurs de droite
pour stopper enfin cette dérive de
leurs « représentants » (qui les représentent
si mal).
Battre NKM lors des primaires parisiennes
serait un superbe symbole –
qui semble désormais à portée de
main
.
On me dira peut-être que c’est aussi
renoncer à gagner la capitale pour la
droite.
C’est possible, mais non certain. Si la
droite gagne en 2014, elle le devra à
deux choses : son unité (et NKM n’est
pas la meilleure candidate pour
réunir la droite parisienne) et surtout
le ras-le-bol du delanoïsme.
En toute hypothèse, je préfère un
socialiste déclaré à une personne
élue avec les voix de droite menant
une politique socialiste. Ici comme
ailleurs, l’original vaut toujours mieux
que la copie !

Pour le moment, la question est locale.
Mais, il sera de plus en plus difficile
aux appareils partisans de s’opposer
aux primaires
. Et, plus cette pratique
se répandra, plus les élus de
droite devront tenir compte de leurs
électeurs et moins ils pourront mener
des politiques socialisantes comme
ils le font depuis plus de 30 ans.

« Droitiser » la droite, voilà ce que
cela nous permettrait. Ce qui nous
offrirait deux choses. D’abord des
élus capables de réaliser enfin l’entente
à droite
, sans peur de ce qu’en
diront « Libération », SOS Racisme ou
le Parti socialiste. Et, ensuite, des élus
qui ne retourneront pas leur veste
dès leur élection pour faire la politique
de l’adversaire.
C’est encore un rêve, mais ce rêve
devient réalisable. Je comprends que
NKM s’inquiète!…"

Partager cet article