Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Douce France…

Lu ici :

"Un homme a tenté cet après-midi de tirer dans la tête d'un policier
qui voulait le contrôler au marché aux Puces de Paris-Saint-Ouen, mais
son arme n'a pas fonctionné, a-t-on appris de source policière et auprès
de la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Vers 14 heures, aux Puces de Saint-Ouen, tout près de Paris, trois
policiers repèrent un individu qui leur paraît suspect et l'arrêtent
pour le contrôler. L'homme sort alors un pistolet de calibre 6.35 mm et
le pointe sur la tempe de l'un des fonctionnaires de police
, a expliqué
une source policière. "Il a essayé de tirer à deux reprises, l'arme
était chargée, mais elle n'a pas fonctionné",
a-t-on poursuivi à la
préfecture de Seine-Saint-Denis. Un commerçant du marché a alors aidé
les policiers à maîtriser cet homme âgé de 29 ans, connu de la police et
qui a été immédiatement interpellé, a-t-on précisé de mêmes sources".

Partager cet article

5 commentaires

  1. Tout va bien. Dormez bien.
    Deux policiers équipés d’excellents pistolets (Sig Sauer) ne doivent la vis sauve, lors d’un banal contrôle d’identité, qu’à l’arme d’un voyou qui s’enraye deux fois, et à un civil courageux, intervenu au mépris des directives de la police qui conseille vivement, en pareil cas, de ne pas jouer les héros et de laisser faire… les policiers.
    Je veux bien que le marché aux Puces de Saint-Ouen puisse être assez fréquenté, et que les agents aient pu craindre de toucher des passants.
    Mais enfin, il est absolument ahurissant que l’article ne mentionne même pas le fait que les policiers n’ont pas tiré, et ne s’interroge pas sur le motif de cette passivité. Ont-ils au moins sorti leurs armes ? Nous n’en saurons rien.
    Les gens qui sont censés nous protéger se font dégommer comme des mannequins sur un stand de tir, ils n’ont pas le droit de bouger le petit doigt pour se défendre, personne ne procède à un tir instinctif pour tuer le criminel dans une situation aussi incontestable de légitime défense, cela ne choque pas le moins du monde le plumitif qui rapporte ce léger incident, et on voudrait que l’on soit rassurés ?
    Il y a quelques jours, le responsable d’un syndicat de policiers municipaux expliquait benoîtement, pour réclamer des armes : il est dangereux de sortir dans la rue. Ah, d’accord…
    Cela dit, si on donne des armes aux policiers municipaux et qu’ils s’en servent aussi souvent que la police nationale, je ne vois pas bien l’intérêt…
    Je suis sûr qu’un homme politique va se dévouer pour expliquer à ce flic qui a failli se faire tuer qu’il est victime d’un “sentiment d’insécurité”.

  2. il aura bien deux mois de prison avec sursis

  3. A Monsieur Marchenoir, pourrions nous rappeler que Notre Sainte Mère a déjà devié des balles dans l’histoire. Ne peut elle demander à Notre Seigneur d’enrailler les revolvers des malfrats. Ceci me parait beaucoup plus positif que de tirer dans la foule. Felicitations aux policiers et au courageux commerçant d’avoir pu garder leur sang froid et maitriser le malfrat.

  4. “connu de la police” ?

  5. @ robert marchenoir: si les choses se sont passés ainsi, je suis assez d’accord, mais on ne sais que ce qu’a dit le communiqué…
    Et part ailleurs le fait de savoir ne pas sortir son arme en cas de problème de ce type dénote une belle maitrise d’eux même de nos policiers: instinctivement on le fait…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]