Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Donald Trump, le Sarkozy américain ?

UUn groupe de personnalités catholiques conservatrices américaines a publiquement appelé à empêcher Donald Trump de devenir le candidat officiel du parti Républicain aux élections présidentielles. Donald Trump est « manifestement inadéquat pour le poste de président des Etats-Unis », écrivent-ils dans une lettre ouverte publiée le 7 mars dans le magazine américain National Review.

Emmenés par George Weigel, le biographe de Jean-Paul II, ces intellectuels catholiques américains attirent l’attention sur la duplicité du personnage. Son élection mettrait directement en péril les causes chères aux catholiques américains. Au cours des dernières décennies, écrivent-ils, le parti républicain a été un véhicule — imparfait, comme toutes les institutions humaines, mais utile — de soutien aux causes qui sont au centre des préoccupations sociales des catholiques aux États-Unis :

  • « La protection juridique des enfants à naître, des handicapés physiques et mentaux, des personnes âgées et vulnérables, et des victimes de ce que saint Jean Paul II appelait la “culture de mort” ;
  • la défense de la liberté religieuse contre les agressions sans précédent menées au sein de l’administration par des fonctionnaires qui se sont fait les ennemis de la conscience ;
  • la reconstruction de la culture du mariage, comprise comme l'union conjugale entre mari et femme ;
  • le rétablissement du gouvernement comme pouvoir constitutionnel limité, selon la conception catholique du principe de subsidiarité. »

Aucun parti politique incarne parfaitement la doctrine sociale catholique et le parti républicain les a frustrés bien souvent. Mais il y a eu des réussites. Ces perspectives sont désormais en grand danger :

"Il n'y a rien dans sa campagne ou ses affaires précédentes qui laisse penser qu’on puisse lui faire confiance et qu'il partage véritablement les engagements des catholiques en faveur des droits de la vie, de la liberté religieuse et de la conscience, à la reconstruction de la culture du mariage, ou au principe de subsidiarité. »

Trump, « qui a été marié trois fois et qui s'est plusieurs fois enorgueilli en public de ses exploits sexuels », ne leur semble pas digne de foi lorsqu’il promet d’abroger la jurisprudence autorisant le mariage homosexuel. Et même si le Républicain a clamé son opposition à l'avortement, il a tout de même loué le travail des institutions de planning familial.

La campagne de Donald Trump fait penser à celle de Nicolas Sarkozy en 2007 : une volonté de rupture avec le gauchisme, beaucoup de promesses (le kärcher…) et de beaux discours (au Mont St Michel, sur les racines chrétiennes, Jeanne d'Arc…). Nous savons en France ce que cela a donné : une enfumage généralisé suivi d'un quinquennat pitoyable, fait d'ouvertures à gauche et de renoncements. Les Américains de droite subiront-ils le même sort ?

Partager cet article

21 commentaires

  1. Intéressons-nous plutôt à la France qui va voir 2017 passer sans un seul candidat de droite. Est-ce bien normal, bien raisonnable, comment cela est-ce possible ? On croyait MLP capable de renverser la table, il n’en sera rien.
    Si Juppé est le candidat LR, il y aura la place pour un autre candidat et je voterai pour lui : Villiers, Millon, Billot de Lochner, Lesquen, Lang… Peu m’importe

  2. Il y a une très grosse différence avec le petit satrape ex-élyséen…
    Trump est riche et ne dépend de personne… Sarkozy était pour l’argent inféodé a minima à des groupes peu clairs (comme le Qatar) et politiquement aux Américains… Et comme il a la personnalité et l’ambition d’un poisson rouge, le résultat était couru d’avance…
    Trump est un OVNI. Étant libre, il peut très bien faire ce qu’il veut… Alors, soit les services spéciaux américains vont le rattraper pour une histoire sordide (réelles ou montées) et le tenir en main, soit il peut très bien faire une vraie politique indépendante…
    Après, le passé est le passé… À son âge, il n’a rien à perdre et surtout à gagner à jouer le jeu habituel…
    Pour une fois, je serai tenter de dire : qui vivra verra…

  3. Il est inimaginable qu’un « conservateur » se lie à l’establishment républicain pour comploter contre un candidat et par là contre ses électeurs. Surtout quand on sait que les républicains auxquels ils se lient sont ceux qui ont soutenu Obama pendant 8 ans en ne le mettant jamais en péril alors qu’ils auraient pu cesser de le financer et par là arrêter ses oeuvres de mort qui ne se limitent pas aux actions contre la famille.
    Mais en plus, que Donald Trump ait dit qu’il cesserait de financer le planning familial ne leur suffit-il pas? Que Donald Trump se soit élevé contre « the big gouvernement » n’est-il pas digne de confiance? Et qu’il n’est rien fait CONTRE la liberté religieuse ne devrait-il pas leur éviter de le soupçonner.
    Par contre comment peut-on demander à un baptiste d’adhérer à toutes les règles catholiques? Cela ne dérange pas National Review (Qui n’a plus de « national » que son nom), de se commettre avec un mormon comme Mitt Romney, ou de s’éloigner du peuple américain?
    Nous sommes devant le grand clivage historique: les peuples contre « l’intelligentsia » mondiale et la grande confrontation aura lieu, gentiment ou violemment là-bas comme ici.
    Honte à l’église qui se ligue avec les puissants contre les peuples en utilisant le mensonge comme argument.
    Enfin, comment peut-on titrer: « Trump serait le Sarkosy américain? Qui est Sarkosy? Qu’a-t-il fait dans sa vie d’autre que de la politique? Où sont ses oeuvres? Alors que Trump est américain, Sarko ne se sent pas Français, et quand l’un bâtit l’autre vit au frais de la princesse, etc, etc…

  4. ce n’est jamais qu’un DSK étiqueté à droite… Pour moi même profil, même conséquences !

  5. je ne partage pas complètement cette analyse.
    1/ Dans l’échelle de la vulgarité, Trump est un cran au-delà de Sarkozy qui a lui même beaucoup de compétiteurs à commencer par la finaliste possible en 2017.
    2/ si le quinquennat de Sarkozy est calamiteux, que dire de celui de Hollande ? Que Sarkozy ait raté certaines choses ou renoncé à d’autres pour lesquelles il avait pourtant un mandat clair est vrai ; il a pour partie l’excuse de la crise. Donc l’accabler ne sert à rien. Le vrai drame c’et que la classe politique ne se renouvelle pas par incapacité des sortants à s’effacer et incapacité des jeunes à être autre chose que les clones de leurs prédécesseurs…
    3/ lire l’excellente tribune de Gideon Rachman dans le FT hier ou avant hier : Trump ne sera pas peut-être pas aussi dramatique qu’on le croit mais autant éviter d’avoir à se poser la question.

  6. Trump, Sarkozy? Non, pas vraiment. Sarkozy n’était qu’un politique. Trump c’est un caractère ! Et comme le Joker (le clown) dans le film Batman Chevalier Noir, il est tellement captivant et intrigant qu’il finit presque comme étant le héros de l’histoire. Mais ça n’empêche que même ces supporteurs n’arrivent pas à effacer le sentiment, qu’il n’est pas tout à fait net. Et tout ceci risque de faire à la fin, que Clinton est vu comme la solution au « problème Trump ». (Et pour le monde capitaliste/Los Vegas & co., l’une, comme l’autre fera très bien l’affaire.) Ah, les pauvres USA, le pauvre monde. On n’est pas sorti de l’auberge. Mais quel spectacle !
    (Trump, c’est peut-être plus comme the Bernard Tapie Américain si jamais il se présent aux élections présidentielles.)
    Le clown Trump, il est tellement hypnotisant qu’on veut presque être de son côté, quoique.
    https://www.youtube.com/watch?v=1Qnt77DwfmA

  7. sarko tout comme bidochon est inimitable dans la nullité et les coups bas contre le peuple français , a tel point que les américains nous l’envieraient ? il faudrait déposer la marque et en faire une appellation contrôlée comme pour un de nos fromages puants sans doute ?
    le seul comparable peut être est JEAN-MA

  8. « qui a été marié trois fois et qui s’est plusieurs fois enorgueilli en public de ses exploits sexuels »
    ca ne veut rien dire.
    L’empereur Constantin était païen. Pourtant, c’est lui qui a changé la face du monde en favorisant le christiannisme
    Sous Jeanne d’Arc, les rois de France étaient de beaux traitres et des vendus..
    La vie personnelle de Trump ne préfigure donc de rien en tant qu’homme d’Etat et de son éclairage sur les causes profondes de l’effondrement de l’Occident. Qu’on nous donne d’autres preuves !!!

  9. « Cela s’appelle, comme l’écrivait William Pfaff, To Finish in a Burlesque of an Empire, où l’on voit que la tragédie prend d’étranges chemins, – la dérision, le ridicule, la folie clownesque, engendrés par un Système complètement englué dans son impuissance, son illégitimité, son incessante corruption de lui-même. Si la candidature Trump se poursuit, que peut-il se passer ? Que peut faire le Système ? Finalement, on ne pourrait songer qu’à une « solution finale », comme on fit avec d’autres présidents, de l’élimination physique, comme faisait la Cosa Nostra quand elle accouchait d’un capo un peu dérangé, qui bousculait les règles de l’underworld. C’est là que la comédie-bouffe pourrait retrouver la tragédie, mais avec Trump ce pourrait bien n’être qu’une tragédie-bouffe, car le Système, qui est mauvais comme un cochon, serait capable de le rater ou de le blesser, en en faisant un héros irrésistible, protégé par sa propre armée de gardes du corps, dans son ascension vers une Maison-Blanche brûlant d’être rebaptisée Maison-Trump.  »
    http://fr.sott.net/article/27736-Mascarade-electorale-au-pays-des-Yankees

  10.  » Un groupe de personnalités catholiques conservatrices « … plus que minoritaires étant donné que ce pays est majoritairement protestant. C’est peut-être pour cela que Trump est très remonté contre les immigrés mexicains. Le catholicisme et l’espagnol déstabiliseraient le socle « WASP » (White Anglo-Saxon Protestant).

  11. Trump marié plusieurs fois, le « jeune et beau » président du Mexique aussi, et même que le protocole au Vatican a été changé par le Pape François, désormais les couples divorcés et remariés (y compris chef d’état) pourront être reçus ensemble par le pape avec la photo officielle (nouvelle règle déjà appliqué).
    Par ailleurs, si certes l’on peut espérer qu’un homme marié et fidèle possède des qualités, il y a parfois d’excellents hommes d’état qui ne sont pas des modèles au niveau de leur vie privée et un bon père de famille ne fait pas forcément un homme d’état, surtout pour un état en crise et dans une situation internationale particulièrement difficile.
    Ce serait trop simple.
    Si le personnage Trump est peu fiable, pas sur que les autres concurrents républicains Marco Rubio et Ted Cruz soient meilleurs comme hommes d’état, même si Rubio a du garder la religion catholique de ses parents cubains et ancêtres espagnols et que Cruz né au Canada d’un père hispano cubain devenu chrétien évangélique et d’une mère étatsunien d’origine anglo saxonne, se revendique aussi bon chrétien.

  12. Cruz et Rubio sont-ils plus crédibles ? Abrogeront-ils le prétendu mariage « homosexuel » ? Feront-ils ce qu’il faut pour suspendre l’avortement ? Rien n’est moins sûr. Trump a promis qu’une fois président, il désignerait un juge, pour la Cour suprême, dans la continuité d’Antonin Scalia, un juge qui plaira au parti républicain. On peut ne pas le croire. Mais quelles raisons pourraient pousser les catholiques à croire davantage ce que disent timidement ou ne disent pas Rubio et Cruz ? Je ne soutiens pas particulièrement Trump, mais on sait à quoi sert la théorie fumeuse du moindre mal : à reconduire les candidats du Système.
    Personnellement, je ne sais pas si Trump ressemble à Sarkozy, un politicien complètement dépassé maintenant, et en qui personne n’a jamais vraiment cru à Droite. Comme exemple d’imposture électoraliste, j’estime que Marine Le Pen est plus emblématique, vu la gauchisation extrême du FNPA et son inféodation au lobby LGBT.

  13. Bravo à Clément pour sa réponse d’à-propos. les politiques ne sont pas une caste de saints, c’est évident.
    Comment peut-on juger de la sorte?
    Soyons francs, se prétendre catholique à ce jour n’est pas forcément porteur de sens.
    De toute façon, les américains feront leurs choix…

  14. Certains commentaires fatigues…Le Roi David était il un saint…Henri III était il un Saint…et les autres…avec leur vie plus ou moins dissolue…Parce qu’il étaient Roi de France…Ils étaient parfait. LAISSEZ MOI RIGOLER. Trump n’est ni petite sœur des pauvres…ni nonce apostolique…alors sachons raison garder et en plus on ne vote pas (pour la plus part ) au U S A;

  15. Point fort de Trump :
    Sa capacité à se positionner là où personne ne l’attendait et à prendre l’ascendant sur ses concurrents républicains lors des primaires pour le moment, démontre un talent « commercial » certain.
    Sa capacité à auto financer sa campagne l’affranchie de la pression des lobbies, et offre l’espoir d’une plus grande liberté de manœuvre de sa part.
    Point faible :
    Rien dans son historique ne confirme ou ne conforte son engagement « Pro Vie » affiché récemment.
    Même s’il a clairement promis de dé-subventionner le Planning Familial américain, un doute subsiste car il a terminé sa phrase en précisant qu’il le ferait même s’il était au courant des grands services hors avortement, que celui-ci rendait aux femmes.
    Mon avis perso :
    Il y a de fortes probabilités pour qu’il soit sincère. De mon point de vue, il présente son engagement de façon « commerciale », de façon à ne pas se mettre à dos un électorat féminin qui se sentirait encore redevable envers le Planning Familial.
    Espérons que de nouveaux éléments nous éclairent dans un avenir proche et nous confirment ou pas ce point important.

  16. Il est fort possible que Trump soit juste le sparring partner de la future présidente.
    Fermez le ban.

  17. Pitié pour l’amérique

  18. je me contenterai de dire et penser que c’est bien beau la démocrassie.

  19. Des catholiques conservateurs américains… Comme on le sait, les Etats-Unis n’ont connu qu’un seul président catholique, John F. Kennedy, parvenu au pouvoir grâce à un bourrage d’urnes, marié une seule fois, certes, mais quant au reste…

  20. Il est certain qu’il vaut mieux favoriser l’élection d’Hillary, jeune vierge en attente de sainteté !!! L’ambassadeur US martyrisé en Libye doit probablement se réjouir de cette perspective depuis le paradis …

  21. Le passé est le passé si l’on s’en défait : Reagan est devenu un président pro-vie, il a écrit contre l’avortement. Il est passé de démocrate à républicain et est considéré comme le plus grand président d’après-guerre par les Américains. Dire que le Parti républicain soutenait à fond George H. Bush face au trop vieux Reagan qui ne devait pas remporter la présidentielle, comme il préfère nettement Rubio aujourd’hui…

Publier une réponse