Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

“Dis-moi dix mots”, ou la grande pitié de la langue française

Jeanne Smits évoque l'opération nationale "Dis-moi dix mots", opération censée sensibiliser les foules aux beautés et subtilités de la langue française de par le monde. Mais il semble que les fameux "dix mots" choisis soient assez peu représentatifs de la richesse de la langue et la culture françaises. A chacun d'en juger.

"Sous la rubrique « Actions éducatives en faveur de la langue française », le Bulletin officiel de l’Education nationale adresse aujourd'hui tous azimuts un appel à participer à l’opération nationale « Dis-moi dix mots ». Ecoliers et lycéens de tout poil, mais aussi les « jeunes placés dans les centres éducatifs fermés » et les « personnes scolarisées dans les établissements pénitentiaires » sont invités à participer à ce concours destiné à la « sensibilisation à la langue française ». Il s’agit de « produire » – collectivement, bien sûr, c’est en tant que classe que l’on participe – une œuvre littéraire ou artistique autour de dix mots choisis sous l’égide du ministère de la culture et de la communication.

Francophonielogo+cartePF[1]

Francophonie ? La question se pose…

Le « concours des dix mots » et le « concours de l’imagier des dix mots » mobilise un monde inimaginable. Leur pilotage engage le ministère de la culture, mais pas seulement : il y a aussi celui de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, celui des affaires étrangères, l’Institut français et le ministère de l’agriculture. Et pour le choix des mots, la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la francophonie regroupant 77 Etats et gouvernements « dans le monde » (sic) ont travaillé dur.

Jusque-là, tout va bien. Hormis le côté gadget.
Oui, je peux employer ce mot anglophone dans cet article sur la langue française puisque le thème de l’année 2014-2015 est celui-ci : « Dis-moi dix mots… que tu accueilles. »
Des « mots venus d’ailleurs, des mots voyageurs, empruntés à d’autres civilisations au gré de l’histoire des peuples »… C’est une « invitation au voyage » et davantage encore une invitation à l’ouverture des frontières. Bien sûr.
Donc, pour la défense et illustration de la langue française version XXIe siècle, voici les mots gagnants :

• amalgame  • bravo  • cibler  • grigri / gris-gris  • inuit(e)  • kermesse  • kitsch ou kitch  • sérendipité • wiki • zénitude.

Si, si, la zénitude !
Zenitude-28f78b

On comprend qu’il ait fallu une telle débauche de recherche et de pourparlers.

C’est ici que vous trouverez une présentation complète du concours, avec des liens vers le site qui dit vraiment tout. Et notamment la liste de l’année dernière :
• ambiancer – à tire-larigot – charivari – s’enlivrer (non, il n’y a pas de faute) – faribole – hurluberlu – ouf – timbré – tohu-bohu – zigzag.
 
La culture de mort, c’est aussi la mort de la culture…"
Alors, bravo aux inuits du Salon beige, qui cibleront leurs grigri sur wiki en toute zénitude, afin d'offrir à leurs co-lecteurs une kermesse de phrases bien kitsch, en évitant bien entendu les amalgames, afin de promouvoir la langue française ! (Celui qui casera "sérendipité" à bon escient sera sélectiionné pour utiliser les "dix mots" de l'année dernière …)

Partager cet article

11 commentaires

  1. Hélas je ne connais pas les trois derniers mots. J’ignore ce qu’ils veulent dire. Donc je suis malheureusement hors concours.

  2. en évitant bien entendu les amalgames afin d’éviter les phénomènes de sérendipité, afin que seule la langue française soit promue.

  3. Qu’en pense Julien Lepers ?

  4. Ze m’excuse de vous demander pardon, mais z’ai un problème grave de comprenette…
    C’est vrai que je ne suis qu’un modeste normalien, agrégé, docteur es science, ce qui me condamnera certainement à être traité d’analphabète par le premier c… du secteur pédagogique de l’Educ Nat qui n’a pas du dépasser le bac, s’il l’a eu ailleurs que dans une pochette surprise…
    Ceci doit donc expliquer cela et je vais assumer ici mon ignorance patente et avérée de la langue française.
    J’assume donc! Mais je ne veux pas mourir idiot…
    Alors en toute charité chrétienne, et avant que je ne sois contraint d’interroger mon “camarade” de promo récemment embicorné – Donc forcément compétent – Finkielkraut,avec lequel je n’ai pas franchement envie de (re)prendre contact, quelqu’un peut-il me dire ce que signifie “sérendipidité”???
    Stupidité, là je connais…et j’ai plein d’exemples à l’esprit…
    Mais “séren truc”, c’est quoi???
    Le dernier mot de passe de fort Boyard???

  5. Bravo à Mme Royal, qui, ciblant les inuits lors d’une kermesse, inventa le concept kitsch de “zénitude”, dont la sérendipité créa des amalgames sur wiki, la propulsant au rang de vendeuse de gris-gris à la kermesse…

  6. Ça alors, je cherchais des mots, et, quelle sérendipité, j’en trouve
    Le terme lui-même est gentil; tiré d’une nouvelle de Kipling où on trouve des choses par hasard ou chance.
    Amalgame, dans une telle liste, est fort louche par contre.

  7. Il doit y avoir une erreur car je n’ai pas vu le mot ” stigmatiser” ..

  8. En toute rigueur, le mot sérendipité n’est qu’un emprunt de l’anglais “serendipity” et qui désigne une découverte faite par hasard, sans avoir eu l’intention de découvrir quelque chose. L’exemple type serait Fleming qui a découvert “par hasard” l’effet antibiotique du penicillium .
    Combien tout cela a-t-il coûté ?

  9. Affligeant!
    Ah! Non! C’est un peu court, jeune homme!
    On pouvait dire… oh! Dieu! … bien des choses en somme mais trouver ces dix mots pour faire l’apologie de la langue française me laisse sans voix. J’en perds même mon latin quand je vois leur étymologie. Plus aucune référence à notre racine linguistique.

  10. Pourquoi ai-je tant usé de mon énergie pour apprendre le français à un âge avancé si les français eux-mêmes n’y prêtent plus d’attention ?
    En vérité, je reconnais ma faute. Celle qui m’a poussée vers la francophonie et a fréquenter l’Alliance Française, dans un pays que les français méprisent de surcroit.
    A présent mon âge m’interdit les regrets. Cependant il ne m’empêchera de les exprimer une dernière fois dans la langue de Molière.
    Adieu.

  11. Depuis des années un phénomène dangereux pour la langue française prend de l’ampleur.
    Il s’agit de l’utilisation SYSTEMATIQUE de mots américains pour désigner de nouvelles activités. Or tous ces mots en ing ne font pas du tout partie de la logique de notre langue.

Publier une réponse