Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Le Vatican

“Deus maxime liberalis est – Dieu est le plus grand libéral”

Mgr Gerhard Ludwig Müller répond à un autre journal :

Etes-vous donc en accord avec le Pape?

En accord total. Pas même quand il était le prédécesseur de mon prédécesseur à la CDF, il n'a mis la théologie de la libération en question dans son intégralité, mais certains aspects que je souligne sans réserve. La théologie de la libération n'est pas un vague mélange de communisme et de foi catholique. La théologie, si elle doit être catholique, doit trouver une réponse à partir de ses propres sources. La doctrine sociale de l'Eglise catholique s'est avérée être de loin supérieure à l'analyse marxiste. Nous ne voulons pas une société qui est divisée entre les riches et les pauvres, et dans laquelle l'un a accès à l'éducation, et pas l'autre. Les travailleurs et les employeurs ne doivent pas agir les uns contre les autres, comme de simples groupes d'intérêt, mais ils doivent tous être engagés pour le bien commun. Même contre la commercialisation effrénée de tous les aspects de la vie, nous devons être critiques: l'économie est là pour les gens, et non vice versa.

Vous avez été déclaré, à l'égard de ces mots, être parmi les libéraux. Est-ce que cela vous surprend?

Eh bien, Saint Thomas d'Aquin dit, "Deus maxime liberalis est – Dieu est le plus grand libéral". Dans le sens originel liberalis signifie libéral et généreux. En ce sens, j'aime être un libéral. […]

Partager cet article